12 mai 2012

Buren Excentrique sous la Nef

 De la nef du Grand Palais, Buren dit : c'est son volume, l'air qui y circule, sa lumière. C'est un endroit extraordinaire pour sculpter l'air et lui donner une forme, capter la lumière et lui donner une couleur.espacelumièrecoupolemiroirparapluiesparasolsrêveriepourêvervolume 390 cercles, 1500 pieds, sous le soleil, le ciel, la prairie, la vie ..... au jour, en pleine nuit, et au dessus la grande verrière ... jaune, verte, bleue ou rouge. Sais pas, vous, elles, eux, mais moi, j'en suis ressortie avec du rêve possible dans la tête, après coup, pas tout de suite, quelques heures après ... une rêverie à 5 euros, ou une déception à 5 euros ! c'est comme vous voulez, c'est comme vous percevez. C'est bof, au début, un peu comme un être aimé que vous voyez rarement, et puis cela devient au fur et à mesure que vous y pensez, un plaisir à rêver, à garder, à renouveler, quelque chose d'éphémère et léger qui vous obsédera, parfois, longtemps, toujours.

Moi, au bout du compte, j'aime.

Posté par maison43 à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 mars 2012

Coupole

Le Printemps (2)

Posté par maison43 à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2012

Dévoration

 ou dévorement, rarement utilisé, plus communément cannibalisme, plus spécialisé anthropophagie.

Le sacrifice humain fut à la base de toute croyance antique, religieuse, il s'agissait d'apaiser les dieux ou de les célébrer tout simplement. Il s'agissait d'attirer la clémence des dieux, tenter de faire oublier notre humanitude. L'humanité est née coupable. Coupable de son humanité, par rapport au monde des dieux ? Coupable par la chair, par le sang, par tout ce qui est palpable, périssable, tout ce qui peut lui faire faire des erreurs, on pouvait donc sans état d'âme si j'ose dire meurtrir la chair, faire couler le sang.  L'esprit lui par opposition représentait, le bien, la raison qui rapproche l'homme d'un dieu, l'esprit est céleste et supérieur, le corps, lui est terrestre et inférieur. Pour les anciens, le sang était un fluide vivant, les dieux irrités contre la chair et le sang, ne pouvaient voir leur colère apaisée que par le sang, il y a dans le sang versé une vertu expiatoire. Il y avait des compromis, il était permis de substituer le sang des animaux.. une vie moins précieuse pouvait être acceptée pour une autre. Les premiers sacrifices humains furent d'abord des coupables condamnés par les lois, puis les ennemis jugés coupables prirent le relais, puis quand on en eut besoin, les étrangers furent aussi sacrifiés. Et quand ils venaient à manquer, on sacrifiait ses enfants, ses femmes, ses vierges. Les grecs, les romains, les gaulois pratiquaient des sacrifices humains. Au xvième siècle, les prêtres mexicains sacrifiaient jusqu'à 20000 humains par an. Les guerres les procuraient, en cas de manque, les enfants mexicains étaient sacrifiés. Le coeur était arraché vivant, et les prêtres mangeaient la chair de leurs victimes. En Inde, les vieillards étaient jetés dans le Gange, les femmes brûlées avec leur mari défunt, jusqu'en 1800 environ. 

Le cannibalisme existe depuis l'antiquité, les mythes grecs à ce sujet restent rarement expliqués, à moins que volontairement, personne n'ose trop parler de cette pratique qui révulse les êtres humains. Le cannibalisme n'est pas acceptable, jamais. Il constituait une réelle menace pour l'humanité, pour la survie même de cette humanité. Il était facile de tuer des êtres sans défense et de s'en nourrir. Il fut plus difficile de devenir chasseur et guerrier, mais c'est à ce prix que l'humanité survécut. L'humain ne pouvait faire partie de la chaîne alimentaire. Les mythes qui résultèrent des pratiques du cannibalisme furent des garde-fous.

 Dans la mythologie,Cronos, YMtitan fils d'Ouranos le ciel et de Gaia la terre, gobera ses enfants, sauf Zeus, mais il les régurgitera, premier ogre connu donc, mais non cannibale. Déméter, fille de Cronos mangera à son insu de la chair humaine servie par Tantale qui sacrifiera son fils Pélios.

 

Cronos moderne ...par le photographe Yasumasa Morimura japonais né en 1951.

 

 

 

ceci sert de préambule à l'exposition à La Maison Rouge intitulée 'Tous cannibales' ... qui date un peu, de l'année dernière, mais restée en plan .. en brouillon que j'avais oublié .. mémoire d'ide ! mais pas tout à fait, je voulais fuir la mort d'une soeur aimée en me plongeant dans une facette de notre terrifiante parfois humanité ... et à défaut d'oublier ma soeur, j'ai oublié de poster ce message, ou pas voulu, sais pas ... 

donc 45 artistes ont participé à l'exposition présentée à La Maison Rouge à Paris de Février à Mai 2011. J'ai préféré bien sûr les plus humoristiques, laissant de côté délibérément les plus scabreuses, les plus réalistes, les plus obscènes, les plus dérangeantes intellectuellement. En fait, j'ai oublié un peu les autres, comme quoi ce blog a sa raison d'être. 

Oda Jaune, peintre bulgare née en 1979 qui mêle humour, érotisme, chair, monstruosité et provoque perplexité chez les voyeurs que nous sommes.ojIMG_0479

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Melissa Ichiuji née aux US en 1968 qui fait de la tapisserie, ici une poupée qui ne déparerait pas cKissie Kissi 2008hez un Sade contemporain, en position suggestive, et qui révèle une fois qu'on approche d'elle, une multitude de larves qui l'ont dévorée de l'intérieur, ne laissant de presqu'intacte que sa gracieuse et provoquante enveloppe corporelle ...

 

 

 

 

 

 

Et Aida Makoto né en 1965 au Japon avec sa délicieuse Mimi-Chan devenue comestible en sushi ..

Une jambe, un sein, un ventre miamm ! il se moquerait ainsi de l'instrumentalisation du corps féminin, et de la voracité cannibale de l'occident en matière d'art.    Mimi-chan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

PS Petit lexique personnel à compléter un de ces jours ..... 

Mayas : peuple  vivant au sud du Mexique en Amérique du Nord, au Guatémala, Belize, petites minorités en Honduras et au Salvador. Sacrifices humains.

maya_et_azt_que

 

Aztèques : nomades du nord du Mexique, s'installent au centre de l'actuel Mexique pour se fixer ensuite dans la vallée de Mexico. Sacrifices humains importants. Notion d'antropophagie rituelle pratiquée par les élites.

 

Incas : origine Pérou, s'étend de l'équateur jusqu'au Chili. Sacrifices humains. Ont envahi une zone qui s'étend du Chili à l'équateur, en passant par le nord ouest de l'Argentine et une partie de la Bolivie. 

Inca_expansion

 Bon, je le reconnais, tout cela est bien fouillis, sans trame réelle, ni fait mais à faire et superbement incomplet. Il faut que j'y revienne. Au gré de mes rencontres, lecture, ou exposition ...

Posté par maison43 à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2012

Yayoi Kusama en vert

espoir

Posté par maison43 à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2011

Un curieux de Conques

badaud

Posté par maison43 à 17:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


25 novembre 2011

Musée Jean Tinguely Bâle

Musée Tinguely Bâle

Après la Fondation Beyeler et son exposition sur Louise Bourgeois, son exposition consacrée au surréalisme avec des oeuvres en pagaille de Dali, Tanguy, Picabia, Hans Bellmer, Max Ernst, Magritte, Picasso, Miro et d'autres encore, s'est imposée une visite au musée Tinguely de Bâle construit par Mario Botta. Les sculptures de Tinguely emmènent dans une atmosphère particulière, ludique, rigolote, où l'innocence facétieuse d'un enfant surdoué n'est pas loin. Tinguely cela ressemble à une fête foraine sans la foule, il y a des lumières, des bruits, des grincements, des cliquetis, des objets qui se mettent en marche quand on le désire, des machines qui ne servent qu'à nous faire plaisir, sans autre utilité que de nous amener au monde magique d'un1966e enfance sans douleur, sans souffrance, ce qui n'existe pas. 

Accueil de Niki Saint Phalle avec une nana. Gwendolyn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grosse Méta Maxi-maxi Utopia. Méta Harmonie 1987Tinguely 87

Gigantesque machine, avec des escaliers, des passerelles où l'on peut grimper et observer un joyeux foutras fait de rebuts qui trouvent là une seconde vie, un rouleau de lavage automatique, un cheval de carrousel, un rideau de théâtre, un bric-à-brac absurde qui met en joie le spectateur quand cette méga machine se met en branle, si elle le veut bien. Présentée en 1987 à Venise.

 

 

 

Le Safari de la mort moscovite 19891989 T

Voiture squelette où la grande faucheuse a sa place, Renault safari assemblée pour une exposition à Moscou avec pour intention de montrer aux Russes l'absurdité des produits de luxe, symbole d'une voiture objet de luxe et de désir qui au fil des ans deviendra carcasse rouillée, et qui peut vous conduire à la Mort, passagère toujours présente. 

 

 

 

Pit Stop 1984Musée Tinguely

Commande de la Régie Renault qui évoque l'arret de la voiture au stand. Composée de pièces de voitures conduites par Alain Prost et Eddie Cheever, projection de film sur écran inclus dans la composition.

Les cinq veuves et la Lotus 25/33 R6.

Eva Aeppli  artiste suisse née en 1925 : oeuvre constituée de peintures, dessins, sculptures textiles. Épouse divorcée de Jean Tinguely dont elle aura une fille Miriam. Initialement Eva Aeppli avait conçu séparément  les 5 veuves, Jean Tinguely l'utilisera pour créer un hommage à Jo Siffert mort accidentellement sur un circuit en 1971 en y ajoutant une Lotus qui fut conduite par Jim Clark mort lui en 68. 

Jean Tinguely fut un passionné de course automobile, il avait pour habitude d'allier voyages culturels et grands prix. Il aimait l'esthétique des courses, la rencontre, parfois terrifiante, de l'homme avec la machine. Il voyait un rapprochement entre l'Art et la course automobile, reliés par cette absurdité de tourner en rond, de répétition, sans utilité réelle. Lui même qu'il qualifiait parfois de détraqué, de cas pathologique, ne se prenait pas au sérieux, était toujours à la recherche d'une nouvelle expression pas forcément rationnelle. La différence avec la course automobile résidait dans la lenteur qui était pour lui nécessaire : pouvoir représenter le mouvement lentement pour communiquer avec le spectateur.

Pour lui, la mort est présente partout. Le mouvement est l'éphémère, la panne vite arrivée, comme la mort vite arrivée dans la vie.

jt1jt2Petits assemblages qui font partie des Débriscollages, qui résultent du détournement de la fonction de l'objet, inclus les moteurs qui dans les sculptures de Tinguely ne font que des blagues, des bêtises pour nous amuser et nous donner une idée de l'absurdité de notre société qui nous pousse à consommer. Jean Tinguely disait qu'il était un assembleur.

Là une machine à faire des gribouillages inutiles. C'est une machine artiste et absurde.jt  

Posté par maison43 à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 septembre 2011

Moya

Moya

 

Rencontre fortuite à Cannes, 

en promenade sur la Croisette ...

 une tête  nous invite ...

Et je ne résiste pas aux têtes !

Moya,  moïa  ...

Bon, le monde de Moya, ce n'est pas

l'île de Pâques, mais c'est un mystère

quand même !!!! 

 

 

 

  

Nous entrons dans la Civilisation de Moya, avec un petit contact virtuel  avec l'artiste.  

C'est étonnant, surprenant, mystérieux quant à la motivation,  cela s'adresse à un monde d'initiés, dont je ne fais pas partie.

Mais je ne demande que cela, m'initier, comprendre ... Moya, Patrick né en 1955, niçois depuis 1970, nous signale une manifestation dans une galerie à Fontainebleau, on ira donc.  A noter une chapelle à Clans repeinte par Moya inaugurée en  2007. 

ab

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dolly

c

Posté par maison43 à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2011

Le jardin des Tarots - Toscane

Niki de Saint Phalle 1930-2002 en fit l'oeuvre magistrale de sa vie, elle s'y consacra 18 années durant de 1978 à 1998. Sur un terrain donné par des amis à 6 km de Capalbio. Pour financer ce projet, elle  réalisa des commandes dont la Fontaine Stravinsky, vendit des sérigraphies, et des produits dérivés, dessina un flacon de parfum, elle fut sa propre commanditaire et réalisa tout ce qu'elle désirait,  elle y résida en permanence 10 ans. Elle se logea au coeur de l'impératricel'impératrice.  

 

 

 

 

 

 

 

La voilà l'impératrice, avec ses gros seins, son sexe-entrée ouvert à tous, elle a un corps de sphinx,  l'impératrice et symbolise la Mère et son ambivalence, soit la mère protectrice, soit la mère dévoreuse, soit la putain. Niki dira qu'elle exerce sur tous une attraction ... fatale.   

 

 

 

 1

 

 

 

 

 

 

 

 l'entrée de l'impératrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la cheminée

 

Et dans son ventre, logis pour Niki, sans doute plus épuré qu'aujourd'hui ...Elle y logea une dizaine d'années, souvent malade, souffrant d'arthrite,soignée par Ricardo.

 

 la cuisine

la douche 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la table

 le lustre

 

Tinguely

est

passé

par

le

lustre.

 Eden avant que le diable ne s'en mêle, enfance innocente avant que le mal ne la saccage, lieu secret où se réfugier, jardin de sculptures gigantesques, colorées, chargées de symbolisme et d'onirisme, référence à la bible, références aux arcanes majeures du tarot, le jardin des Tarots est né de l'ambition de Niki de devenir la plus grande sculptrice. Niki ne peut se contenter d'être épouse, mère, fille, compagne, femme, Niki est avant tout Niki, artiste, libre.  

La nature pour Niki de Saint Phalle est le Féminin. Tout ce qui constitue l'architecture est masculin. Niki est devenue l'architecte de son jardin, non par féminisme agressif, mais pour se mesurer à l'Homme, d'égale à égal.

 Elle est inspirée par Gaudi, Cheval et Pirro Ligorio architecte du 16ème siècle ( jardins de Bomarzo et jardins de la villa d'Este) . L'eau, les grottes refuges, ventres maternels dont il faut  nécessairement sortir, grottes bijoux où il fait bon se reposer, dragons, serpents, insectes, monstres nous accompagnent et nous invitent à regarder au delà de l'apparence . La végétation est celle de la Toscane, pins, oliviers, lauriers. De Cheval elle retient les annotations qui guident le visiteur, de Gaudi, elle adopte la mosaïque, de Pirro Ligorio, elle adopte les jeux d'eau et les gLe Magicien repose sur la Papesserottes. 

 

Le Magicien est la première construction que l'on voit, normal, c'est la carte de Dieu écrit Niki, lui qui a créé la farce du monde paradoxal dans lequel nous vivons. Il est juché sur la Papesse, qui représente l'intuition féminine, l'une des clefs de la sagesse, écrit toujours Niki de Saint Phalle, et elle n'a pas tort, Niki ! et puis la roue de la Fortune faite par Jean Tinguely.

 

 

 

 

 

détail roue, papesse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Niki a voulu faire de son jardin une sorte de parcours initiatique personnel pour le visiteur.  Il me faudra y revenir ...

Là je me suis contentée de voir et de regarder.

Alors, en vrac ....La mort, qui peut signifier aussi le renouvellementLa Mort 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ermite et l'oracle sa version féminine

qui nous incitent à chercher en nous même

notre trésor spirituel, à travers notre coeur.

L'ermiteL'oracle 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 colonnes dans la cour du château de l'empereur ...

1 (2)7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

65

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

910

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ricardo

 

 

 Le jumeau du cimetière Montparnasse

pour Ricardo. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et une symphonie de couleurs éclatantes, miroitant au soleil ....

or

 argent

 

 

 

 

 

 

 

chair rose des femmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

émeraude

Bien sûr toute une équipe l'accompagna, tout d'abord Jean Tinguely qui soudera les structures de fer, aidé par Seppi Imhof et Rico Weber, rejoints un peu plus tard par Dok Van Winsen et Tonino Urtis. La céramiste Venera Finocchiaro les rejoindra aussi, Ricardo Menon, Marcello Zitteli et d'autres encore. 

 

 

 

 

 

 

Le Diable est mon petit chouchou, si humain, si paradoxal, il est la carte de la vitalité, mais aussi celle de la vanité .. Le Pendu suspendu par un pied, regarde le monde à l'envers, compatissantLe DiableLe Pendu

 

 

 

 

Encore une petite dernière et je m'arrache ! y revenir A l'intérieur d'une petite chapelle, les miroirs réflètent le cosmos, la réflexion de la réflexion.

Posté par maison43 à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juillet 2011

Buren à Metz

Buren s'en mêle

Posté par maison43 à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2011

Centre Pompidou-Metz

Shigeru Ban, Jean de Gastines, Philip Gumuchdjian, 3 architectes.

Lumière, espace, volume, 3 galeries parallélépipédiques aux extrémités vitrées ouvertes sur la ville forment une architecture contemporaine et humaine, ce qui n'est pas si fréquent.

Le Marcheur de Rodin et la villeVue sur la ville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une charpente façon cannage chapeau chinois recouverte de fibre de verre et de téflon. Cannage

Des espaces modulables, un pilier central qui abrite l'ascenceur et l'escalier. 

espacePompidou-Metz 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pilier central

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Et en prime des peintures, des sculptures, des expositions temporaires, comme celle de Daniel Buren qui en utilisant les structures existantes, s'amuse à leur donner une autre dimension, nous donne le privilège de nous en amuser et plus encore réussit à nous intégrer à des oeuvres d'art, magique, je trouve! Par un jeu de miroir, il nous fait entrer dans la vue sur la ville .. Cette exposition in situ ( oeuvre liée aux spécificités architecturales du lieu, travail in situ qui sera détruit sans possibilité d'être montré ailleurs) durera le temps de l'été.

Buren s'en mêle

Et puis se balader d'une vue à l'autre dans une autre galerie en compagnie de Picasso, Léger, Braque, Gonzalès, Bellmer, Dubuffet ... c'est pas mal non ?

La Poupée - Hans BellmerPhilippe Starck

 Le chameau de Marcel

    

Le cours des Choses - Jean Dubuffet

Posté par maison43 à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,