16 février 2015

La chair interdite - Diane Ducret

Ducret

On n'a jamais parlé autant du sexe féminin que dans les revues féminines actuelles où l'on évoque sans tabou ce sexe que nous connaissons pourtant encore parfois si peu dans ses détails et usages, si j'ose dire. Le désir est la revendication la plus commune, car ce désir ignoré durant des siècles fut quand même reconnu pour de l'hystérie pure il y a un peu plus d'un siècle, ce n'est pas si loin de nous et c'est dire si on a du retard à rattraper en ce domaine ! Le docteur Charcot en fera sa pathologie préférée de ce désir féminin frustré. Les excès les plus incroyables seront pour les moins chanceuses l'ablation pure et simple du clitoris, et pour les plus veinardes l'orgasme médicalement assisté pour arriver à la fabrication du premier vibromasseur toujours sous contrôle médical. Freud y verra dans ce clitoris un vestige du phallus, et créera ainsi ce fameux complexe de posséder toutes un pénis que nous envierions toutes chez les hommes, on se demande bien pourquoi !! on l'aime ce sexe masculin mais chez l'homme, à de rares exceptions près, comme si les hommes nous enviaient la maternité ! là aussi il y a des exceptions mais elles restent rares. Toi Homme, moi Femme, cela aurait pu être simple comme histoire, une complémentarité dans un sens ou dans l'autre, une différence assumée selon nos natures, un sexe différent mais égalitaire ... seulement voilà, l'un a plus de muscles que l'autre, donc plus de pouvoir alors la tendance fâcheuse de soumettre la femme a tenté l'homme et c'est devenu souvent, moi chasseur, toi gibier, moi puissant, toi ta gueule, alors on a galéjé sur notre chair intime, essayé d'en percer le mystère, au propre comme au figuré jusqu'a nous violenter toujours et encore. Quand on veut humilier une femme, on s'introduit de force dans son sexe, on se livre aux pires perversités jusqu'au meurtre final. C'est assez désespérant au fond, car cela dure toujours. Diane Ducret nous établit une chronologie du sexe féminin assez joliment racontée, bien documentée avec beaucoup d'humour dans la forme, centrée uniquement sur ce sexe féminin, aimé, haï, maudit, vénéré et toujours au final mystérieux pour les hommes.

Posté par maison43 à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


03 juin 2014

Reflets dans un oeil d'homme

Nancy Huston

Essai de Nancy Huston

Nancy Huston pense que la femme est depuis 2000 ans une machine faite pour la reproduction de l'espèce.  Réceptacle à sperme, elle enfante car c'est inclus dans ses gênes, sans trop réchigner. L' homme lui est une machine à sperme ne pensant qu'au plaisir mais Dieu merci fécondant sans y penser pour la survie de l'espèce. La femme ne pense pas à se faire belle, elle y est obligée par son obligation génétique à enfanter.

Moi

On peut se demander pourquoi ? pour plaire à l'homme sans doute qui donc en plus d'un sexe a un cerveau qui lui permet au moins de définir la Beauté, celle qui lui plaît. Selon les époques, selon les civilisations, la beauté revêt des visages différents, la beauté n'a rien d'universel donc, rien de bien défini.

Nancy

La beauté est une apparence donc une illusion ' il est clair que la beauté, par essence éphémère devient une sorte d'imposture.' extrait,

Moi

l'imposture est l'action de se faire passer pour un autre. La femme belle sait en général qu'elle l'est et ne se fait pas passer pour une autre, elle est ... belle. Pas d'imposture de sa part. Qui décrète que cette beauté ne doit pas vieillir ? qui dit qu'elle est éphémère. Si la femme prend soin de son corps, elle  restera belle. Nul besoin de chirurgicaliser pour conserver sa beauté : les femmes liftées ne sont pas belles, elles sont liftées et cela se voit. Un beau visage jeune restera beau même vieux. Quant à la moins belle qui le sait aussi, elle veillera aussi à prendre soin de son corps, de son visage et au final, la beauté d'un vieux visage tient plus à l'harmonie qui s'en dégage qu'à la beauté des traits. Bien sûr, notre société de consommation a vu dans ces histoires de miroirs, dis moi si je suis la plus belle, un bon moyen de capter une clientèle, puis de la fidéliser ... sommes nous si cons, les femmes pour tout gober ? les belles et les moins belles ? sommes nous des moutons qui suivons les diktats que nous imposent les réalités commerciales ? je ne le crois pas; même si nous nous laissons tenter parfois par les chants des sirènes, parce que nous le valons bien.

Nancy Huston veut prouver que nous ne sommes pas si libres que cela, les femmes occidentales, ce n'est pas entièrement faux, il y a notre milieu social, notre éducation, le système scolaire, le système social qui nous façonnent, et bien sûr la cosmologie puissance financière qui nous conditionne malgré nous un peu, mais nous avons toutes une vie pour nous en libérer de ces diktats, pour nous forger notre propre beauté. C'est donc aussi partiellement faux.  Les intellectuels ou ceux qui jouent ce rôle, ont tendance à faire des cas particuliers des cas généraux. Nancy Huston n'échappe pas à cette règle. Ce n'est qu'une poignée de femmes qui suivent les diktats de la Beauté éternelle, les actrices, les célébrités en tous genres; la majorité des femmes en occident, à partir d'un certain âge continue à prendre soin d'elles sans illusion, mais avec un plaisir particulier que n'évoque jamais Nancy Huston et qui vient à la maturité tranquille, celui de se plaire, avant tout. Pourquoi vouloir à tout prix plaire à l'homme, Nancy Huston ? la femme occidentale a quitté pour la plus part ce stade, et tente, ce qui est plus difficile encore, de se plaire à elle même. 

Oui, mon écrit est fouillis, non structuré, un peu comme le livre de Nancy Huston. Je ne sais pas où cela nous mène, ni l'une ni l'autre !!!!

Il y a des livres qui ne mènent à rien, ou presque, itou pour les écrits !!!

Et alors ? Rien !

Posté par maison43 à 19:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2014

Archives des anges - Alix de Saint-André

Archives des anges

Une Histoire des anges, contée avec sérieux quant aux références, avec humour quant au fond, ce qui me convient parfaitement. Drôle cette Alix de Saint-André, un parcours atypique pour une catholique qui suit classiquement des études de lettres à la Sorbonne, puis un passage à Canal Plus, journaliste à Elle, elle écrit depuis romans ou essai comme celui des anges. Irrévérencieuse cette Alix de quoi me réconcilier, presque, avec la religion; bon en attendant l'impossible, penchons nous sur ces anges !   

Trois religions, juive, chrétienne et musulmane avec un premier point commun, Yahvé, Dieu le père ou Allah, le second point commun est la reconnaissance de l'existence des Anges, les petits messagers de Dieu. Beaux, les anges en général, le plus beau était parait-il Lucifer, le premier qui apparaît dans la bible et pas sous la forme d'un serpent initialement car c'est Dieu qui le condamne à ramper sur la terre après avoir perverti Eve ... donc c'était un bel ange qui séduisit Eve, ouf nous voilà rassurés sur la saine sexualité d'Eve, bon d'accord elle incite Adam à manger un fruit du seul arbre interdit de l'Eden, celui de la connaissance du Bien et du Mal, Adam et Eve purs produits de Dieu ne pensaient pas par eux même, éternels, ils s'emmerdaient au paradis !!! ouf le Malin les a rendus mortels, (punition de Dieu), mais capables de faire le bien et hélas le mal ... la pomme en fait était une figue, ou un autre fruit, et est devenue symbole du fruit défendu, symbolique du péché de chair ... interprétation purement humaine ... comme l'interprétation de tous les textes anciens d'ailleurs ...  pour les musulmans les démons sont en fait des djinns, intermédiaires entre les anges et les hommes, ils peuvent être d'ailleurs bons ou mauvais. Satan a emmené avec lui une partie des anges, dits anges déchus. Les Démons ont longtemps terrorisé les masses, de nos jours on ne parle plus de Malin, mais du Mal. Nuance légère où le Malin disparu n'a pas supprimé pour autant le Mal toujours bien présent chez les humains, misérables humains qui se tuent au nom d'un Dieu, misérables humains chassés du paradis.

Puissent les anges, infatigables tisserands d'invisibles liens, graver cette affectueuse ponctuation ailleurs que dans le marbre des pierres tombales , c'est leur rôle après tout. extrait.

Encore, faut il croire aux anges !

Et pour le reste, car ce message est un peu saboté et bien si cela vous dit, lisez le ce livre ! 

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,