13 décembre 2015

Joseph Désiré Court 1798-1865

Court

Au musée Fabre de Montpellier, un tableau épuré que l'on remarque 'Femme à mi-corps couchée sur un divan' dont le modèle serait Maria l'épouse du peintre Joseph Désiré Court, femme mi-lasse mi-triste aux yeux alanguis ou graves on ne sait pas trop, qui regarde son compagnon. Ce portrait là (où le rouge passion et le vert chance soulignent le visage sans fards, la chevelure lâchée et les épaules nues) nous raconte un intime petit instant de vie. L'abandon total de cette femme diffère de certains portraits de jeunes élégantes où le même modèle pose fardé et paré en représentation et se démarque bien sûr des portraits officiels conventionnels que Court peint en grand nombre. Le peintre aurait utilisé plusieurs fois son épouse italienne comme modèle, comme dans La Vénitienne au bal masqué, ou Rigolette au travail mais dans ce tableau là, le peintre si discret sur sa vie privée sort de sa réserve, et nous livre un peu de sa vie privée; cette femme là est plus qu'un modèle, cette femme lui tient à coeur et cette femme là le lui rend bien.  

Posté par maison43 à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 octobre 2014

Thomas Couture à Senlis

Les romains de la décadence 1847

Rencontré par hasard à Senlis dont Thomas Couture 1815-1879 est originaire. Son tableau le plus célèbre est au musée d'Orsay ' Les Romains de la décadence' grand succès au salon de 1847. Couture a voulu critiquer ainsi la décadence de la monarchie de Juillet 1830-1848 sous Louis-Philippe. Si sa peinture est relativement oubliée à ce jour, il reste aussi célèbre pour son atelier ouvert de 1847 à 1862 qui verra défiler des peintres français et étrangers, Edouard ManetPuvis de Chavannes, Charles-Edouard Armand DumaresqCharles Monginot en sont les plus marquants. Il publia en 1867 un livre 'Méthode et entretiens d'atelier'. Il n'avait pas très bon caractère Couture, il affronta en Juin 1853 au café Divan Le Peletier le peintre Courbet, l'invectivant sur le réalisme de sa peinture, l'affaire fut calmée par la police. Mais ses élèves lui reconnaissent des qualités techniques particulières.  Il fut en son temps un portraitiste fort apprécié. Académique ou déjà moderne.Mme de Brunecke Thomas Couture

Baronne d'Astier de la Vigerie 1847 Thomas Couture détail

Sa renommée fut étendue aux Etats Unis notamment au Walters Art Muséum à Baltimore où il y a plusieurs toiles de lui. Souper à la maison d'or Thomas Couture 1855

Au canada, le Vancouver Art Gallery achète en 1931 la toile ' Souper à la maison d'or' où le modèle du jeune homme habillé de rouge fut un de ses élèves allemand le peintre ' Anselm Fenerbach 1829-1880. Cette toile récemment restaurée est en prêt à long terme au musée des Beaux Arts du Canada à Ottawa. Voilà qui réjouirait Thomas Couture un peu chagriné de ne pas avoir eu une notoriété durable, il quitta Paris un peu fâché vers 1860 pour résider en son pays de Senlis où le musée d'art et d'archéologie conserve plusieurs toiles de lui. Etude pour la Noblesse Thomas Couture

Thomas Couture 2

Il y installa son atelier dans la chapelle du palais épiscopal devenu musée. Il s'installa 10 ans plus tard à Villiers Le Bel où il continua à enseigner à des artistes américains jusqu'à sa mort. 

La Commandite entre 1860 et 1869

Posté par maison43 à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 janvier 2012

David d'Angers

Galerie David d'AngersD'abord il y a le site, particulier, le seul au monde qui existe sous cette forme, nous dira un responsable du musée, vrai ou pas, le site est à voir :

 une union improbable entre une abbatiale gothiqueAbbatiale Toussaint

 et une verrière contemporaine.Abbatiale

Un mariage réussi, heureuxAB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 où les statues de David D'Angers ne déparent pas, un peu décalées, un peu datées, de celles de ce siècle où la bourgeoisie naissante adorait les stucs, les moulages, les dorures, les miroirs, les grandes tentures, les pompons, les galons, les glands, les monuments funéraires, les statues, de ce siècle donc où la bourgeoisie un peu méprisée par la noblesse, en faisait, juste un peu trop ...

Charles d'AngersFils d'un sculpteur sur bois, Pierre-Jean David est né en 1788 à Angers, pour le différencier du peintre David, on le nommera David D'Angers. Il enverra à la ville d'Angers qui lui avait octroyé une bourse, ses plâtres d'atelier. Il obtint le prix de Rome en 1811. Il se lancera également dans une carrière politique, sera député sous la seconde République, mais sera contraint à l'exil. Il meurt en 1856. 

 

 

 

  

Il réalise des statues gigantesques, comme Gutemberg pour Strasbourg, David d'AngersJean Bart pour Dunkerke, un peu chat potté à mon avis !!!, le Fronton du PanthéonDavid d'Angers2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ... où l'on reconnaît VoltaireDétail Fronton Panthéon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et une galerie de têtes sculptées où David s'est efforcé d'afficher le caractère à travers la physionomie : théorie en vogue au XIX ème siècle dite  physiognomonie qui pensait que l'on pouvait connaître le caractère d'un homme à partir des traits de son visage.

David d'Angers3

 

 

 

 

Goethe, cérébral, puissant et soucieux.

 

 

 

 

David d'Angers4

 

 

Paganini tourmenté, romantique,  David d'Angersun Lamartine très  très... étonnant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David d'Angers6 et un Balzac sensuel, sanguin et un peu trop débonnaire pour être honnête  !    

 Très académique la sculpture de David d'angers, mais assez bonne dans les visages fort expressifs aux chevelures particulièrement travaillées.  

Posté par maison43 à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,