26 novembre 2013

Diego Rivera

Diego devant l'Histoire du monde - Mexico 1951

Né en 1886, au Mexique, Diego Rivera fait l'école des Beaux Arts à San Carlos.

Diego a très tôt connu le manque, celui d'abord de son jumeau mort à 1 an et demi, puis celui de la présence maternelle qui déprimée le confiera à une nourrice, une belle indienne sculpturale Antonia. D'elle il gardera un appétit boulimique des femmes qu'il collectionnera et dans sa vie, et dans ses toiles.

Femme assise avec des tresses 1941 Diego Rivera

Cet homme là est fascinant de laideur; fort étonnant est aussi l'attrait sexuel qu'il suscite chez les femmes. Il devait être diablement charmeur cet homme pour plaire à ce point avec le physique qu'il avait !

 Ce géant apprend l'art du dessin avec José Guadalupe Posada (1852-1913) illustrateur de l'art indien renouvelé et caricaturiste du régime de Porfirio Díaz. En 1907 Diego part en Europe 3 ans avant la révolution de 1910, il ira d'abord en Espagne au musée du Prado voir Goya et Velasquez puis en France à Montparnasse ou il admirera la peinture de Cezanne.  Un bref retour au Mexique où il ne se confrontera pas à la révolution, puis retour à la révolution artistique qui naît à Paris avec le mouvement Dada, le cubisme avec Picasso qu'il rencontre en 1914

Diego Rivera 1915 Le marché aux puces

Diego Rivera Paysage zapatiste 1915

 en compagnie de Picabia, Juan Gris, Braque et Modigliani.  Il rencontre aussi, lui dont la grand mère est juive et portugaise, les artistes émigrés Soutine, Kisling, Max Jacob. Il aura un fils de sa première épouse Angélina Beloff qui mourra en 1918. Il aura une fille d'une Marievna dont il ne s'occupera pas, il aura plusieurs liaisons amoureuses dans cette vie de bohème et de misère où sa passion dominatrice pour l'art le domine et prédominera toujours. Avant de retourner au Mexique, il découvrira en Italie en 1921 les fresques de Michel Ange et il aimera ces fresques qui sortent des églises pour s'épanouir dans la rue et les demeures. En 1921 lors de son retour au Mexique Frida Khalo a 14 ans, Alvaro Obregón est au gouvernement et charge José Vasconcélos revenu d'Europe d'organiser la culture au Mexique. Vasconcelos demande à Diego Rivera  de mettre en images la révolution politique, Diego rentre d'un voyage aux Chiapas et au Yucatan, la tête pleine de l'art maya. Il devient ainsi le chef de file du muralisme. Il peindra, entre autres la 'Ballade de la Révolution prolétarienne ' au ministère de l'Education. Il faut comprendre alors que les mexicains vivent pour la plus part dans un monde d'ignorance totale, le muralisme se met au service de la révolution politique pour enseigner aux analphabètes l'histoire qui est en marche, dans une trompeuse apparence de liesse joyeuse et naïve où les artistes, les intellectuels se mêlent au peuple en leur faisant découvrir aussi leur passé indien. Les fresques fleurissent partout. Naturellement en compagnie des autres artistes comme David Alfaro Siqueiros, José Clemente Orozco et Xavier Guerrero Diego Rivéra est attiré par le communisme, Diego sera invité par le gouvernement soviétique, fera un portrait de Staline auquel il restera fidèle dans la pensée. 

 Et c'est à ce moment là qu'il rencontre une femme à sa mesure Frida Khalo, femme qu'il aimera plus que les autres. 

Frida est séduite par cet artiste d'action et de pouvoir et l'épouse en 1929. Diego peindra le ministère durant 4 ans et réalisera 124 fresques. Diego utilisera également plus personnellement ces fresques pour glorifier le

Portrait de Dolores Olmedo 1955corps féminin fécond et généreux. En 29 Diego quitte le parti communiste, en réalité il en est exclu, lui qui ne suit plus cet idéal communiste et tire de l'argent de sa peinture, peu regardant aux dires des communistes de la provenance de cet argent. En 1930 Diego va aux USA  à San Francisco. En 1931 au musée d'art moderne à New York a lieu une exposition de Diego Rivera : 143 toiles avec des fresques peintes sur des panneaux mobiles. Le rêve américain de Diego s'arrêtera, lorsqu'il peindra le visage de Lénine sur les murs du hall du centre Rockefeller (sacré Diego qui ne doute de rien !), on lui demandera de l'effacer, il refusera et les fresques seront alors détruites. D'autres aventures arriveront à Diego qui continuera à peindre, à idéaliser le communisme, à aimer Frida et d'autres femmes aussi, mais pour cette première fois en sa compagnie, je m'arrête là repue pour le moment sur le sujet. J'aimerais vous revoir Monsieur, vous aussi, je suis curieuse de vous toujours.

  Il meurt en 1957, 3 ans après Frida.

Renseignements tirés du livre de J.M.G Le Clézio - Diego et Frida

En ce moment, Diego Rivera est visible à l'Orangerie, en compagnie des toiles de Frida Khalo jusqu'au 13 Janvier 2013. Exposition un peu réduite qui m'a laissée sur ma faim.

Bien sûr, les fresques manquent à l'exposition, un jour peut être à Mexico, qui sait ?

 

Diego Rivera fresque murale détail

Posté par maison43 à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 novembre 2013

Erin Lawlor

Erin lawlor 2010

Erin Lawlor 2012

Evoquée par Abdelwahab Meddeb sur France Culture, alors qu'il recevait Najia Mehadji, entendu le rapprochement fait entre la peinture de cette dernière citée avec Erin Lawlor. Et moi, superbe ignorante, ai voulu en savoir un peu plus sur cette peintre Erin Lawlor .. on ne peut tout connaître, hélàs, une vie même bien remplie n'y suffirait pas, alors chercher par tous les moyens des bribes de savoir entendues, vues ou lues, et surtout s'en souvenir ! Pas de tri intellectuel ou réfléchi chez moi, uniquement l'instinct que cela me plaît, alors le garder en mémoire. Ce blog m'y aide un peu.

Erin Lawlor est née en Angleterre en 1969. Vit et travaille en France depuis 1987.

Elle utilise des brosses larges, joue avec les ombres et les couleurs.

Son site : http://erinlawlor.com/

'Une ouverture vers les hasards/accidents qui s'opèrent sur la toile, l'instant qu'on laisse survivre'

Citation d'Erin Lawlor. 

L'instant qu'on laisse survivre, voilà qui me plaît bien.

Posté par maison43 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2013

Sebastiáo Salgado

salgado 2 colorado

Les photos de paysages classiques m'ennuient, les portraits me plaisent, les scènes de rues et de vie me passionnent et j'adore les prises de vues insolites, zoomées. A priori je n'aimais pas trop Sebastiáo Salgado, les photos étaient belles, mais les sujets trop réalistes sur les misères du monde me semblaient être d'un exhibitionnisme dérangeant profitant plus au photographe qu'aux êtres humains en détresse. Il semble cependant que ce témoignage d'une humanité en péril ait trouvé un écho, chez les dirigeants, et que Salgado soit ainsi devenu une sorte de porte-parole ... 

Avec l'exposition actuelle 'Genésis' à laPhoto Maison Européenne de la Photographie, ce baroudeur passionné nous présente une vision idyllique

Sebastiao Salgado 2009 Bresil les Zoé

 des peuples aux coutumes ancestrales qui vivent en harmonie avec la terre, une sorte d'Eden dont nous avons été chassés par notre mauvaise conduite envers la Terre. Les 245 photos exposées très sophistiquées sont des oeuvres d'art où les paysages semblent crayonnés au fusain, où les personnages sont mis en scène dans une nature grandiose qu'ils respectent toujours. Le but du photographe  Salgado est de nous faire aimer cette nature si somptueuse jusqu'à

Salgado3

susciter en nous les gestes bons pour la planète. 

Il y a pire comme propagande, non ?

Posté par maison43 à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 novembre 2013

Najia Mehadji

Drapé Najia Mehadji

Née en 1950 à Paris, peintre franco-marocaine.

Calligraphie, drapés, volutes, fleurs, inspirée par sa double culture.

Fleur de grenade 2003 Najia Mehadji

Pinceaux chinois, sticks, craies à l'huile, acryliques, encres, fusains, gouaches, aquarelles, graphite

Mouvements des derviches tourneurs, tracés amples sur fonds monochromes

Danse mystique Najia Mehadji
Langeac

Papier, toile brute, toile ....

Eros et Thanatos 2009 Najia Mehadji

en vrac, en bric-à-brac, en fourbi, en bazar, en n'importe quoi ... en grosfouillis quoi, quelques toiles  pour me faire une idée du travail de l'artiste, car, une écoute de France Culture, c'est bien, mais voir son travail est mieux, même si le ressenti lors de la visite d'une exposition manque terriblement.

 site de l'Artiste : http://www.najia-mehadji.com/

Posté par maison43 à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 septembre 2013

Eva Jospin

Expo Château de Ratilly 2012

Lors d'une balade dans l'Yonne, au château de Ratilly, je me souviens des forêts d'Eva Jospin, je les avais oubliées un peu, et puis son passage actuel à Paris aux Gobelins me fait m'en souvenir.

 Plasticienne, née en 1975, Eva Jospin a fait les Beaux Arts.  Sa matière première est du carton. Ses outils : des machines de découpe, des ciseaux, des cutters, des pistolets à colle. Travail minutieux et lent, elle nous invite

détail Eva Jospin

en lisière de ses forêts, à nous, d'y rentrer ou pas, à nous d'exorciser nos peurs liées à cet univers, à nous de nous laisser guider vers nos souvenirs sylvestres. 

 

Ratilly 2

Aux Gobelins, Eva Jospin a créé une oeuvre monumentale de 7m de long sur 3m50 de haut, assez envie de la voir cette forêt.

IMG_6549

On ira donc.

Posté par maison43 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 septembre 2013

Nunca - Da Cruz - Artof Popof

Nunca

Vitry sur Seine est une ville où l'art est présent, partout, sur les murs peints par des artistes du street art célèbres dans le monde entier, dans les rues avec plus de 120 sculptures, peintures céramiques etc ... un autre musée à ciel ouvert.  

Francisco Rodriguez Da Silva dit Nunca1983 est originaire de Sao Polo, utilise bombes et pinceaux. Il utilise son art pour défendre la culture brésilienne originelle indienne. Il combat ainsi la surconsommation de la civilisation moderne où l'indien marginalisé se perd.

Vitry sur seine

Da Cruz artiste d'origine portugaise qui  a débuté ses tags pour défendre son quartier de l'Ourcq et lutte ainsi à sa manière contre la rénovation urbaine qui consiste à raser des quartiers populaires au profit d'immeubles de luxe.

Artof Popof a été marqué par son père originaire d'URSS, journaliste qui connut le goulag, réfugié politique en France. 

A suivre ....

Posté par maison43 à 20:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2013

Musée d'art contemporain de Vitry sur Seine dit MAC/VAL

Mon abyssale ignorance me faisait méconnaître Annette Messager, c'est caduque en ce qui la concerne depuis ce dernier samedi, où je suis allée me balader au musée d'art moderne de Vitry sur Seine pour la première fois. Une exposition temporaire 'Vivement Demain' réunit une multitude d'artistes contemporains, inconnus pour moi aussi, je l'avoue humblement. J'y remédie à cette ignorance de mon mieux !!! Beaucoup de vidéos, beaucoup de photographies belles, mais qui ne m'intéressent pas vraiment .. en revanche m'ont interpellée pour cette première visite qui se renouvellera :

R Fauguet

Richard Fauguet plasticien né en 1963.

Des tuyaux de cheminée, des aspirateurs à fumées mis en lumière, ce que le sculpteur qualifie de mécano géant, où le baroque et la pauvreté se mêlent. Curieux attelage avec ses 4 cavaliers, hommage à la Guerre des Étoiles, éléments de fumisterie, fumisterie dont le double sens prend pour Richard Fauguet toute sa valeur.

Arlette Messager née en 1943

La Danse du scalp

De sa loufoque Danse du scalp, Arlette Messager dit qu'elle est multiple dans sa symbolique :

- chevelure symbole de la féminité quand elle est flamboyante, et qui rasée évoque la violence que ce soit celle des femmes tondues à la Libération, où celle volontaire et provocatrice des punks.

- chevelure souvenirs-câlins de mèches d'enfants ou de morts aimés ou trophées guerriers portés en signe de victoire

A Messager

Danse de ces chevelures qui continuent à pousser au delà de la mort.   

Dis moi comment tu te coiffes et je te dirai qui tu es !!!! pas faux non ?

 

 

 

 

 

 

 

 

  

  

Gilles Barbier est un plasticien né en en 1965.

La Révolution à l'envers

 

Les têtes à l'envers, les slogans absents ... Mettez y ce que vous voulez  dans les banderolles!! ok, je ne me mouille pas !

César

Tiens un César (1921-1998) une petite compression, classique en somme et parlante pour qui sait lire.

De la Résistance à la Libération 1994

 

 

 

 

 

 

 

 

Présence Panchounette est un collectif d'artistes actif de 1968 à 1990 qui parodie l'art contemporain avec un talent certain .. mais où commence la parodie ?

Présence Panchounette

 

Posté par maison43 à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juin 2013

Ron Mueck

Mask Ron Mueck

Né en 1958, australien, il commence par faire des marionnettes pour la télévision (le Muppet Show) et le cinéma.  Il travaille avec sa belle mère Paula Rego, plasticienne portugaise et réalise pour l'une de ses compositions en 96 un Pinocchio.   

Silicone, résine, peinture à l'huile ...

Les personnages de Ron Mueck, ce sont les autres, notre voisin, nos vieux parents, le vieux couple Femme Ron Mueck détailRon Mueck détail couple

d'à côté, on remarque les rides, les veines, les expressions, leur lassitude ... on n'est pas très gai chez Ron Mueck, les gens heureux, c'est pas son truc;  on critique un peu, mais c'est comme un miroir, ce n'est pas vraiment nous ...c'est nous sans l'être vraiment ... et qu'ils soient géants ou nains, ne change rien à l'affaire. Il nous apprend l'indulgence Ron Mueck pour les autres, pour lui, pour elle, pour toi ... pour nous même. 

Les personnages de Ron Mueck, c'est nous, aussi. Mais c'est aussi  des histoires à écrire ...

Qui  est cette drôle de petite bonne femme ? on la croirait sortie de sa Cromagnie .. malicieusement,

Ron mueck

Ron Mueck détail

elle nous regarde et se moque de nous .. au diable les diktats, au feu vos croyances,  moi je suis heureuse, ce soir, j'aurai du bois pour entretenir le feu, car oui, je suis Vesta ...déesse éternelle ...et je ris de vous pauvres humains emprisonnés dans vos vies. 

Lui, c'est Thomas l'incrédule, celui qui ne croit que ce qu'il voit, à moins que le gang adverse ne l'ai blessé, lui le Crip invincible, et il n'en revient pas .. tout est permis avec Ron Mueck, l'histoire de ces personnages, c'est vous qui l'imaginez ...Youth

 Young Couple détailQuant à toi, tu me lâches, tu me fais mal,

young couple face

inutile de me retenir ...

Celui là, je l'aime bien cet homme, nu dans un bateau .. son air indifférent, l'air de rien, m'amuse, on dirait un tableau de Hopper en chair et en os ... ne fais pas ton fier, va, je t'aime bien, ne fais pas la tête, ni l'indifférent, man, prends la couverture, my dear et suis moi !Man in a boat

A la Fondation Cartier jusqu'au 29 Septembre 2013.

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2013

Simon Hantaï

Pas aisé à suivre le Simon Hantaï un vrai labyrinthe. Faut dire qu'il a laissé peu d'indices, secret, pas très bavard, un peu sauvage, pas franchement préoccupé par son image, il se retirera de la vie sociale : il y a 15 ans, je me suis placé en dehors. Je me suis retiré du centre, parce que vouloir se placer au centre n’a aucun sens, interdit d’avoir une vision critique. Il ne reste qu’une fonction sociale. Alors, je suis rentré dans l’atelier, sans considération du marché, librement. C’était la seule solution. Sinon la peinture devenait de la chose, du produit. C'était en 1982 à l'âge de 60 ans.

Peut être était il au bout de ce qu'il désirait exprimer en peinture, peut être désirait il vivre autre chose.

Né en Hongrie en 1922, il suivra après des études pour être ingénieur, les Beaux Arts à Budapest, il y rencontrera en 1945 sa femme Zsuzsa Biro. En 1948, après un passage en Italie, ils viennent s'installer à Paris.Les Baigneuses

 Les Baigneuses sont un tableau particulier, je trouve, une sorte d'exercice, une inspiration venue des musées, un essai pictural, rapidement Simon Hantaï s'intéresse aux mouvements en vogue, le surréalisme alors en déclin, lui convient par les expériences apportées : collages, découpages, pochoirs, raclages, inclusion de végétaux, d'os, plumesL'arbre des Lettrés

Femelle-Miroir II 1953

Regarde dans mes yeux

 

... et il produira plusieurs tableaux avec une touche assez personnelle, très anatomique, disséquée ...en 55, il abandonne ce style et s'intéresse à Pollock et à Georges Mathieu, et Simon Hantaï s'éclate en même temps que

Peinture 1954

Peinture 1956

Peinture 1959

sa peinture : il éclabousse sa toile de couleurs vives, recouvre le tout de peinture sombre, puis racle, d'un rythme quasi musical  à l'aide d'un cercle métallique de réveil-matin; une calligraphie étrange, joyeuse, harmonieuse et finement travaillée.  Simon est un grand lecteur de textes philosophiques, de textes religieux, il y a chez cet homme un côté maniaque, obsessionnel et sublimé, intelligemment utilisé, durant une année il recopie sur une toile recouverte de peinture blanche une partie de la liturgie catholique à la plume et à l'encre, une forme de méditation initiée par la monotonie de la copie écrite à l'encre rouge, verte, violette, noire. Et puis il recouvre ces textes d'autres écrits de SaintPeinture 1958-1959 Ignace de Loyola, Hegel, Heidegger ... bientôt aucun texte ne sera plus lisible .. de visible il y aura une croix, une étoile de David, des rectangles, un peu d'or et émerge une couleur pourtant inutilisée le rose : Peinture écriture rose 1958-1959. Les premiers à plier furent Matisse et Cezanne, Simon Hantai s'y mettra à partir de 1960, il froisse la toile, la plie, le recouvre de peinture, puis la déplie. J'ai été pris par le pli, j'ai pris le pli, le pli m'a repris Le blanc, le non peint devient primordial, Hantai parle de peinture trouée.Simon HantaïMariale Détail

Les Mariales sont les manteaux des Vierges de son enfance catholique ou d'Italie; il est slave, Simon, un peu excessif donc, alors il lui en fait des mètres à Marie, de toutes les couleurs ....et puis il revient un peu dans l'idée de ses premières peintures viscéralement peintes, en 'abstractant' un maximum, alors des panses  où la toile est nouée aux 4 Panse 1964

angles, peinte, dépliée, repeinte, redéployée etc ... des sacs-ventres où chacun y voit ce qu'il veut ...et puis il déménage, va s'installer à la campagne, à Meun un village près de Fontainebleau pour voir pousser dit-il l'herbe et ses enfants, on est en 1966, il peint alors plus épuré encore, plus abstrait, plus ...., moins, il s'essouffle un peu, et intitule ses oeuvres de lassitude, les Meuns.Meun 1968 Et puis un regain, il terminera les années suivantes par les Tabulas où le pliage différent quadrille la toile, crée des fentes partoutTabula 1975

Il les dédie à Piero della Francesca et à sa Madonna del Parto. Retour à la Vierge parturiente, retour à la Mère. Fin du voyage pictural. Simon Hantaï garde une partie de son mystère.

De 82 à sa mort en 2008, il ne peindra presque plus et se consacrera à ce qu'il voudra, aimera ... il vivra.

La musique l'a accompagné, tout au long de sa vie, ses 3 fils sont musiciens, Pour Pierre, le clavecin, pour Jérome, la viole et la flûte pour Marc, ils forment le trio Hantaï. L'exposition dure, à Beaubourg jusqu'au 2 septembre 2013.

Simon Hantaï 1974

Mère de Simon Hantaï

 

 

Posté par maison43 à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2013

Gustave Moreau

Musée Gustave Moreau

On le nommait ' le solitaire de La Rochefoucauld', oui, il habitait rue de La Rochefoucauld à Paris, une maison atelier offerte par ses parents, bourgeois cultivés et aisés. Solitaire ? sans doute sur le tard, en tout cas, pas très mondain, le sieur Moreau, plutôt casanier, sa mère pour la tenue de la maison, son amour, un seul connu, qu'il installa dans un Gustave Moreau 2Gustave Moreau détailappartement à côté de chez lui. Les honneurs lui plurent pourtant, des médailles reçues lors des salons, une légion d'honneur, nommé au grade d'officier, reçu à l'Académie des Beaux Arts où il postula ... solitaire, mais aimant être reconnu pour son art, et désirant rester dans la postérité, touchant donc cet homme ...

Son atelier est sympa, grand, clair, avec un très bel escalier, le logement est constitué de pièces petites, sûr qu'il ne faisait pas salon, Moreau ! Un brin narcissique, un brin ombrageux, un artiste donc normalement constitué ! Sa particularité fut de ne vendre que 400 toiles,  a accumulé le reste chez lui : 850 peintures ou cartons, 350 aquarelles, et plus de 13000 dessins et calques.

Gustave Moreau 4

Panneau n°2 de La vie de l'humanité Gustave Moreau

Les Argonautes 1885

Gustave Moreau

C'était un excellent dessinateur, bon coloriste, qui adorait emplir le vide, un fourmillement de personnages, une curiosité avivée, un sacré homme ce Moreau, symboliste, mythologique, mystique ....  

Moreau 1826-1898 se voulait peintre d'histoire, la bible et la mythologie l'ont inspiré, il mélange les genres et travestit à sa façon ses personnages, il emprunte dans des ouvrages sur l'inde, la Perse, l'Egypte  les palais, les bijoux, les accessoires et laisse aller son imagination débordante. Ce qui donne des êtres un peu croquignolets, presque futuristes, semblables aux héros de nos films pseudo mythologiques comme la lignée des Percy Jackson,  particulier ce prétendant, ou bien est-ce Ulysse terrassant les dits prétendants de sa Pénélope tricotante ? Délicieusement kitsch sa petite Sphinx lovée, les griffes fort gentiment agrippées au chiffon qui couvre à peine la nudité d'un Oedipe androgyne.Gustave Moreau 5

 Trop exigeant, perfectionniste, il voulait toujours ajouter un détail, et nombre de tableaux dans cet atelier en chantier depuis plusieurs années ne furent pas achevés. Une légende parfois serait nécessaire pour lire les oeuvres de Moreau d'autant plus qu'il donnait à travers ses oeuvres un message très personnel, non dénué d'un certain hermétisme. 

Le musée devrait être fermé à partir de Juillet pour une durée estimée à 5 mois, un aménagement d'autres pièces qui permettra d'exposer d'autres toiles ...  J'aimerais y revenir dans ce musée et vous ?

Posté par maison43 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,