21 octobre 2014

lucien jonas 1880-1947

Douaumont 1916 Lucien Jonas

 J'ai découvert cet été, lors d'une exposition, ce peintre des Armées, à la Maison du Jacquemart à Langeac en Haute Loire où fusains et lithographies sur la guerre de 14-18 ont été exposés. Diffusés notamment ces dessins et affiches dans la revue L'illustration magazine hebdomadaire édité de 1843 à 1944.Lucien Jonas L'illustration

Mais il serait réducteur de ne limiter qu'à cette qualification, ce peintre prolifique au final peu connu. Il a peint beaucoup, Lucien Jonas, de croquignolets petits tableaux où familles modèles profitent de Dinard,

Lucien Jonas (Dinard)

1920 La récitation Lucien Jonas

des fresques religieuses dans les églises du nord, des fresques plus coquines notamment pour le casino ancien de Pougues Les EauxLucien Jonas Casino

Lucien Jonas 2

 il réalisa pour le restaurant et la salle des fêtes de la maison des centraux, rue Jean Goujon à Paris, des fresques proches de la caricature disparues vers 1949. Son fils a fait don au musée Carnavalet  de ses dessins préparatoires. des croquis diablement bien dessinés 

le jeune mineur

Né à Anzin près de Valenciennes en 1880, il fait les Beaux Arts de Paris. Second prix de Rome en 1905, il peint des tableaux réalistes sur les mineurs. En 1915 il est agrée peintre militaire attaché au musée de l'armée, en 16 attaché à la Marine, il croquera soldats et chefs, portraits célèbres comme Foch, d'autres inconnus.Lucien Jonas Portraits

Il effectuera toute sa vie des portraits, des paysages et des petites scènes de vie.Lucien Jonas Le rush final

 Il sera l'un des dessinateurs de billets de banque et sa collaboration avec la Banque de France durera plusieurs années, Sully, DescartesLucien Jonas Billet Descartes

 En 1937 il réalise des fresques pour l'exposition universelle pour le pavillon de l'aéronautique, mais il est un peu évincé par le couple Delaunay plus au goût du jour. Il parcourra la ligne Maginot en crayonnant toujours les soldats de la seconde guerre mondiale. Beaucoup de ses oeuvres ont été détruites et Lucien Jonas peintre d'histoire et de genre, paysagiste, portraitiste, décorateur- ici une pharmacie dans le nord-Lucien Jonas livre pharmacie

illustrateur, est un peu tombé dans l'oubli. Plusieurs sites sur ce peintre, l'un centré sur le peintre des armées.

Posté par maison43 à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 octobre 2014

Peintures flamandes à Montfaucon-en-Vélay en Haute Loire

Décembre

Décembre 2

Contemporain de Jan Brueghel (1568-1625) Abel Grimmer 1570-1619 né et mort à Anvers n'est jamais venu en Vélay, mais les hasards rigolos de la vie ont fait échouer ces 12 tableaux dans un village au nom qui ne manque pas de panache : Montfaucon en Vélay situé en Haute Loire à 46 km du Puy en Vélay. L'histoire de ces tableaux est assez rocambolesque, ces tableaux appartenaient au Marquis Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649), seigneur de Saint Chamond dans la Loire, ambassadeur à Bruxelles qui reçut en cadeau ou acheta, on ne sait pas, cette collection. On ne sait trop non plus ce qu'il en fit, orna t'elle son château de Saint Chamond ou bien l'église nouvellement construite ? on les retrouva en tout cas à la révolution dans les dépendances de la dite église.

Janvier

janvier 2

Le curé de l'église Paul-François Régis Jamon natif de Montfaucon qui avait rejoint le club des jacobins à la révolution, chassé de l'église,  partit se réfugier en son pays natal avec la dite collection en 1794. Il confia ces tableaux à la chapelle de Notre Dame de Montfaucon en expiation, disent les bonnes âmes qui savent de quoi elles parlent, de ses péchés.

Grimmer 2

Grimmer détail

Ces tableaux furent volés en 1995 et retrouvés, ils ont ré-intégré la chapelle Notre Dame depuis 1999.

Juin

Détail Grimmer

Ces peintures sur bois abordent 2 thèmes, un religieux sur Jésus, et l'autre sur la vie flamande au XVI à travers les mois. Abel Grimmer les a peintes vers 1592. Les titres indiqués correspondent à des paraboles  dont la mention évangélique latine est signalée en bas à droite de chaque tableau.

Très belle balade à faire en voiture au pays des Sucs de la Haute Loire avec cette étape flamande à Montfaucon-en Vélay, un jour où le soleil est absent.

Grimmer Les vignerons meurtriers

Posté par maison43 à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 septembre 2014

Emile Bernard à l'Orangerie

Madeleine au bois d'amour 1888

Encore un fils à maman, Émile Bernard que la mère initiera à l'art et à la musique; doué d'un vif caractère, cela le rendra capricieux cet amour maternel. Un père classiquement hostile à ses projets artistiques qui finira pourtant par l'aider, une soeur Madeleine qui l'accompagnera un temps, laissée fort libre ce qui est assez étonnant pour l'époque, et voilà Émile Bernard né en 1868 lancé avec des noms que la postérité encensera comme Gauguin son aîné de 20 ans, Cezanne son aîné de 29 ans Van Gogh aîné de 15 ans, Toulouse Lautrec né 4 ans plus tôt que lui, et enfin Louis Anquetin qui lui a 7 ans de plus que lui. Bref c'est le plus jeune, Émile de tous ceux cités, il s'inspirera d'eux, des maîtres classiques aussi. A qui attribuer la paternité du cloisonnisme ?La Marchande de rubans 1888

Inspirée de la technique du vitrail avec aplats de couleurs, on parle aussi de synthétisme. Anquetin, Bernard, Gauguin ? C'est à Pont Aven résidence d'artistes américains, danois et français que Bernard âgé de 18 ans rencontre Gauguin âgé lui de 38 ans ... qui a créé le premier cette nouvelle tendance picturale ?

Le Pardon Emile Bernard

les historiens d'art ne sont pas d'accord sur le sujet, alors que dire de moi !!! en tous cas Émile Bernard, fougueux comme on peut l'être à cet âge en voudra toute sa vie à ce traître de Gauguin qui restera vague à ce sujet et ce fier ombrageux de Bernard en cultivera fort bêtement une amertume qui le distinguera toute sa vie de ses contemporains peintres. Ainsi est sa nature à ce Bernard qui fuira toujours ce qui le dérange. C'est un touche à tout qui testera tous les genres, qui sera critique d'art, poète. Amateur de femmes, il en aura plusieurs parfois deux en même temps, car à sa manière c'est un fidèle. Durant 10 ans il s'exile en Orient, il prouve

Les trois races 1898

indéniablement qu'il sait peindre il excelle dans les drapésEtude de mulâtresse 1895

1900 Woman Smoking Hashish oil on canvas mais il hésite entre les riches couleurs d'un orientalisme et les peintures plus douces aux formes élancées d'un Puvis de Chavannes avec plus d'élégance d'ailleurs.Femmes au bord du Nil 1900 détail

pour trouver au final les classiques Titien, Véronèse, Raphael et s'éclater dans les nusLes Nues (baigneuses) 1926 détail

où il balancera entre le vice et la vertu, l'amour sacré vertueux et l'amour profane charnelNu à la coupe de cerises 1933

 L'âge ne l'assagira pas, ni en ce qui concerne sa passion pour les femmes, ni son caractère toujours opposé aux autres, il dénigrera sans indulgence la nouvelle génération de peintres. Difficile pour lui de se trouver une place; un peu versatile, n'ayant au final pas trouvé véritablement son styleNature morte aux pommes et compotiers 1906

c'est cela sans doute qui lui donnera une petite notoriété mais ne le fera jamais sortir du peloton des bons peintres, car il y en a une flopée quand même. C'est dommage, il avait un potentiel mais ne cultiva peut être pas assez son imagination créative par peur, qui sait, de sortir des sentiers battus, par esprit peut être un peu borné parfois un peu trop sûr de ses idées. Pourtant il douta cet homme, parfois et pas longtemps. Preuve en est avec cet auto-portrait qui date de 1892 assez moderne je trouve, un peu tourmenté à la manière d'un Munch. Replié dit-on dans un sombre mysticisme, il ne suivra pas cette voie et préférera rester dans un classicisme confortable. C'était son droit. Au musée de l'Orangerie jusqu'au 5 Janvier 2015.Portrait de Mme B 1938 détail E

Autoportrait avec allégorie sur le siècle, dit aussi Vision 1891

Posté par maison43 à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 septembre 2014

Jean-Michel Othoniel à l'Hôtel-Dieu du Puy en Vélay

J-M Othoniel

Stéphanois né en 1964, Jean-Michel Othoniel est de plus en plus sollicité pour ses oeuvres monumentales que l'on retrouve entre autres à la station de métro Palais Royal, sur les rives de la Saône à Lyon, dans le parc du château de Versailles et depuis peu dans le jardin de l'Hôtel-Dieu au Puy en Vélay. Sculpture inspirée du point de dentelle traditionnelle du Puy sur ses 4 pieds fuseaux. 

L'Hôtel-Dieu en profite pour exposer une soixantaine d'oeuvres de cet artiste singulier et inspiré. Un autoportrait en robe de prêtre en 1986 donne le La; un attrait puissant pour une voie religieuse, un deuil marquant incitent Jean-Michel Othoniel à sublimer la perte et son rapport à la foi dans des oeuvres où une préciosité raffinée est toujours présente.Othoniel 7

 Son oeuvre est moins mutique qu'elle ne le semble à première vue, ses croix, ses perles, les couleurs choisies, l'or et le bleu, le clinquant un peu populaire des bannières-colifichets, invitent à une certaine joie apaisée où la mort n'est plus qu'un passage, l'absence une autre présence

Othoniel 6

et les blessures de la vie des cicatrices-bijoux comme le collier rouge en murano en souvenir de la décollation de Ste Cécile. Toute douleur doit se transcender pour que dure la vie de ceux qui ne sont plus . Un peu mystique, un peu sorcier, un peu cabotin, Jean-Michel Othoniel. Transparence des larmes lourdes de blessures, vierges de douleur revisitéesOthoniel 3

colliers-mandorles, colliers-chapelets, colliers-croix,  bannières-bijoux

Bannières

 Couleur noire de la lave, perle noire maléfique, tout est symbole chez lui. Couleur bleue de la Vierge, du roi, du veuvage en Chine.

Othoniel 5

Couleur or de l'orient.

Othoniel 4

Couleur clinquante des perles d'enfants. Et un herbier pour continuer

Herbier 2

une vierge de jardinier pour finir en religieuse beauté

Othoniel 8

Othoniel 2012

Un joyeux moment, apaisant dans un été un peu sombre.

Posté par maison43 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2014

Lucio Fontana 1899-1968

Lucio Fontana

Comment  dire ? me plaît-il cet artiste là ? sa sensibilité est elle proche de la mienne ? m'enivre t'il ? que nenni, mais il m'amuse, me fait échapper des petits tracas de la vie, me divertit, me fait évader quelque part, comme lui fait évader sa peinture de la toile, alors oui, j'en re-demande encore de ces plaisirs là ...

Colombine 1948

Lucio Fontana est un extrême, mais pas que, d'un classicisme assez ordinaire parfois, et puis soudain carrément génial dans ce dégoulinement sculptural qui me réjouit et me ravit, oui, oui, oui. D'origine italienne, Lucio Fontana naît en Argentine en 1899. Son père est architecte et sculpteur. Lucio débute dans son atelier. Il donne dans un certain académisme au début de sa carrière,Fontana 1Fontana 3

Signorina seduta

mais se démarque par la matière, du plâtre rugueux, par la polychromie et par un je ne sais quoi de modernisme. Puis il passe par une petite phase abstraite de sculptures  qu'il ne poursuivra pas, une sorte de passage obligé peut être.AbstractionUn éclatement total dans la céramique de 1936 à 1939 assez jouissif pour moi, où il donne du mouvement avec talent à la matière.Fontana 4

 Lucio Fontana fonde en 1947 le spatialisme (Abandon de l'usage des formes connues de l'art pour le développement d'un art basé sur l'unité de temps et de l'espace) et déclare dans le Manifeste de l'art spatial (1951) 'Je ne veux pas faire un tableau, je veux ouvrir l'espace, créer pour l'art une nouvelle dimension, le rattacher au cosmos, tel qu'il s'étend, infini, au delà de la surface plate de l'image' source : Les mouvements dans la peinture- Isabelle Majorel et Patricia Fride-Carrassat.Fontana 13

Il y a du baroque et du futurisme dans l'art de Fontana. Fontana troue ses toiles en suivant des figures géométriques cercles, spirales. Il perce la toile, la terre cuite, le métal.Fontana 1953

A partir de 1958, il fend au cutter ses toiles où il cherche ainsi, dit il à dépasser le cadre du tableau, à donner une nouvelle conception de l'art. Il parsèmera ses toiles de débris de verre, d'or, d'argentFontana 7

 il jouera à multiplier les matières en forant des plaques en cuivre, laiton ou aluminium qui déforment l'espace dans leur miroitementFontana 10 1961

New York 1962

 Il rendra hommage à son père qui réalisait des monuments pour les cimetières et réalisera des crucifix en 1949Fontana 5

et ne pouvant représenter Dieu comme un humain réalisera ce qu'il nommait des 'Oeufs célestes'.

Fontana 8

Fontana 9

Fontana, c'est surprenant, un peu décalé, parfois excessif, c'est surtout très éclectique, avec une constante dans les matières, les formes et la couleur toujours présente. Les fentes succèdent aux trous de façon répétitive, c'est toujours le même but, pénétrer l'intimité en multicolore, donner à la toile une dimension dans l'espace en libre sensualité, sacré Lucio !

Fontana 12

Fontana 15

Fontana 16

 

Posté par maison43 à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 juin 2014

Antoine Watteau 1684-1721

Watteau détail

Homme du nord, né à Valenciennes sous le règne de Louis XIV. Son père charpentier-couvreur le met en apprentissage chez un peintre Jacques Albert Guérin à l'âge de 11 ans. Antoine Watteau montre déjà une grande habileté à crayonner gens d'armées ou de foires. A 18 ans, soit aurait suivi à Paris un  peintre-décorateur de théâtre à l'opéra de Paris, soit aurait travaillé chez un peintre Abraham Métayer puis chez un peintre marchand Etienne Derais pour faire des petits tableaux en série pour survivre. Il rencontre en 1704 Claude Gillot 1673-1722 dont il sera le collaborateur-élève jusqu'en 1708. L'élève surpasse le maître et entre chez Claude Audran III 1657-1734 décorateur attitré des maisons royales et princières peintre spécialisé dans les décors d'arabesque. Antoine Watteau les surpassera tous. On connaît peu de choses sur sa courte vie. On le dit de caractère ombrageux et instable, on dit qu'il change aussi souvent de logements que de toiles qu''il aurait tendance à vouloir terminer au plus vite  en mettant trop d'huile sur son pinceau afin d'étendre plus aisément sa couleur. On le dit un peu souillon ne nettoyant pas sa palette, et changeant rarement son huile d'un pot qui se remplissait de poussière, on en déduit aujourd'hui que Watteau devait utiliser un vernis à base de copal et non d'ambre, moins onéreux, et que pour cette même pingrerie, il utilisait de l'huile de noix moins chère et de moindre qualité. Ce mauvais usage explique que l'assombrissement de ses peintures ait nécessité de nombreux nettoyages pratiqués à l'alcool qui ont terni, craquelé, abîmé les peintures de Watteau. De sa vie intime, on ne connaît pas grand chose non plus, de bons amis, de bonnes brouilles, un relatif attachement à sa région d'origine, une santé chancelante assombrie par une tuberculose qui le tuera à l'âge de 37 ans.Watteau

Mais indéniablement, il existe un style Watteau, qualifié de Fête Galante (terme qui qualifie un style pictural utilisé par les successeurs  de Watteau)  où une multitude de petits personnages habillés somptueusement à la mode du siècle précédent, constituent des petites scènes de théâtre où l'on joue à la carte du tendre, un jeu d'amour superficiel, une sorte d'illustration d'un roman du XVIIè L'Astrée expliquent certains auteurs, une continuité plus raffinée des pastorales pour d'autres. D'inspiration vénitienne et hollandaise, cet art séduira immédiatement les collectionneurs ce qui contribuera à faire de Watteau un homme nanti à défaut d'un homme heureux. Il meurt prématurément en 1721 laissant la place aux autres peintres qui reprennent à leur façon ces fêtes galantes ... 

Watteau 2

Bien sûr, il faut remarquer la finesse du trait, la virtuosité des couleurs, un véritable catalogue de soieries, bien sûr il faut noter le côté théâtral de ces personnages, où Watteau peut être manifestait ainsi qu'il n'était pas dupe de cette douceur de vivre qu'il représentait, peintre académique, en vogue chez la noblesse, il s'est sans doute soumis à ce que l'on attendait de lui, mais laissant sa marque,

Statue détail Watteau

assez facétieux en ce qui concerne ses statues, plus charnelles et vivantes que ses personnages en représentation, Monsieur Watteau qu'auriez vous produit si la mort ne vous avait pas fauché prématurément ? Vous seriez vous un peu plus libéré encore ?

Le délicieux musée Jacquemard-André propose un parcours de Watteau à Fragonard jusqu'au 21 juillet 2014.      

Posté par maison43 à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 avril 2014

Simon artiste peintre

Arthur Rimbaud Simon

Rimbaud

Découvert à Evry au musée Paul Déroulède, un Têtes à Têtes que j'aimerais partager avec qui le voudra.  Simon se dit peintre écrivain et voyageur ... Né en Bretagne il vit actuellement à Pékin.

Je l'ai rencontré au musée Paul Déroulède où pour un mois ses toiles têtes à têtes ont été exposées. 

Bach Simon

Bach Simon

Simon aime communiquer et accompagne chaque toile d'une explication. En voici quelques unes. Le peintre nous fait partager ses pensées, le temps d'une exposition.  

J'aime sa façon de peindre, les mots qui me viennent sont joie, ludique, échevelé, coloré. J'aime ce coup de crayon, particulier, ne semblant pas être structuré ce qui est faux, anarchique, ce qui est faux aussi.

NIETZSCHE SIMON

Schubert Simon

J'aime ses coups de pinceaux qui semblent en pagaille mais ce n'est encore qu'apparence ..

Simon ou le désordre ordonné .... Simon ou l'ordre désordonné

J'aime bien.

Simon

Pour ceux qui aiment aussi, le site internet de cet artiste :

http://www.simon-artiste-peintre.com/fr/simon-peintre-ecrivain-voyageur.php

Posté par maison43 à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2014

Carl Larsson 1853-1919

Le Repos dominical 1900 Carl Larsson

 

Le Petit Palais propose en ce moment un petit voyage en pays enchanté et féerique, un univers où les enfants sont beauxLisbeth joue la méchante princesse dans l'oiseau bleu 1900 détailBrita et moi 1895 détail

 où les parents sont aimants, où les choses elles-mêmes participent par leur joliesse à l'harmonie d'un monde dans un                  Carl Larsson détail

bonheur cocoonant et ronronnant, au sein d'une famille aimante.  Bon, on en finit par être un peu écoeuré, c'est dire qu'il y en a du bonheur !!!La fenêtre aux fleurs 1894-1896 détail

et puis en s'attardant un peu, en se renseignant un peu, on s'aperçoit que tout n'est pas si rose. Que ce bonheur que l'on nous matraque n'est que l'image d'un bonheur incertain ...

Carl naît en 1853 à Stockholm, d'une famille pauvre il fréquente cependant l'école, et se distingue sans doute des autres puisqu'un professeur le dirige vers l'Académie Royale des Arts. Il deviendra peintre d'histoire et recevra une bourse qui lui permettra d'aller en 1876 à Paris. C'est un excellent dessinateur qui vit de ses illustrations et qui rêve de se distinguer en temps que peintre

Octobre Les potirons Carl Larsson 1882

il propose une toile au salon de 1881 qui sera refusée, il récidive avec une autre toile refusée elle aussi, ce qui le déprimera un brin et lui fera lacérer sa toile. Pas si joyeux que cela Carl, faut dire qu'expatrié, pas très riche, refusé des salons, n'ayant aucun appui, il y a de quoi fulminer, il y a de quoi déprimer. Gretz sur Loing et sa colonie de peintres scandinaves seront la chance de Carl; son amitié avec Karl Nordstrom qui sera un homme influent de la vie artistique suédoise va lui apporter une renommée certaine, même si la reconnaissance de grand peintre lui fera toujours un peu défaut.  Il est assez bon, comme peintre Larsson, mais pas mieux que les autres, le groupe des scandinaves à Grets, sa rencontre avec une peintre Karin BergööKarin 1898 détail

qu'il épousera, la reconnaissance de son talent par le musée national de Stockholm qui acquiert 2 de ses aquarelles, plus tard en 84 l'acquisition de L'étang par l'état français

L'étang 1883 Carl Larsson

puis l'achat de 4 autres par l'acteur Coquelin feront de cette période française un heureux moment de sa vie. De retour en Suède, il sera directeur et professeur de l'Ecole de peinture à Goteborg durant 2 ans, puis après un retour d'un an à Paris, Carl Larsson s'installe à Sundborn l'été. Son épouse qui a abandonné la peinture pour élever 8 enfants, est une excellente décoratrice d'intérieur, et Larsson mettra en image cet art de vivreLa veille de Noel 1904-1906 détail Bien sûr, tout ne sera pas si joyeux chez les Larsson. Il y aura des souffrances, des non-dits, des apparences. Larsson finira par se forcer un peu à peindre ces petites images de vie heureuse. Mais il lui faut bien nourrir sa nombreuse famille. Il s'essaiera aux fresquesFresque de Carl Larsson

mais n'aura pas le succès escompté.

Carl Larsson aurait aimé être un grand peintre de ceux qui créent un mouvement, mais il se distinguera par ses illustrations. Pas si mal après tout.

Jusqu'au 7 Juin. Les enfants apprécieront.Ma Mère 1893Carl Larsson 1910

 

Posté par maison43 à 18:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2014

Saúl Kaminer

Saúl Kaminer

Las impermanencias son múltiples y son inherentes a la misma vida. Cada vida, es impermanencia.

En un artista, hay también une impermanencia de la obra, en función de sus maestros y tambièn  de su personal vida y de sus encuentros.

Forêt intérieure 1980 Kaminer

La Maison du souffle 2013 Kaminer

Saúl Kaminer nació, en une familia de origen ucraniana. Estudió architectura y se puso à pintar. Se relacionó con el grupo latinoamericano ' Magia-Imagen. Vivió en Paris durante 22 años. Ahora Viaja entre México y Francia.

Todo es impermanencia. Asi es la vida.

Galeria de arte Thessa Herold - Paris 3e - Impermanences Avril-Mai 2014

Espero que viva, otra vez este pintor, quizás, quizás, quizás. 

Dos otras pinturas que no son en la galeria.

Les trois nouvelles 2004Saúl Kaminer

 

Posté par maison43 à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2014

Jean Carriès 1855-1894

Portrait de Jean Carriès

Plusieurs rencontres au Petit Palais, notamment un sculpteur assez peu académique dont l'art oscille entre réalisme et grotesque ...

Carriès 10

Ce sculpteur a eu dans sa vie des rencontres décisives qui l'orienteront toujours vers une voie nouvelle. Né à Lyon en 1855;  des parents tuberculeux font 4 orphelins, Jean Carriès et sa fratrie sont recueillis par les religieuses de Saint Vincent de Paul. A 13 ans, l'apprentissage chez un sculpteur de statues religieuses Pierre Vermare influencera vraisemblablement son style. Il suivra des cours aux Beaux Arts, puis travaillera dans les ateliers d'Augustin Dumont 1801-1884 et d'Alexandre Falguière 1831-1900.

Carriès 9 

Lors de l'exposition universelle en 1878, il est séduit par la céramique japonaise en grès et abandonne alors la sculpture traditionnelle pour créer un atelier à St Jean Carriès 4Amand en Pusaye.

  De son imagination influencée par le Moyen Âge, par Viollet-le-Duc, sortiront des mascarons, des masques, des animaux

fantastiques                                 Carriès 2

des poteries qui rencontreront un vif succès. Il aura commande d'une porte monumentale

Porte de Parsifal détail

qu'il ne pourra achever pour raisons financières, et surtout pour ennuis de santé. Une pleurésie aura raison de lui en Juillet 1884, il avait 39 ans.  Je ne sais pas si j'aime ou pas; la question, en ce qui concerne l'Art ne se poseCarriès 7 pas ainsi, en tout Carrièscas pour moi. Je suis émerveillée par l'esprit créatif, je suis passionnée par l'histoire de ces humains au don si particulier, il arrive parfois que j'aime ce qu'ils font, et parfois pas, mais cela n'a aucune importance. Avec Jean Carriès je suis entrée dans le monde du fantastique, du merveilleux, un monde parfois peuplé de monstres. Et j'aime bien.  

Détail porte monumentale

  

Posté par maison43 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,