15 décembre 2014

Les Templiers en Vélay

 Monastère des Templiers

Rive gauche du Dolaizon, à l'extérieur de la porte d'Avignon, une forteresse monastère, un pont-levis  sur un large fossé, une chapelle romane construite en pierres de Blavosy, un cimetière. Cette construction commandait une des plus importantes voies du midi jusqu'à Avignon. Ses habitants étaient chevaliers, au manteau blanc orné d'une croix rougeCroix des Templiers

 ils appartenaient à l'ordre du Temple. L'ordre fut fondé à la première croisade (1096-1099) à l'initiative d'Hugues de Payns, nommé milita christi dans un premier temps, milice du christ à la fonction militaire de protection des pèlerins, installée sur un emplacement de l'ancien temple de Salomon, ils prirent un peu plus tard le nom de Templiers. Cet ordre fut reconnu au concile de Troyes en 1128 et reçut une règle dictée par St Bernard. Milieu XII une partie de cet ordre s'installa en Occident, constituée de grands propriétaires terriens, comportant 15 000 chevaliers avec une multitudes de frères servants, ils possédaient des manoirs, forteresses dont celle de la Maison du Temple à Paris où le roi Philippe le Bel se réfugia lors d'une émeute. Le trésor royal fut conservé en cette maison de 1146 au début du règne de Philippe le Bel. Les templiers du Puy s'installèrent en leur forteresse-monastère Saint Barthélemy en 1170 avec une église du même nom.Monastère des Hospitaliers

Au bas de la hiérarchie, il y avait de simples commanderies, comme Chantoin, Gourlong, La Glutonie. Au dessus un prieuré dont dépendaient plusieurs commanderies. Plusieurs prieurés constituaient une province. Les provinces formaient une nation et l'ensemble des nations était placé sous le commandement du grand-maître des Templiers. Le monastère du Puy était un prieuré avec à sa tête un maître précepteur. Toutes les commanderies du Vélay relevaient de ce prieuré du Puy qui à son tour relevait du grand prieuré de Provence siégeant à Montpellier. Ils demeurèrent au Puy de 1170 à 1311. Ils étaient fort riches, beaucoup de seigneurs leur faisaient des donations, Pons de Polignac leur fit don du mas de Chantoin ( 4km de Bains), Armand Portefaix donna sa part de la forêt de Mirmande, Jacques Chazeaux ses droits sur le mas de Chazeaux ... certains seigneurs qui désiraient se faire enterrer dans leur cimetière firent des dons d'argent, d'autres itou pour racheter leuTempliers du Puyr faute, les biens des templiers devinrent si considérables qu'on les évalua 3 fois plus importants que ceux des Chevaliers hospitaliers de St Jean de Jérusalem, autre ordre né à peu près à la même époque plus connu sous le nom d'Ordre de Malte. Entre Saint Jean Lachalm et au delà de Bains, beaucoup de terres leur appartenaient et l'on trouve plusieurs commanderies à Seneujols, Chantoin, Belvezet, La Glutonie, Rossignol. L'immense richesse des templiers, leur pouvoir grandissant suscita l'envie de certains, le vif agacement royal, leur principale raison d'être, défense des lieux saints tomba avec la chute de St Jean d'Acre dernière forteresse de la Chrétienté en 1291. En Septembre 1307 un guet-apens fut fomenté par Guillaume de Nogaret, garde du sceau, sous Philippe Le Bel pour aboutir à la dissolution (après arrestations et procès des Templiers) de l'ordre en 1311. La couronne se servit largement, le reste des biens, notamment les commanderies et prieuré furent donnés aux Chevaliers Hospitaliers de St Jean 

Sources : Les Carmes et les Templiers du Puy - Albert Chaurand 1944 --Cartulaire des Templiers du Puy en Velay - Augustin Chassaing 1882 

Posté par maison43 à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 octobre 2014

Peintures flamandes à Montfaucon-en-Vélay en Haute Loire

Décembre

Décembre 2

Contemporain de Jan Brueghel (1568-1625) Abel Grimmer 1570-1619 né et mort à Anvers n'est jamais venu en Vélay, mais les hasards rigolos de la vie ont fait échouer ces 12 tableaux dans un village au nom qui ne manque pas de panache : Montfaucon en Vélay situé en Haute Loire à 46 km du Puy en Vélay. L'histoire de ces tableaux est assez rocambolesque, ces tableaux appartenaient au Marquis Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649), seigneur de Saint Chamond dans la Loire, ambassadeur à Bruxelles qui reçut en cadeau ou acheta, on ne sait pas, cette collection. On ne sait trop non plus ce qu'il en fit, orna t'elle son château de Saint Chamond ou bien l'église nouvellement construite ? on les retrouva en tout cas à la révolution dans les dépendances de la dite église.

Janvier

janvier 2

Le curé de l'église Paul-François Régis Jamon natif de Montfaucon qui avait rejoint le club des jacobins à la révolution, chassé de l'église,  partit se réfugier en son pays natal avec la dite collection en 1794. Il confia ces tableaux à la chapelle de Notre Dame de Montfaucon en expiation, disent les bonnes âmes qui savent de quoi elles parlent, de ses péchés.

Grimmer 2

Grimmer détail

Ces tableaux furent volés en 1995 et retrouvés, ils ont ré-intégré la chapelle Notre Dame depuis 1999.

Juin

Détail Grimmer

Ces peintures sur bois abordent 2 thèmes, un religieux sur Jésus, et l'autre sur la vie flamande au XVI à travers les mois. Abel Grimmer les a peintes vers 1592. Les titres indiqués correspondent à des paraboles  dont la mention évangélique latine est signalée en bas à droite de chaque tableau.

Très belle balade à faire en voiture au pays des Sucs de la Haute Loire avec cette étape flamande à Montfaucon-en Vélay, un jour où le soleil est absent.

Grimmer Les vignerons meurtriers

Posté par maison43 à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 septembre 2014

Les grottes de Couteaux en Haute Loire

Couteaux 7

Une balade au Moyen Age, loin des fêtes médiévales que la région nous offre généreusement, une balade qui fait appel à notre imagination. Près de Lantriac dans le massif du Meygal, toujours en Vélay a 20 km du Puy. Un ancien village troglodyte creusé au Moyen Age. Balade de 6km sans difficulté qui nous fait passer par l'ancienne ligne ferrovière inachevée qui devait relier Clermont à Nîmes  et nous donne une vue sur les monts du Meygal.

Cette époque fut une période faste pour ce type d'habitat, pour divers raisons :

- économie évidente de matériaux de construction

- protection naturelle envers des assaillants possibles

- lieu abrité des vents et du froid, exposition au sud.

Le site de Couteaux fut choisi en fonction de la roche tendre déposée lors d'une première éruption de type maar, une seconde explosion de type strombolien a fait couler de la lave basaltique beaucoup plus dure que la roche tendre et qui constitue le plateau de la champ haute.Couteaux 2

Voilà pour la construction, il suffira de creuser à l'aide de pics en pierre ou métalliques. Le village est linéaire mais comporte des étages.Couteaux 1

La première partie se constitue de petits habitats qui avaient une petite cour, la seconde partie concerne le collectif : une forgecouteaux 4

une ferme et un lieu de culte

Couteaux 3

La troisième partie est interdite au public par risque d'effondrement, on suppose qu'elle aurait servi de logements pour les desservants.

Couteaux 5

Bien entendu, il faut imaginer des portes, des palissades en bois qui ferment ces cavités, des coffres, des lits garnis de paillasse, et des fourrures ou tentures si possible

Couteaux 8

A noter qu'une circulation d'air interne permettait aux humains de bénéficier de la chaleur des bêtes. Le soleil hivernal pénétrait dans la cavité, chauffait les roches qui diffusaient lentement de la chaleur la nuit. Et le soleil estival plus haut ne pénétrait pas dans les grottes où la fraicheur se préservait.

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 mars 2014

Château de Montbonnet 43

Montbonnet 3

Avec les manants, c'est simple aucune trace d'eux, avec les Seigneurs, ce n'est pas simple, on croit pourtant y arriver, mais les dates ne se recoupent pas toujours, les sources divergent, les dates différentes se succèdent selon les auteurs.

Le village de  Montbonnet situé en Haute Loire eut son heure de gloire, avec la puissante Baronnie de Montbonnet. Plusieurs familles seigneuriales se partageaient les terres, à force de mariages sans doute, les Mercoeur, les Polignac et les Montlaur. Montbonnet était alors un point stratégique, un col où devaient passer pélerins et marchands, les Montlaur originaires du Languedoc devinrent par des alliances de puissants seigneurs du Devès. Ils percevaient les péages des voies de circulation comme la Régordane, la via Podiensis, la Bolène. Bien sûr ils ne vivaient pas dans tous leurs châteaux mais y installaient des châtelains qui géraient leurs affaires. 

Avant l'an 1000, le château de Montbonnet était une sorte de tour de garde en boischâteau de l'an 1000comme celle ci en plus simple,peut être, vue l'exiguïté de la butteMontbonnet 43 elle appartenait probablement aux Mercoeur qui avaient déjà le château de Mirmande situé à quelques kms de Montbonnet, à moins que ce ne fut aux Polignac ou Solignac ou autres ! Les avis des historiens divergent à ce sujet. Le village se situait autour de la tour sur les flancs de la butte. Vers 1219, les Montlaur étaient en possession de Montbonnet, Cayres et Mariac, le château nommé dans les actes Castrum de Monte Boneti était alors re-construit en pierres, un nouveau village La Bonnette se créa en contrebas de la butte, puis un troisième auprès de la route qui fut construite. Depuis 1851 les 3 villages se sont regroupés au seul nom de Montbonnet.

En 1322 Saint Roch lors d'un pèlerinage au Puy aurait séjourné quelques jours au château de Montbonnet, une petite chapelle porte son nom. De 1359 à 1368, les troupes anglaises (guerre de 100 ans de 1337 à 1453) ravagent le Vélay, les châteaux dont Montbonnét assiégés. Les années suivantes ce furent les mercenaires de toutes nationalités dits les routiers et plus tard les Grandes Compagnies qui prirent le relais accomplissant vols, incendies, viols, tortures. Durant les rares trêves, les châteaux du Devès aux armes de Montlaur s'armèrent de créneaux, mâchicoulis, herses, fossés pour soutenir les attaques. En 1382, Montbonnet est si ravagé que les Etats du Vélay en réduisent les tailles. La branche des Montlaur faute de descendant mâle s'éteint à la mort d'Armand de Montlaur en 1439. Jeanne  sa soeur s'unit à la famille De Maubec qui prit la suite des Montlaur qui se maintiendra jusqu'en 1551 où un Raymond de Mourmoiron prendra la suite pour la laisser par sa fille à la maison d'Ornano. En 1589 Montbonnet un certain Pierre de la Rodde, capitaine-châtelain  ravagea toute la contrée et ce jusqu'en 1594 où il ira sévir un château plus loin. En 1631, le château hébergea contre son gré, comme bon nombre d'autres d'ailleurs, une compagnie royaliste lors d'un soulèvement du Languedoc contre Richelieu. Richelieu fera démanteler, par représailles, plusieurs châteaux du Vélay dont celui de Montbonnet en 1632 qui le sera partiellement. Richelieu sonnera ainsi le glas de l'aristocratie féodale. Laissés à l'abandon, ces châteaux serviront de carrière à diverses constructions (maisons, églises).      

Posté par maison43 à 18:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 janvier 2014

Le Lac du Bouchet 43

volcanisme

Géologiquement il s'agit d'une rencontre violente entre le feu  à plus de 1000 degrés sous la forme d'une roche en fusion (dit magma) et l'eau au plus profond d'un plateau volcanique, une rencontre explosive de vapeurs d'eau et de roches pulvérisées, le tout à plus de 10 km de hauteur, creusant ainsi un immense cratère, une cuvette de forme ovale.

Historiquement un tertre funéraire ( terre recouvrant une sépulture) à l'âge de fer, puis plus tard un établissement gallo-romain dont on a retrouvé quelques vestiges.

Socialement un site utilisé par les bergers qui viennent faire paître leurs moutons, et un immense lavoir pour les femmes des alentours. Devenu depuis le début du XX siècle un site touristique fort apprécié. Lac du Bouchet

Lac du Bouchet 1953

Sentimentalement un lieu familial où nous allions nous promener en famille.  

Et pour tous une balade tranquille à faire, ce lac situé en Haute Loire, en Vélay, dans le Devès près du village le Bouchet Saint Nicolas.

Court une légende qui dit qu'un village était bâti en ce lieu, l'abondance y régnait. Un mendiant se voit refuser l'aumône, seule une vieille femme n'ayant pour seul bien qu'une chèvre lui fait la charité, selon une autre version ce sont 2 saints qui se virent refuser un asile pour la nuit. Le lendemain, le mendiant se transforma en Fils de Dieu et oui, pas moins, mais il fut chassé par les Druides qui le traitèrent d'imposteur. Jésus  revint le lendemain pour mander la vieille de rejoindre le coteau sans se retourner, et il déclencha un orage (ou un incendie selon d'autres sources) qui dévasta le bourg, las, la vieille curieuse ne put s'empêcher de regarder le village s'engloutir dans les eaux et fut transformée en pierre, illico, sa chèvre itou. Pas si cool, le fils de Dieu !

Alors en hommage à la Vieille Dame dont la générosité fut bien mal récompensée, on érigea à cet endroit une croix.

La croix de la chèvre

La croix actuelle est moderne, son socle est dû à Philippe Kaeppelin. Elle est située à 1242 m.

La chèvre

Par temps clair, on peut distinguer les ruines du village, et même entendre le son d'une cloche, et malheur à celui qui veut aller voir de plus près, un tourbillon l'emportera sûrement au fond du lac. D'ailleurs un villageois voulant mesurer la profondeur des eaux avec un seau et une corde en retira un seau rempli de sang, il ne dut son salut qu'à Saint Nicolas qui pour une raison connue de lui seul lui assura sa protection contre la colère du divin. Décidément, pas commode le divin.

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 juillet 2012

Pierre Favier

Peintre vellave figurant dans mon salon et faisant partie de l'histoire familiale ... Ce tableau est ce qui me reste du mas d'Oura. 

Est ce un original , yo, no lo sé ! on dirait, en tout cas.

Un site sur Pierre Favier, sur lequel je suis tombée par hasard, ce que je nomme une rencontre fortuite.

http://voreysien.free.fr/Historique/pierre-favier/p-favier.htm

Pierre Favier un jour, on se rencontrera donc, monsieur Favier.

Et on en saura peut être plus sur votre paysan, peint en 1933.

Posté par maison43 à 20:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2010

Noire de Bains

Balade de 16 km à la recherche des noires de Bains... les Néiras qui seraient au Vélay ce que le Panda est aux espèces à faible effectif et c'est quoi allez vous me dire ce que représente le Panda ? et bien ni plus ni moins qu'un symbole de protection de l'espèce animale qui plus est mondial, c'est dire l'importance symbolique du Panda et bien la Neira c'est la même chose, en plus petit, c'est le symbole du Vélay, symbole de la Biodiversité animale pour les amateurs de néiras. ET ouaiiis !

Et mes vaches à moi, celles de mon enfance, aux longs yeux en amande, si fines aux longues cornes et bien elles ont disparu ... espèce abandonnée car ni laitière ni bouchère !!! elles étaient seulement belles, et ce n'est ni suffisant ni nécessaire pour une vache. 

P1040367

 

Avons trouvé une blonde du Vélay, fort avenante

 

 

 

et une brebis commune et blanche esseulée, symbole elle du désespoir, qui avait perdu son troupeau, si désespérée qu'elle m'aurait prise comme mère d'adoption si j'avais voulu, mais de noire, n'en avons point trouvée.

2 orages nous nous sommes offerts, et avons saucissonné sous un petit abri de grange à Fay.

Balade qui part de Bains, prendre la route en direction de la garde du Moutet en chemin une ancienne carrière devenue champ de tir

P1040352

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

On fait ensuite le tour du Pey vey, puis Fay ....., on revient par Cordes (suivre la balade n°4 du guide référence p430)

Balade facile à faire, avec enfants qui ne rechignent pas à marcher, que des chemins, à traverser 2 ou 3 routes. Ceux qui aiment les fleurs seront servis aussi .. et l'on voit des roselières aussi. Des noms de villages rigolos Boeufs, Farigoules fort joliment restaurés ' mais où sont donc nos villages d'antan où l'on sentait fumier et bouses de vaches ?'

Et qui sait les plus chanceux en verront peut être des noires ...

Je sens votre curiosité avivée (sic), alors un site où vous en verrez, c'est sûr :

http://brebis-noire-gaec-combe-azou.org/  

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2010

Arvernes et Vellaves

Un peu escagassée par notre charmant architecte dont l'origine auvergnate pure, historiquement parlant bien sur, constituait à ses yeux une franche supériorité sur le vellave (Vélay) qu'il était devenu par la nécessité de sa profession, je me suis intéressée à l'histoire de l'Auvergne en agrémentant cette lecture de petits carrés de chocolat, à défaut d'avoir les nougats de Noël de notre native du Teil qui, dans ce cas précis, me sembleraient bien appropriés.* A chaque fois que vous lisez Arverne, ingurgitez un carré de chocolat, et vous trouverez dans ce texte un intérêt historico-gourmand qui agrémentera cette chiante lecture.

Venus d'Europe centrale, les Celtes ou gaulois étaient divisés en peuplades, dont l'une était les Arvernes. De cette époque -500 avant JC environ, datent les limites de l'Auvergne historique. Posidonios (-133à-49 avant JC), grec que nous connaissons tous parfaitement, écrivit "Les Arvernes étendirent leur domination jusqu'à Narbonne et aux frontières de Marseille. Ils dominaient les peuples jusqu'aux Pyrénées, à l'océan et au Rhin". Vous comprenez mieux la légitime fierté de notre architecte d'appartenir à ce noble peuple. Les Vellaves étaient les vassaux des Arvernes. La conquête romaine mit fin à cette suprématie des Arvernes en -121 avec la défaite du roi arverne Bituit, toujours bien connu de nous tous, que l'on situe dans la vallée du Rhône aux environs de Bollène. Ajoutez à cela le nom d'un célèbre arverne Vercingétorix (-72 à -46)** et vous comprendrez qu'il y a de quoi s'enorgueillir d'être un auvergnat de pure souche. Quant à l'Auvergne historique elle correspondait au Puy de Dôme, au Cantal et au Brivadois ( bassin fluvial de l'Allier et le secteur de la Chaise- Dieu)..

* comment ça c'est qu'à Noël les nougats ?

** pour ceux que cela intéresse, suivez la bataille de Gergovie ok, il faut aimer !! http://www.gergovie.fr/htmfr/gergovie.html

1 minute pour lire ce message, si vous avez suivi mes conseils, cela vous fait 7 carrés de chocolat. Et 7 carrés de chocolat à la minute me parait être un bon score !

Voici la carte de l'Auvergne d'aujourd'hui

 

carte_auvergne

Posté par maison43 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :