14 avril 2015

Château de Rentilly en Seine et Marne

Ce château fut construit  au XVI siècle pour un avocat du parlement Jean Boudereul, puis il connut Jean de Ligny secrétaire d'Henri IV. Fin XVIIIè  la princesse de Furstenberg petite fille de Jean de Ligny en hérite. Il appartient ensuite au marquis de Thomé. En 1820 le nouveau propriétaire Isaac Thuret consul des Pays Bas l'occupe. Vendu en viager à Ernest André en 1851 qui lui ajoute des ailes et des clochetons.Château de RentillyEn 1863 Edouard son fils en hérite, celui marié à Nelie Jacquemard (musée André Jaquemard à Paris). En 1890 Gaston Menier chocolatier l'achète. Occupé pendant la seconde guerre mondiale par des gardes mobiles qui entreront dans la résistance, il sera brûlé en représailles par les allemands en Août 1944. En 1954 le fils Jacques Menier le fait reconstruire dans un style directoire.Château de Rentilly 2

 En 1987 il est racheté par l'EPAMarne avec un projet qui échoua, passa alors en 2003 à la Communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire qui en fit un parc culturel, partenariat avec le frac.Travaux Rentilly

Le château  qui inoccupé fut pillé et délabré, attendit 2014 pour être inauguré sous sa nouvelle forme en inox poli miroir.

Château de Rentilly 5

 Le projet de Xavier Veilhan a été retenu en collaboration avec les architectes Bona-Lemercier et le scénographe Alexis Bertrand. L'intérieur du château est composé de deux grands espaces d'exposition avec des cimaises blanches mobiles.Château de Rentilly 4

Une exposition Explore qui se termine bientôt permet le temps que vous voulez de franchir l'espace du réel et d'accéder à un monde quasi parallèle filmé, en boucle, un peu obscur ce qui constitue une pause dans le temps, un arrêt sur image de votre propre vie, une sorte d'absence de vous même. Intérieur Rentilly explore

Pour vous réveiller doucement un bel espace bibliothèque sur l'art contemporain et moderne dans l'ancienne orangerie. D'autres petits trésors comme les Bains turcs fermés ce jour restent à découvrir, et pour les amateurs d'arbres, quelques belles espèces dans un parc à l'anglaise. 

 

Posté par maison43 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 novembre 2014

Château de Chamarande en Essonne

Chamarande 11

Propriété du Conseil général de l'Essonne, le domaine de Chamarande connu sous le nom de terre de Bonnes jusqu'en 1685  est consacré à la création contemporaine, outre son patrimoine paysager qu'il est agréable d'arpenter.

De style Louis XIII, le château conçu (sur un site ayant appartenu à François Miron 1560-1609, magistrat ancien prévôt des marchands de Paris) par l'architecte Nicolas de l'Espine en 1654 pour Pierre Mérault, ancien fermier de la gabelle (taxe royale sur le sel), fut racheté en 1684 par Clair Gilbert d'Ornaison dont la famille possède la terre de Chamarande en Forez, puis par le jeu d'alliance, le château passe à Louis de Talaru en 1737 qui mourut sans héritier en 1850. En 1857 Victor de Persigny (Jean Gilbert Victor Fialin) l'achète. En 1876 Antoine Boucicaut dont le père est fondateur du Bon Marché, en devient le propriétaire, il y mourra de tuberculose à l'âge de 41 ans en 1879. Veuve, sa mère épousera Laurent Amodru (député et médecin) qui devient ainsi propriétaire du domaine de Chamarande. En 1922, il vend en viager son domaine à Marthe Dervaux veuve d'un député André Thome qui le récupère en 1930 à la mort du médecin. Elle décède en 1948, et le domaine est mis en vente. En 1957, Auguste Mione 1898-1982 entrepreneur de travaux l'achète et en fait le siège de son entreprise de bâtiments. Chamarande 2Des sculptures contemporaines, dont cette tête grotesque, un peu à la manière de celles des jardins de la Renaissance italienne, sculpture d'Elmar Trenkwalder artiste autrichien né en 1959 en résidence à la manufacture de Sèvres depuis 2012 où sont exposées les pièces en grés émaillé réalisées par lui, visibles jusqu'au 1er Décembre 2014 à Sèvres.Echelle

Chamarande échelle

Cette échelle de Philippe Ramette né en 1961 artiste plasticien et photographe peu classique, ludique et plein d'humour.

Chamarande 5

Quant aux deux sculptures de la fontaine, (copies du XIX  d'après deux sculptures d'Antoine Coysevox 1640-1720, représentant la Garonne et la Dordogne dans un des bassins de Versailles), elles restent indifférentes aux baigneurs pas fous, qui préfèrent les baignoires à l'eau du bassin.     

Depuis 2012 c'est l'association COAL (coalition pour l'Art et le développement durable créée en 2008 par des professionnels de l'art contemporain et du développement durable et de la recherche) qui collabore avec l'équipe de Chamarande à la programmation des expositions dans le château. (Entrée libre).L'exposition Vivre(s), lors de notre visite était basée sur l'alimentation

Chamarande 6

dont la production est une des raisons de la destruction de notre environnement. Pain, légumes etc ... glace à consommer avec modérationInvitation pernicieuse

Chamarande

 à l'extérieur comment recycler les déchets verts en fabriquant de l'humus

Chamarande 10

Bon, cette exposition où se mêle art et écologie m'ennuie un peu, même si le mélange des genres peut être je le reconnais un moyen d'attirer l'attention de tous sur l'écologie. Alors ressortir et profitez longuement du domaine, magnifique.Chamarande 9

L'exposition d'hiver au château de Chamarande qui débute fin novembre se nomme Personnages, rencontre entre un lieu riche d'Histoire et des personnages sculptés me plaît davantage et me correspond infiniment plus, à suivre donc. 

Posté par maison43 à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 novembre 2014

Parc de la Cité Universinaire de Paris

Cité univ

Au lendemain de la première guerre mondiale, André Honnorat ministre de l'instruction publique propose de construire un lieu international pour les étudiants, destiné aux futures élites du monde entier. Paul Appell, alsacien, recteur de l'université de Paris apporta son aide par l'intermédiaire d'un autre alsacien  Deutsch de la Meurthe qui offrit 10 millions de francs or pour acheter un terrain situé à l'emplacement des anciennes fortifications de Thiers et construire la première maison La fondation Émile et Louise Deutsch de la Meurthe qui construite en 1925 accueillit les 350 premiers étudiants.Cité 2

Des mécènes multiples achetèrent d'autres terrains et 19 maisons furent ainsi bâties jusqu'à la seconde guerre mondiale.Cité 4

De 50 à 69, 21 autres maisons complétèrent la série. 37 sont sur le site boulevard Jordan sur 34 hectares de terrain, soit un des plus grands parcs de Paris. Des architectes, des décorateurs de renom y ont participé.Cité 6

Des artistes résidents  espagnols ont laissé un témoignage de leur passage dans ce jardin inhabituel ouvert au public comme le

Cité universitaire

peintre-sculpteurJoaquin Garcia Donaire http://www.garciadonaire.com/ Beaucoup moins classique, un autre artiste plasticien né en 1942 Angel Orensanz né en 1942 http://www.orensanz.org/index.html 

Cité universitaire 2

Baltasar Lobo 1910-1993 et sa Fontana http://fundacionbaltasarlobo.com/# , Oscar Estruga né en 1933 graveur, dessinateur, peintre, sculpteur, plasticien   http://oscarestruga.com/Cité universitaire 4

cité univ 4

Et enfin un sculpteur peintre mexicain Juan Soriano 1920-2006 http://www.juansoriano.net/

Cite univ

Pour être admis comme étudiant, il faut avoir au minimum un master, être inscrit dans un établissement supérieur public ou privé et agréé par l'état en Île de France. Les chercheurs post-doctorat ou enseignants chercheurs peuvent également postuler. Peuvent être intégrés aussi des artistes et professionnels de la culture. Le loyer pour un logement de 11 à 18m2 pour une personne varie de 400 à 550 euros environ. Plus de 10 000 étudiants.Cite univ 9

La Maison Internationale, fut construite en 1933 par l'architecte américain Jean Frédéric Larson grâce au mécénat de John D Rockefeller Jr qui participa également à la restauration des châteaux de Fontainebleau et de Versailles. D'ailleurs le château de Fontainebleau servit de modèle pour la maison internationale dans un style néo Louis XIII. Inaugurée en 1936. La maison internationale est le lieu de ralliement des étudiants qui peuvent se restaurer, bénéficier de services comme piscine, salle de sport, ou lieux de culture avec théâtre et bibliothèque. L'aile ouest accueille des résidents de toutes nationalités, pour des séjours inférieurs à 3 mois. On peut également louer des salles de 20 à 500 personnes pour des conférences, colloques, congrès etc ...

Cité universitaire 6

 Initialement, ce lieu universitaire comportait une église non située sur le terrain de la cité afin de respecter la laïcité du lieu. Ce fut donc sur un lieu privé qu'elle fut érigée en béton armé, les architectes furent les Paquet père et fils.

Eglise de Gentilly

 Les anges

Eglise

sculptés par Georges Saupique, qui ornent le clocher veillent sur le boulevard périphérique qui en 1960 la sépara de la cité universitaire. Délaissée en 1968 par les résidents, l'église du Sacré-Coeur de Gentilly est devenue une paroisse portugaise. 

Posté par maison43 à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 octobre 2014

Peintures flamandes à Montfaucon-en-Vélay en Haute Loire

Décembre

Décembre 2

Contemporain de Jan Brueghel (1568-1625) Abel Grimmer 1570-1619 né et mort à Anvers n'est jamais venu en Vélay, mais les hasards rigolos de la vie ont fait échouer ces 12 tableaux dans un village au nom qui ne manque pas de panache : Montfaucon en Vélay situé en Haute Loire à 46 km du Puy en Vélay. L'histoire de ces tableaux est assez rocambolesque, ces tableaux appartenaient au Marquis Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649), seigneur de Saint Chamond dans la Loire, ambassadeur à Bruxelles qui reçut en cadeau ou acheta, on ne sait pas, cette collection. On ne sait trop non plus ce qu'il en fit, orna t'elle son château de Saint Chamond ou bien l'église nouvellement construite ? on les retrouva en tout cas à la révolution dans les dépendances de la dite église.

Janvier

janvier 2

Le curé de l'église Paul-François Régis Jamon natif de Montfaucon qui avait rejoint le club des jacobins à la révolution, chassé de l'église,  partit se réfugier en son pays natal avec la dite collection en 1794. Il confia ces tableaux à la chapelle de Notre Dame de Montfaucon en expiation, disent les bonnes âmes qui savent de quoi elles parlent, de ses péchés.

Grimmer 2

Grimmer détail

Ces tableaux furent volés en 1995 et retrouvés, ils ont ré-intégré la chapelle Notre Dame depuis 1999.

Juin

Détail Grimmer

Ces peintures sur bois abordent 2 thèmes, un religieux sur Jésus, et l'autre sur la vie flamande au XVI à travers les mois. Abel Grimmer les a peintes vers 1592. Les titres indiqués correspondent à des paraboles  dont la mention évangélique latine est signalée en bas à droite de chaque tableau.

Très belle balade à faire en voiture au pays des Sucs de la Haute Loire avec cette étape flamande à Montfaucon-en Vélay, un jour où le soleil est absent.

Grimmer Les vignerons meurtriers

Posté par maison43 à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 octobre 2014

Les falaises de BLOT en Haute Loire

Blot 2

Elle me ressemble un peu cette femme, brune, de type protomagdalénien ou gravettien final  une des phases du paléolithique supérieur,  vers 20 000 ans avant JC, le teint foncé, sensiblement de ma taille, musclée, surprise autant que moi, faut dire que sa robe en peau de bête (de loup et de renard) jure avec ma tenue de marcheuse, faut dire que son silex (pointe de la gravette)pointe-gravettien

jure aussi avec mon bâton de marche, faut dire aussi que son charabia un peu guttural (langue préhistorique) ne trouve pas d'écho en ma langue pourtant simplifiée 'vous d'ici ?' Cela a pour effet quand même de la faire rire, un rire particulier où elle se trémousse faisant cliqueter ses pendeloques en ivoire. Après un échange amical de nos armes respectives, elle m'emmène au pied de la falaise impressionnante (Falaise du Blot commune de Cerzat en Haute Loire) 30m de hauteur sur 300m de long, une vaste falaise basaltique qui domine l'BlotAllier à une centaine de mètres de là, où un abri sous roche fermé par des branchages offre un habitat inattendu. Plusieurs huttes d'où sortent des enfants, et des êtres vêtus comme ma brune préhistorique. Il fait nettement plus froid, tout à coup, et mon gilet semble bien ridicule face aux peaux de bêtes qui tapissent les huttes. Des burins, perçoirs, becs, racloirs jonchent le sol, des microgravettes sont nettoyées par des chasseurs. Les femmes font cuire du poisson et des légumineuses. Des chiens viennent me renifler. Je suis conviée à leur repas.

-José, tu rêves ?

Heu, oui, c'est bizarre, il y avait là du monde, un petit clan d'hommes et de femmes, et il n'y a plus rien, que des tôles ... qui protègent le site archéologique.Pressoir à raisin

Et venus à pied de Saint Ilpize à travers des sentiers mal entretenus ou disparus dans les champs, nous quittons le site pour retourner d'où nous venons, nous admirons au passage un pressoir dans un petit village Josan. 

 Balade de 9km non balisée à travers champs parfois, agréable nonobstant quelques montées difficiles au soleil brûlant ! 

Balade des Falaises du Blot

La culture protomagdalénienne est connue en France dans le Sud-Ouest. L'isolement géographique du site du Blot demeure une énigme. Ce site fut découvert par un agriculteur en 1934. 

Blot

  

Posté par maison43 à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 septembre 2014

Les grottes de Couteaux en Haute Loire

Couteaux 7

Une balade au Moyen Age, loin des fêtes médiévales que la région nous offre généreusement, une balade qui fait appel à notre imagination. Près de Lantriac dans le massif du Meygal, toujours en Vélay a 20 km du Puy. Un ancien village troglodyte creusé au Moyen Age. Balade de 6km sans difficulté qui nous fait passer par l'ancienne ligne ferrovière inachevée qui devait relier Clermont à Nîmes  et nous donne une vue sur les monts du Meygal.

Cette époque fut une période faste pour ce type d'habitat, pour divers raisons :

- économie évidente de matériaux de construction

- protection naturelle envers des assaillants possibles

- lieu abrité des vents et du froid, exposition au sud.

Le site de Couteaux fut choisi en fonction de la roche tendre déposée lors d'une première éruption de type maar, une seconde explosion de type strombolien a fait couler de la lave basaltique beaucoup plus dure que la roche tendre et qui constitue le plateau de la champ haute.Couteaux 2

Voilà pour la construction, il suffira de creuser à l'aide de pics en pierre ou métalliques. Le village est linéaire mais comporte des étages.Couteaux 1

La première partie se constitue de petits habitats qui avaient une petite cour, la seconde partie concerne le collectif : une forgecouteaux 4

une ferme et un lieu de culte

Couteaux 3

La troisième partie est interdite au public par risque d'effondrement, on suppose qu'elle aurait servi de logements pour les desservants.

Couteaux 5

Bien entendu, il faut imaginer des portes, des palissades en bois qui ferment ces cavités, des coffres, des lits garnis de paillasse, et des fourrures ou tentures si possible

Couteaux 8

A noter qu'une circulation d'air interne permettait aux humains de bénéficier de la chaleur des bêtes. Le soleil hivernal pénétrait dans la cavité, chauffait les roches qui diffusaient lentement de la chaleur la nuit. Et le soleil estival plus haut ne pénétrait pas dans les grottes où la fraicheur se préservait.

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2014

Les Chibottes de Vals le Puy

Chibotte

On ne va pas chipoter sur le terme de chibotte, encore que j'y prendrais un plaisir notable !! on va se limiter à ce que Dame Wikipédia indique, suivis ou précédés je n'en sais rien, des guides concernant la Haute Loire .. donc chibotte viendrait du terme vellave tsibota ou tsabota, ou même encore tsabana ou tsabone qui signifie en vellave cabane, et pour compliquer un peu plus, on ajoute que le terme chibotte viendrait de chabatta, terme médiéval qui signifierait une masure, terme employé par Albert Boudon-Lashermes 1882-1967 , poète, auteur de nombreux livres sur le Vélay qui donc aurait popularisé ces tsabones en chibottes. Bref ce sont des petites constructions en pierres sèches vraisemblablement utilisées dans les vignessommet

 comme petit abri fort rudimentaire et utilisé occasionnellement, d'autres attribuent l'origine de ces constructions aux Ligures qui se seraient aventurés jusque dans le massif central...

Quoiqu'il en soit, ces chibottes là sont situées dans le vallon du Crouzas à 3 km de la mairie de Vals le Puy sur un côteau de la vallée du Dolaison entre Vals Le Puy et St Christophe sur Dolaison.Chibotte 2

Vue sur Vals

Plusieurs départs soit de la mairie de Vals, soit du parking sur la route entre Vals et St Christophe signalé par un panneau, et selon l'endroit, selon les éventuelles méprises sur les directions, vous pourrez marcher de 2 à 8 km voire un peu plus ... une quinzaine de chibottes, dont certaines privées, ont été restaurées ou reconstruites et un sentier aménagé avec plusieurs directions possibles. 

Eboulis

Éviter les temps de pluie et les chaussures légères, une petite difficulté au niveau des somptueux éboulis qui nécessite de bonnes articulations même si  vous pouvez vous retenir à un câble.

Pour les curieux dont je suis, un site intéressant à consulter qui chipote sur les chibottes pour notre plus grand plaisir.

   http://www.pierreseche.com/mythe_chibottes.html

Posté par maison43 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2014

Château de Siaugues Saint Romain - Haute Loire

St Romain

Nulle trace d'écrit en ce qui concerne ce château avant le 13ème siècle.

Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis était suzerain de moults fiefs du Vélay, Entre 1250 et 1263 le recensement de ses vassaux auvergnats fit apparaître la seigneurie de Saint Romain. 

Du corps de garde, s'entendent encore les bruits de guerre, les pavois des Arbalétriers, le sifflement des flèches d'archers, les fléaux qui frappent les armures, les masses qui s'abattent sur les têtes, les miséricordes, les javelots, les cliquetis en tous genre mêlés aux cris de terreur et de souffrance, une odeur de sang où se mêle l'acide aigreur de la peur se mélange à celle du feu  ..

Nous sommes en 1361, autour du château, sur la butte, une église, des maisons et des humains, un seigneur voisin Etienne de Vissac voulant s'emparer du château, ses gens d'armes brûlent les maisons et l'église qui seront reconstruites à Siaugues.

Nous sommes en 1372, durant la guerre de 100 ans, Armand de la Roue en conflit avec le Seigneur de Polignac, en compagnie de Robert Dauphin seigneur de St Ilpize  donne l'assaut au château de Siaugues Saint Romain, ils ont d'abord tenté sans succès l'escalade des forteresses de Polignac et de Solignac et se sont donc rabattus sur ce château dont les Seigneurs seraient les Beaufort-Canillac et les Bertrand vassaux des puissants seigneurs de Polignac.détail

Ils occupèrent un temps le château et furent ensuites vaincus, les sources à ce sujet restent malheureusement fort rares et assez évasives.  

En 1415 Gilbert III Motier de Lafayette 1380-1464, Maréchal de France, acquiert le château et le restaure, on peut supposer qu'il ne l'occupa que par intermittence, ses états d'armes glorieux et nombreux le prouvent, il légua à l'un de ses fils Gilbert IV ( mort en 1527) ce châteauSt Romain2

celui ci se lia aux Polignac en épousant Isabeau de Polignac. Un des derniers descendants de la branche qui hérita du château fut le père Joseph conseiller de Richelieu, il ne dut pas l'occuper beaucoup non plus, une duchesse d'Uzès l'acheta mais il n'abrita que des gardes. Le château fut pillé à la Révolution et alla à l'abandon.

Très proche de nous, une bande de jeunes américains vint le délivrer de sa prison de ronces, et l'une d'entre eux épousa l'actuel propriétaire des ruines. 

Les fresques murales du château furent détaillées par Léon Giron (1839-1914) peintre : article à lire sur le site Mémoires d'Auvergne.   

 

Posté par maison43 à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 janvier 2014

Le Lac du Bouchet 43

volcanisme

Géologiquement il s'agit d'une rencontre violente entre le feu  à plus de 1000 degrés sous la forme d'une roche en fusion (dit magma) et l'eau au plus profond d'un plateau volcanique, une rencontre explosive de vapeurs d'eau et de roches pulvérisées, le tout à plus de 10 km de hauteur, creusant ainsi un immense cratère, une cuvette de forme ovale.

Historiquement un tertre funéraire ( terre recouvrant une sépulture) à l'âge de fer, puis plus tard un établissement gallo-romain dont on a retrouvé quelques vestiges.

Socialement un site utilisé par les bergers qui viennent faire paître leurs moutons, et un immense lavoir pour les femmes des alentours. Devenu depuis le début du XX siècle un site touristique fort apprécié. Lac du Bouchet

Lac du Bouchet 1953

Sentimentalement un lieu familial où nous allions nous promener en famille.  

Et pour tous une balade tranquille à faire, ce lac situé en Haute Loire, en Vélay, dans le Devès près du village le Bouchet Saint Nicolas.

Court une légende qui dit qu'un village était bâti en ce lieu, l'abondance y régnait. Un mendiant se voit refuser l'aumône, seule une vieille femme n'ayant pour seul bien qu'une chèvre lui fait la charité, selon une autre version ce sont 2 saints qui se virent refuser un asile pour la nuit. Le lendemain, le mendiant se transforma en Fils de Dieu et oui, pas moins, mais il fut chassé par les Druides qui le traitèrent d'imposteur. Jésus  revint le lendemain pour mander la vieille de rejoindre le coteau sans se retourner, et il déclencha un orage (ou un incendie selon d'autres sources) qui dévasta le bourg, las, la vieille curieuse ne put s'empêcher de regarder le village s'engloutir dans les eaux et fut transformée en pierre, illico, sa chèvre itou. Pas si cool, le fils de Dieu !

Alors en hommage à la Vieille Dame dont la générosité fut bien mal récompensée, on érigea à cet endroit une croix.

La croix de la chèvre

La croix actuelle est moderne, son socle est dû à Philippe Kaeppelin. Elle est située à 1242 m.

La chèvre

Par temps clair, on peut distinguer les ruines du village, et même entendre le son d'une cloche, et malheur à celui qui veut aller voir de plus près, un tourbillon l'emportera sûrement au fond du lac. D'ailleurs un villageois voulant mesurer la profondeur des eaux avec un seau et une corde en retira un seau rempli de sang, il ne dut son salut qu'à Saint Nicolas qui pour une raison connue de lui seul lui assura sa protection contre la colère du divin. Décidément, pas commode le divin.

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 septembre 2013

Le pont du Diable - Chalencon

Chalencon

En partant du Puy passer par la route des gorges de la Loire, à Saint André de Chalencon, se garer devant l'église. Une balade de 6km facile à travers les bois, où le point de vue sur le village de Chalencon est assez saisissant. Balade 20 Ptit crapahut en Haute Loire. Chalencon est un pittoresque village où les maisons restaurées sont particulièrement belles. Célèbre

Chalencon 2

pour son pont du Diable qui enjambe l'Ance du nord, affluent de la Loire.

Chalencon 3

La légende raconte que le seigneur du château excédé de voir le pont régulièrement détruit par les crues de l'Ance fit un pacte avec le diable : pont résistant contre l'âme de la première personne franchissant le pont. Le seigneur se sacrifia, mais son chien plus rapide le devança donnant son âme au diable. Ce pont date du Xème siècle, a 2 arches et un tablier en dos d'âne.

pont du diable

  

sculpture

sculpture3

atelier5

Un sculpteur, Paul Guillier dit Pogui, ancien ébéniste, est sculpteur sur bois, sur pierre, a parsemé le village de statues. Il nous a ouvert son atelier où rien n'est à vendre, un homme passionné par ce qu'il fait et qui sait nous faire partager cette passion. Un joli moment.

 

Sculptures

Une crèche de 83 santons lui a pris 2 années de sa vie.

atelier2

Posté par maison43 à 18:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,