08 octobre 2013

Ne m'oublie pas

ne m'oublie pas

Document  autour de la maladie d'Alzheimer, ou comment vivre le plus tendrement possible cette horreur qu'est la maladie d'Alzheimer difficile pour le malade, pénible pour son entourage. Le réalisateur filme sa mère, atteinte de cette maladie sur plusieurs années. Elle était belle et intelligente, leur famille vivait avec ses secrets, la maladie les réunit, efface les regrets, les remords, les blessures d'une vie; l'occasion pour ce fils de se souvenir des belles années de cette mère qu'il découvre avec nous. Se souvenir des belles choses ! Zabou Breitman avait déjà traité ce sujet, mais cela restait fort romanesque, David Sieveking choisit le réalisme, plus proche de nous, même si il choisit de l'édulcorer un peu quand même !     

Posté par maison43 à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


02 mai 2012

6 mois à vivre

Marie DeroubaixMarie Deroubaix 1953-2011

Témoignage d'une femme qui à 56 ans est atteinte d'un cancer du poumon qui métastase, 16 mois plus tard au cerveau, sans espoir de guérison. Marie choisit de renoncer à tout traitement susceptible d'engendrer une plus grande souffrance encore. Elle refuse la chimiothérapie, la radiothérapie, en explique ses raisons, et constitue un dossier en Belgique pour mourir, euthanasiée.

 

 

christiane singerChristiane Singer 1943-2007

Écrivain. Lorsqu'elle apprend qu'elle n'a plus que 6 mois à vivre, elle décide d'écrire un journal  qui sera publié sous le nom de 'Derniers fragments d'un long voyage'. Catholique, elle choisit de vivre sa mort jusqu'au bout. Plus littéraire et plus philosophe que Marie Deroubaix, elle a une perception différente, qui sublime presque la mort. Littérature ou réalité ?

Deux manières différentes d'envisager cette condamnation à mort.  

 

Pour une troisième, très proche, il y eut à la fois, impérieux désir de vivre jusqu'au bout en supportant les pires souffrances engendrées par les traitements, volonté farouche et angoissée de se maintenir en vie à tout prix avec un énergique et constant refus de la mort . Ce sont nous, les non malades, qui l'avons accompagnée jusqu'à sa mort, qui avons craqué.

Je me demande ce que de tels témoignages peuvent apporter aux autres, mis à part pour les proches, mis à part pour ceux qui les écrivent. Chaque histoire est unique et se déroule pas à pas selon l'acteur infortuné qui la vit. Bien portant, on peut avoir un avis sur la question, être interpellé par ces approches différentes, mais je crois que ce n'est que confronté personnellement au problème que l'on se forgera une idée  sur la démarche à suivre : soins pallatifs, euthanasie à l'étranger, refus des soins etc ... 

Et si on peut l'éviter ce problème, ce sera bien.

Posté par maison43 à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,