29 août 2017

Jaume Plensa au Musée d'Art Moderne de St Etienne en Loire

Jaume Plensa 1

Elles se nomment Lou, Laura, Asia, Mar,Wilsis, Julia. Dames de Fonte, elles sont soeurs de mes chers Moïas. Jaume Plensa sculpteur né à Barcelone en 1955 les a d'abord photographiés ces visages de femmes, scannés, aplatis pour nous en faire oublier le volume, puis modelés en polystyrène, puis réalisation d'un moule où l'on coule la fonte. Ces statues impressionnent au premier abord, et  l'on tourne lentement autour d'elles, notant les yeux bridés de l'uneJaume Plensa 3

le nez fin d'une autreJaume Plensa 4

la coiffure différenteJaume Plensa 5

et de nos circonvolutions répétées s'élève en nous une bienfaisante quiétude devant leur hiératique beauté de vestales aux yeux clos, un visage sur le mur qui me rappelle la Dame mystérieuse du château de St Privat d'AllierJaume Plensa 6

et plus aériennes et ludiques deux autres têtes en résille d'acier qui représentent pour le sculpteur 9 mois de travail avec une soudure à chaque croisement de fil, transparence et volume de ces têtes massives et légères qui reposent les yeux.Jaume Plensa 2

 Exposition qui se termine le 17 Septembre 2017.

Posté par maison43 à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


11 mai 2017

Camille Pissarro 1830-1903

Pissarro Bords de la Marne à Chennevières 1864-1865

De son enfance passée dans les Antilles, il reste peu de traces dans les peintures de Pissarro. Certes il suit cinq ans d'études à Paris, pensionnaire de 12 à 17 ans, où il apprend le dessin, d'où quelques cocotiers, certes il se rend au Louvre le jeudi et le dimanche, mais son retour à St Thomas où il restera jusqu'à l'âge de 22 ans, ne le marquera pas suffisamment pour en être plus tard inspiré à la manière d'un Gauguin. Il faut dire que le destin de commerçant même riche que lui propose son père ne lui laisse le temps que de croquer sur le vif des petites scénettes de la vie portuaire, jusqu'à ce qu'un jour, il s'enfuit avec un paysagiste danois pour Caracas où il restera de 1852 à 1854. Son dessin s'améliorera, jusqu'à 200 oeuvres sur papier, dont seul un petit nombre est parvenu. Il s'initiera modestement à la peinture, et sa prédilection pour les scènes de marché, les paysages, les villages au loin préfigurent la future production de Pissarro.Pissarro Dulwich College Londres 1871

En fait, Pissarro est un rebelle qui choisit toujours de se démarquer, de tout; d'abord de son milieu petit bourgeois, où l'avenir est décidé par son père, puis du mouvement pictural en cours, des techniques de peinture à suivre, et enfin des convenances à respecter. L'exotisme si à la mode alors, il l'a vécu lui, il ne le peindra que rarement après sa période vénézuélaine. ll quitte les Antilles en 1855, il n'y reviendra plus jamais. Il choisit de vivre en 1859 à l'instar de beaucoup de peintres d'ailleurs avec une femme en dehors de sa classe sociale une aide cuisinière Julie VellayMadame Pissarro

Il ne l'épousera qu'en'1871, car il est pratique Camille, il dépend financièrement de sa mère jusqu'à l'âge de 40 ans, mère qui bien sûr désapprouve sa belle fille. Il n'épousera Julie que lorsque les Durand-Ruel marchands d'art pourront le faire vivre. Ils auront 8 enfants ( une fille 1870 morte quelques semaines après sa naissance, une autre Jeanne-Rachel dite Minette 1865 qui mourra en en 1874,et une autre Jeanne dite Cocotte 1881-1948)Pissarro Jeanne lisant 1899

 et 5 garçons qui seront peintres.  Pissarro les peindra tous, à des âges différents. Pissarro sera leur maître. Julie apporte un temps sa contribution au ménage en se louant dans les fermes, puis se consacre à ses enfants et se montre une fervente groupie de son mari, mais assez indépendante au fond, courageuse et pas enquiquinante. Camille enseignera donc l'art de la peinture à ses 5 fils qui choisiront chacun un pseudonyme pour ne pas nuire à leur père de son vivant.Pissarro L'Hiver 1972

Pissarro Pontoise

 Camille est né d'un père juif d'origine portugaise né à Bordeaux, installé dans les Antilles sur l'île de St Thomas, une possession danoise dont il gardera la nationalité toute sa vie. Mais il choisira de s'installer en France, Il préfèrera par goût ou par necessité de vivre à la campagne où il puise son inspiration : travaux des champs, saisons, marchés constitueront le courant de son oeuvre, mais il ne détestera pas, plus âgé, effectuer des séjours à Paris, Rouen, Dieppe.Pissarro Place du Théatre Français effet de pluie 1898

Pissarro Soleil Couchant à Eragny 1894

 De 1870 à 1871, il s'installera à Londres avec sa famille. Il fréquentera à des degrés différents Monet, Cézanne, Zola, Gauguin, Degas, Guillaumin, Signac, Seurat, Van Gogh, Luce, Mary Cassatt, Mirbeau, Toulouse-Lautrec, Mallarmé. Une tendance extrême au paradoxe cet homme là qui reste assez inclassable, père tranquille mais anarchiste, paysagiste mais aussi peintre des villes, ayant eu une vie assez laborieuse, difficile parfois sans grande richesse mais apaisé toujours.

Pissarro La récolte des pois Gouache 1887

Pissarro La causette 1892

portraitiste à ses heures surtout de ses familiers, mais aussi peintre d'Histoire qui éternise les travaux agricoles, les marchés, le trafic urbain de son époque. Il est souvent radieux, Pissarro dans ses couleurs, excellent aussi dans son expression du mouvement. Ce tableau là, tronqué par moi, mérite vraiment d'être vu, si lumineusement acidulé, si propice à la contemplation.Camille Pissarro

Jolie rencontre que cette exposition de Pissarro, dont j'ai particulièrement aimé la paix imprégnée de beauté et de poésie qui se dégage de ses peintures.

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2017

Bernard Buffet 1928-1999

Buffet autoportrait 1956

Buffet autoportrait 1977

Le musée d'art moderne expose en ce moment Bernard Buffet, ce qui constitue déjà un évènement particulier car rare. Ce golden boy de la Peinture fort populaire dans les années 50 et 60, suscita ensuite un vif mépris de la part de tous les conservateurs de musées, les critiques d'art, les commissaires d'exposition. Bien sûr, il persista dans son style, celui qui est la signature d'un peintre, style qui se modifia cependant durant les années et qui tout en gardant ses traits célèbres et décriés atteignit un sommet digne des autres peintres plus estimés que lui. Le musée d'art moderne nous fait cheminer chronologiquement

Buffet -Nature morte au révolver

Buffet les trois rigolos 1997

Buffet La ravaudeuse de filets 1948

Buffet 1963

des tableaux en teintes beige-gris-vert-bleutés

Buffet La cafetière bleue 1956

on passe à du rouge Soutine

Buffet série les Ecorchés 1964

Buffet Les Folles Femmes au salon 1970

des couleurs vives, criantes, gueulardes même qui me ravissent.

Buffet série Les Oiseaux 1960

 Buffet est né trop tôt, il aurait fait un tabac à notre époque actuelle. D'une beauté du diable, il séduit Pierre Bergé et la France d'alors.

Bernard Buffet

Quelques années plus tard il épouse une belle Annabelle, à la même fragilité que lui semble t'il.

Buffet 1960

De célèbre, il passe à maudit, seuls les médias avides s'intéressent à eux, leur couple fascine et la brune Annabelle a beaucoup de charme. Buffet se rebiffe, sa peinture exprime sa colère, et se révèle tourmentée, fiévreuse, le Christ c'est lui.

Buffet - La Crucifixion

  peinture hargneuse, rancunière même jusqu'à la caricature où l'artiste se moque de ses détracteurs en caricaturant son style

Buffet Les clowns musiciens

ce qui a donné les prémices de l'art graffiti. Et je préfère cette période où le peintre se démarque des autres, les peintres des rues lui doivent beaucoup. Il fait des Bandes dessinées géantes, avec des thèmes dont il fait plusieurs séries

Buffet Le combat avec le requin 1989

 Et puis l'artiste se moque de l'Homme, lui, nous, les autres, un humour corrosif et noir. Les harpies le cernent sans répit

Buffet L'enfer de Dante Les Harpies 1976

  D'un naturel dépressif, il accentue le trait et est sans doute dans un désespoir certain, une maladie de Parkinson n'arrangera rien  : Pitoyables humains, puissants ou misérables, la mort est au bout du chemin, ne l'oubliez pas.

Buffet Squelette en prière 1998

Il l'avancera à son heure, à sa façon, cette mort impitoyable et extrêmement dure pour ses proches dans une sorte de performance signée Buffet mais non dénuée de panache.

Buffet La Mort 5 1999

 Il est amusant de constater que 40 ans plus tard, Bernard Buffet attire toujours les mêmes critiques. L'art pictural existe dans toutes les époques, mineur, grandiose, brut, maniéré, académique, qu'importe, on n'aime, on n'aime pas, on critique, on loue, qu'importe, il contribue à l'Histoire humaine, et Buffet en est un acteur. Et puis quelques douceurs un peu suaves qui témoignent que Bernard Buffet connut aussi la joie, l'espoir, l'amour, un peu de paix parfois.

Buffet Kabuki

Buffet La mer 1960

Buffet Le rhinocéros

Buffet Le sommeil d'après Courbet

Né trop tôt dans un monde encore fort conformiste, il laisse ce message ambivalent, comme le fut sans doute sa vie.

Buffet

 

Posté par maison43 à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2017

René Magritte

Quel drôle de personnage ce Magritte, dont l'existence tranquille en apparence semble être en désaccord complet avec ses tableaux. Certes la connaissance de l'incontournable Breton en fut sans doute, sinon l'origine, du moins un relatif catalyseur, mais rapidement il s'éloigna des prétentions psychanalysantes jusqu'au maniérisme parfois baroque de ce mouvement et créa un style Magritte, reconnaissable entre tous.  Méfions nous des apparences. Magritte ne dit pas tout dans ses toiles, et tout n'est pas dit sur Magritte. il est un de ceux qui sut le mieux jouer avec  les mots, les images, le mystère, il sut leur donner un non-sens où chacun peut y trouver ce qu'il veut voir, tant et si bien que tout peut être dit sur lui sans que personne ne s'approche de sa vérité. C'est un jeu, un mystère, un éclat de rire, un labyrinthe, un point d'interrogation, témoignant d'un imaginaire puissant, d'un humour assez corrosif parfois, d'une limpidité trompeuse, d'une volonté certaine de se cacher derrière des images et bonne chance à celui qui veut les traverser, sans omettre un désir puissant chez Magritte de poétiser la toile peinte et de nous y perdre dans un titre souvent mystérieux. 

Il y a plusieurs façons de lire les tableaux de Magritte, celles fort inspirées des critiques, d'autres plus simplistes et rigolotes, une manière de jouer avec les mots et les images, plus grossièrement certes .. ainsi les deux tableaux suivants que l'on peut rapprocher aisémentMagritte 1 en changeant les Titres à gauche  Ceci est une pipeMagritte 6

 et celui ci à droite La lampe Merveilleuse

 

 

 

Bon que les bien-pensants me pardonnent ou pas, d'ailleurs, je m'en moque bien, mais il y a aussi du facétieux chez Magritte avec toute liberté pour nous de l'interpréter.

Et cette délicieuse version de l'oeuf et du coquetier, nouveau paradoxe de la poule philosophe intitulée 'Variante de la Tristesse'.

Magritte4

Philosophe aussi Magritte,autant que la poule, mais plus moqueur, laissant à chacun sa liberté de pensée (oui cela me fait penser à quelqu'un !!) il y a des symboles récurrents chez ce peintre inclassable qui refuse d'ailleurs que l'on trouve chez lui des symboles, symboles dont on peut trouver plusieurs explications qui sont toutes fausses n'en doutons pas. Il y a aussi les mots dont la fonction est de désigner l'objet qu'ils représentent mais sont forcément arbitraires et discutables. Oui, Magritte n'a rien de simple dans son raisonnement, ni dans ses peintures.Magritte 11

Il fut un admirateur d'Edgard Poe, il aima ses Histoires extraordinaires où la mort, la folie, la perversion, le crime sont toujours présents. Cela fit certainement écho en lui dont la mère se suicida alors qu'il avait 14 ans. Quel drame pour un enfant, quelle explication lui fut elle donnée et quel mystère en fut la cause  ? et puis les gouvernantes qui se succédèrent avec les déménagements, rien de stable chez Magritte adolescent, cela peut expliquer aussi l'existence d'objets assez incongrus dans ces tableaux, fusil, linge blanc, pomme, pierre, grelots, objets qui souvent n'ont rien à faire ensemble mais dans une vie, l'absurde, l'incertitude, l'irrationnel, le dramatique trouvent toujours aussi leur place, contre notre propre volonté.

Magritte 10

Magritte 9

 Les corps des femmes sont représentés soit par une petite masse informe, une sorte de bulle, ou bien par un vêtement qui laisse place aux seins, au sexe selon les tableaux, son tableau Le Viol est particulièrement heurtant, un visage de femme où les yeux sont des seins et la bouche un pubis, cela est extrêmement figuratif et n'a rien d'érotique, la femme est un mystère, le viol en est la démystificationMagritte 7

 Entre ces objets sexuels sans visage qui peuvent évoquer vaguement un utérus et ses nus à la Grecque au visage de son épouseMagritte Le rêve

il pratique l'art de l'équivoque. Il aime l'ambiguité, ses portes fracassées qui donnent sur des maisons bourgeoises transforment les apparences et cachent de possibles mystères, telle sa porte qui dévoile un trou noir, le comble du mystère.Magritte 14

 Magritte s'amuse incontestablement et veut provoquer parfois par une certaine subversion des images qui amène chez le spectateur un plaisir, une réaction hostile, une incompréhension, une curiosité inassouvie.

Allez un dernier verre et au plaisir de vous revoir peut être une autre fois, qui sait !  Magritte Le bain de cristal

 

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2016

Véronique Béné peintre Haute- Loire

Vérobéné Arbre en marche

Cette artiste est peintre, illustratrice, graphiste  née en 1961 elle vit depuis 2007 à Chanteuges en Haute Loire. Elle s'est exposée cet été à Saugues à la Croisée des Arts où je l'ai découverte. On peut la connaître davantage à travers deux blogs http://www.vivadesign.fr/ et http://verobene.blogspot.fr/.

Nul besoin de savoir lire avec elle, elle nous dessine les histoires, les mythes appris dans notre enfance. Ainsi les filles de Minyas métamorphosées en chauves souris

Vérobéné

pour avoir déplu au dieu Dionysos pas cool du tout ou les Héliades, soeurs de Phaéthon (fils du Soleil Hélios foudroyé par Zeus)  transformées en peupliers, toujours d'après Ovide (poète latin qui fit des légendes grecques un long poème : Les métamorphoses). Elle sait aussi dessiner les arbres, l'Allier, les animaux, elle participe aussi à de nombreuses expositions, notamment au festival de Création Contemporaine Les Arts Foreztiers dont je vous donne le site :  http://lesartsforeztiers.eu/. Produit par l'Institut Charles Cros dont je donne pour ceux intéressés le site http://www.institut-charles-cros.eu/ où chercheurs, artistes (dont Véronique Béné), partenaires divers travaillent ensemble. 

Vérobéné Métamorphose des Héliades

Posté par maison43 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 octobre 2016

Exposition sur les perles à Douchanez en Haute-Loire

PERLE 7

Brigitte Dépalle expose chaque année pour notre plus grand plaisir à Douchanez situé près de Monistrol d'Allier avec divers artistes locaux et toujours grand talent. Cette année, ce fut au royaume des perles qu'elle nous invita et plus que cela elle nous fit revenir au temps de nos grand-mères dont les perles de jais nous fascinaient

perle 2

dans ces cimetières où couronnes mortuaires prétendaient défier le temps, dans les coffres ou malles des greniers où l'on dénichait voiles de veuves, petits renards cache-cous, faux cols en sequins ou dentelles, châles emperlés, petits mouchoirs brodés.perle 4

 

Nos arrières grand-mères étaient généralement dentellières, plus rares étaient les souffleuses de perles autour de la Lozère, le Cantal ou la Haute Loire comme à Langeac.

Perle

 En 1850 dans cette ville, une activité de perles soufflées fut introduite avec l'entreprise de Claude Faury. Les souffleuses de perles à domicile soufflaient entre 350 grosses perles ou 1000 plus petites à l'heure. Ces perles servaient localement ou étaient exportées en Orient.

perle 3

En 1920, la mort du propriétaire fit cesser l'activité. Ces perles étaient utilisées pour des bijoux, vêtements, couronnes mortuaires.

perle 6

Douchanez, c'est aussi la balade vers le rocher de St Etienne, sa chapelle, sa vue sur le barrage, sa promenade avec pour vision les villages de St Didier, St Privat, Rochegude, ses chèvres qui produisent un délicieux fromage

Douchanez 2

 les productions artisanales et artistiques de Brigitte Dépalle : confitures, sacs, étoles, robes .. A noter un machaon zèbre qui accompagna notre balade.Machaon Zèbre

C'est un réel plaisir à ne pas bouder, un rendez-vous à ne pas manquer. 

Un nouveau site pour Brigitte Dépalle pour ceux intéressés.

http://brigitte-depalle.eklablog.com/

 

Posté par maison43 à 17:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 septembre 2016

Le musée des croyances populaires à Monastier sur Gazeille en Haute Loire

Les veillées anciennes avaient triple emploi, en premier la necéssité d'accomplir les petits travaux impossibles à faire dans la journée déjà bien remplie, en second, la diffusion des potins du village, et enfin, il n'était pas rare qu'un conteur ou une conteuse ne s'en mêle pour apporter un peu de fantastique grâce aux légendes, contes, récits effroyables ou narrations descriptives, proverbes ou chansons populaires, car la transmission aux générations se faisait alors par l'oralité avec je suppose des apports personnels des conteurs. Henri Pourrat en fit d'ailleurs de ces contes un monument  qui parut sous le nom de Trésor des Contes. Une note d'Henri Pourrat à propos des contes et légendes populaires :

Mais la France n'a pas su se préférer elle-même en ses contes à Cicéron et à Boileau. Pour elle, depuis la Renaissance, il n'y a lettres que de lettrés. Elle a salué l'imagination populaire d'un peu loin, avec un certain sourire. Et elle a passé. La grande fée verte lui a semblé avoir une odeur un peu sauvage ou un peu fade, de fagot de pin ou de petit-lait. Ne restait à la fée que de se cacher sous la chaise des nourrices et sous le tabouret des bergères.Château du Monastier sur Gazeille

C'est à Monastier sur Gazeille, petite ville aux trois musées que le plasticien et peintre Patrice Rey a sculpté une multitude de petits personnages issus de contes et légendes de nos ancêtres qu'il nous présente dans un château typique de la région, ce musée des croyances populaires a été créé par l'association L'oeil de la Salamandre. Le château abbatial qui appartient à la mairie leur sert d'écrin. Patrice Rey est lui aussi un conteur mais je ne vous dirais rien à ce sujet car ma première visite en ce lieu ne fut que pour ses petits personnages fort caricaturaux et drolatiques. Ce musée là et Patrice Rey méritent plusieurs visites. Et j'y reviendrai.Patrice Rey

Pour l'heure, retenues les légendes que je connais autour de Saint Privat d'Allier, la légende de la pucelle injustement condamnée d'avoir fauté qui se jeta du rocher d'Aiguilhe pour prouver sa pureté et se releva indemne. Dieu y consentit encore pour le second saut, mais au troisième  laissa la vierge s'écraser, car péché d'orgueil mérite aussi d'être puni !Légende de la pucelle d'Aiguilhe

 Au lac du Boucher, la vieille et sa chèvre furent sauvées des eaux (qui engloutirent le village) pour avoir nourri et logé Jésus déguisé en mendiant, mais las, la vieille qui ne devait pas se retourner, pécha par désobéissance et fut pétrifiée avec sa chèvre, seule reste la tête de chèvre au bas d'une croix de Philippe Kaeppelin. Légende du lac du Bouchet

Un arrêt à Montbonnet où tremper sa main dans une source guérit des verruesSource guerissante

et puis un peu plus loin à Saugues, on peut certains soirs voir le Draye, cheval dont la croupe s'allongeait pour accueillir les petits enfants qu'il précipitait dans la Seuge ou l'Allier.Légende du draye de Saugues

Le musée est ouvert du 1er Mai au 30 Septembre de 14h30 à 19h.

Un hommage à nos grand-mères dentellieres.Les dentellières

 

Posté par maison43 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 septembre 2016

Mario Prassinos à la Chaise-Dieu

Mario Prassinos

Il va falloir attendre 2018 pour découvrir tous les bâtiments que comporte La Chaise-Dieu (Haute Loire) depuis l'Aile de l'Echo en cours de restauration jusqu'à une salle qui sera réservée à une copie de la Danse Macabre dont l'original reste dans l'abbatiale, en passant aussi par des espaces d'exposition. Mario Prassinos et Louise Delorme sont les peintres invités cet été 2016 jusqu'au 18 Septembre. Grec naturalisé français, Mario Prassinos est né en 1916 et mort en 1985. Curieusement, les livres d'art le boudent un peu, voire l'oublient complètement. On le définit comme appartenant à la Nouvelle ou Seconde école de Paris, qui regroupe les artistes abstraits et figuratifs qui séjournaient à Paris entre 1945 et 1960. La Chaise-Dieu nous présente ses 11 derniers tableaux réalisés pour une chapelle à St Rémy de Provence. Arbres de vie, arbres de mort, en relation indirecte avec la tapisserie de la crucifixionLa Crucifixionsituée dans le choeur de l'abbaye. Arbres de supplice pour les larrons, arbre d'or et de pierreries pour le Christ. Mario Prassinos condamne la pratique de la torture, et ne s'intéresse pas au symbole religieux. Il utilise pour ses peintures à l'huile la méthode de Pollock mais ses gouttes sont orchestrées pour créer une peinture figurative à la limite du surréalisme.

A noter que ces peintures font partie d'une donation faite par l'artiste qui comporte 108 oeuvres; la chapelle fermée depuis 2012, les oeuvres de Mario Prassinos ne sont plus exposées. Catherine Prassinos fille du peintre recherche un lieu, une collectivité qui pourrait les accueillir de manière pérenne.Mario Prassinos 2

Posté par maison43 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2016

Musée Bourdelle Paris

Bourdelle 5

En 1885 Antoine Bourdelle loue un atelier au 16 impasse du Maine qu'il occupera jusqu'à sa mort. Ce sera lui qui aura l'idée de faire de ce lieu un musée mais il meurt en 1929, son projet non abouti. Ce n'est que 20 ans après que sa veuvMarie Lapradee Cléopatre, sa fille Rhodia et son gendre Michel Dufet pourront, suite à une donation des terrains et de la collection à la ville de Paris, concrétiser le rêve d'Antoine Bourdelle. Ces 3 personnBourdelle 6es proches du sculpteur ont fait preuve d'une tenacité remarquable, consacrant une grande partie de leur vie à mettre en valeur ce qui fut la vie d'Antoine Bourdelle. Il avait cette aptitude à trouver toujours des êtres prêts à tout pour lui.  Le musée Bourdelle, musée de la ville de Paris vaut une visite. L'exposition du moment Rhodia Bourdelle récit d'une vie, histoire d'un musée dure jusqu'au 26 Mars 2016. J'ai noté quelques sculptures qui m'ont parlé de la vie de Bourdelle, à travers quelques sources tirées des Mémoires de Cléopatre Bourdelle-Sevastos intitulé Ma vie avec Bourdelle. (Edition des Cendres).

 Marie Laprade  : Bourdelle réalisa plusieurs peintures et sculptures de cette femme qui fut pour lui un grand amour entre 1892 et 1898, mère du peintre Pierre Laprade et épouse d'un magistrat, elle eut une liaison amoureuse avec Bourdelle, devenue veuve, elle refusa de l'épouser, sa famille trop bourgeoise s'y opposant.Bourdelle 1907

 Il rencontra alors sa première épouse Stéphanie Van Parys 1877-1945 peintre dont il avait eu un enfant né en 1901 Pierre Bourdelle sculpteur et décorateur célèbre en Amérique mort en 1966. Ils se marièrent en 1904. En 1903 Cléopatre Sevastos, sculptrice entre comme élève dans son atelier. En 1905 Pénélope a le visage de Stéphanie mais la silhouetteCléopatre Sevastos de Cléopatre. Bourdelle est de nouveau amoureux.Pénélope

 En 1910 Bourdelle divorce de Stéphanie qui aura un autre fils Claude 1913-2000 d'un jeune peintre Maurice Locquin  1885-1915 mort à la guerre. En 1911 Rhodia fille de Bourdelle et de Cléopatre naît. En 1912, ils se marient à Londres, ils officialiseront à la mairie de Saint Cloud en 1918. BourdelleBourdelle 10

Bourdelle et Maillol se sont connus jeunes, l'un sculptant et l'autre peintre et tapissier. Maillol fréquenta l'atelier de Bourdelle puis se mit lui aussi à sculpter des formes rondes et pleines, tout le contraire de Bourdelle qui préféra des sculptures plus tourmentées ou expressives, tout en commençant à se différencier de Rodin dont il fut l'un de ses patriciens de 1893 à 1908. Ces 3 là se faisaient de l'ombre. Anatole France posa pour Bourdelle, la barbe non peignée, ce qui révélait parait il un côté un peu fuyant de son visage que France corrigait en peignant sa barbe, à moins qu'en dormant sa barbe ne prit un mauvais pli.(sources Mémoires de Cléopatre) Bourdelle aimait ces visages asymétriques.

Boudelle 3

Bourdelle 11

Bourdelle fréquentait la haute société, il aimait la compagnie; bien sûr, dans son art, il préférait la solitude, relative, car aidé de Cléopatre (vouée à lui) et de ses patriciens.

Cette tête d'Apollon dont la première version date de 1900 lui servit de modèle pour ses Forces. Cette sculpture était essentielle pour lui. Elle le différenciait définitivement de Rodin.

 Auguste Perret construisit le théâtre des Champs Elysées, Bourdelle  en sculpta les hauts-reliefs en marbre et peignit des fresques à l'intérieur.   Bourdelle admirait Beethoven, il trouvait qu'ils avaient quelque chose en commun,  il le sculpta en 1887, il en fera plus de 80 variations à partir de la même matrice de 1888 à 1929.Bourdelle 7

-Bourdelle 8

Une grande tâche sera le Monument aux combattants et défenseurs du Tarn et Garonne en 1897 pour la ville de Montauban. Il sera inauguré en 1902.

Bourdelle Montauban

Bourdelle choque par ses visages hurlants de douleur face à une France dédaigneuse de ses mortsBourdelle Montauban 3

1917 Statues de Madeleine Charnaux 1902-1943 aviatrice française qui battit le record féminin d'altitude en 1934. Bourdelle 14

Bourdelle 12

Bourdelle se fait plaisir, Bourdelle chante la beauté des femmes, y compris la sienne sous les traits d'une vierge à l'offrande qui se trouve être Rhodia dans les bras de Cléopatre.

Bourdelle 1919-1923

Bourdelle expose dans le monde entier, Bourdelle est célèbre.

Une petite dernière, un drôle d'Henri marquis de Bideran, que Bourdelle trouvait beau comme un dieu; on ne voit pas la masse informe dans son cou, mais sachez que c'est la laideur de la vieillesse qui attend tranquillement son heure. On peut imaginer que c'est une version sculptée et masculine du poème de Raymond Queneau chanté par Gréco 'Si tu t'imagines, Fillette, Fillette' ... On connait la réponse de Marquise à Corneille imaginée par Tristan Bernard et reprise par Brassens :

Peut être que je serai vieille

Répond Marquise et cependant

J'ai 26 ans mon vieux Corneille

Et je t'emmerde en attendant. 

   On ne connait pas la réponse du Marquis à Bourdelle !

Bourdelle 15

Posté par maison43 à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2014

Street Art à l'espace Dali

Dali

 22 artistes donnent un coup de jeune aux oeuvres de Dali ... Les oeuvres d'art peuvent elles vieillir elles aussi ? pas toujours, mais toutes sont marquées par le temps qui passe et qui amène son lot d'artistes qui revisitent l'art des aînés .. C'est une bonne idée d'avoir demandé à des artistes Street Art de s'inspirer de Dali de près ou de très loin; L'art est aussi une Histoire en marche, et certains d'entre eux laisseront leur empreinte dans cette histoire là. C'est réjouissant et porteur d'espoir. En tout cas, moi j'aime bien cette idée, une sorte de transmission que Dali assure encore et toujours avec la jeune peinture. Son imagination créatrice puissante est relayée et motive la jeune génération, notamment celle qui a choisi de mettre l'art à portée de tous, car quoiqu'en disent certains critiques épris surtout d'eux même, l'art doit être accessible à tous et peu importe le chemin emprunté, celui de la rue vaut celui des musées.

Commissaire de l'exposition : Véronique Mesnager, Exposition jusqu'au 15 Mars 2015 à l'espace Dali.

Arnaud Rabier "Nowart" . Artiste plasticien vidéaste né en 1968. Site : http://www.rabiernowart.com/presentation.html Dali fait le mur Arnaud Rabier Nowart

Profil du temps

Dali avait un rapport particulier au temps qui passe et désirait y laisser son empreinte à jamais, une larme de Dali sur ce chemin obligé qu'est la vie.

L'homme en blanc est né il y a 30 ans créé par Jérôme Mesnager

Jérome Mesnagerné en 1961, l'un des premiers peintres de rue. St Antoine en son désert combat à coup de crucifix le pouvoir et la luxure, Mesnager le revisite à sa façon : http://jeromemesnager.com/?cat=3

La tentation de St Antoine par Dalila tentation de St Antoine Dali

Artiste Ouvrier

Artiste Ouvrier de son vrai nom Pierre-Benoit Dumont est un pochoiriste inspiré par les tableaux du XIXè siècle (Caillebotte, Klimt, Rosseti) et par la culture indoue. Il s'inspire de 2 tableaux de Dali. 

Les cygnes reflétant les éléphants 1937

Les éléphants 1948

Selfie

Codex Urbanus a utilisé le revêtement mural anti-graffiti qu'utilise la ville de Paris pour recouvrir les tags. La bête chimérique, c'est lui, le téléphone est un homard-scorpion, référence à Dali. Un selfie est un autoportrait photographique pris par un smartphone et posté sur les réseaux sociaux, mais quel est le selfie ici, la bête ou l'astre Dali ?

Sack est un artiste graffeur chinois qui étudie aux Beaux Arts à Aix en Provence.L'oeil du coeurAKIZA est un couple, lui Robinson artiste plasticien, une école d'arts appliqués à Toulouse, un prix spécial du jury à un concours de typographie international, elle c'est YoSHii sa muse, eux deux c'est AKIZA à l'origine un nom de poupée qui évolue en permanence, d'influence europééenne, japonisante un peu, d'art nouveau, de futurisme et de calligraphie, puis  devenue un nom d'artiste où il associe YoSHii. Une galerie des oeuvres et des produits dérivés : http://www.akiza.net/AKIZA

Rencontre entre AKISA et Dali où l'hermaphrodite escargot fait des siennes, référence à Freud pour la moustache dalinienne.                                                                                              

Kouka

Kouka est franco-africain, né en 1981 d'une mère comédienne, d'un père musicien et petit fils du peintre expressionniste Francis Gruber (1912-1948) diplômé des Beaux Arts d'Avignon il peint traditionnellement, en 1995 il adhère au street art. http://kouka.me/

 

Thomas Mainardi

Thomas Mainardi http://www.thomasmainardi.com/ né en 1983 à Lille. Vanité inspirée des thèmes daliniens.

L'homme mouton

Fred Calmets né en 1976 est peintre graviste et dessinateur a commencé par le street art. Son homme mouton créature chimérique inspirée d'un personnage crée par l'auteur japonais Murakami ne parle pas de Dali. 

Speedy Graffito, Olivier Rizzo peintre français né en 1961, école Estienne, travaille peinture, sculpture, installation, photos, vidéo. Wonder Woman se la joue éléphante dalinienne dans un décor fétiche de Dali (rochers du cap de Creus), dans l'univers de Speedy Graphito.Dans l'oeil de Dali

Nikodem de 1993 à 1996 étudie le dessin à l'école Emile Cohl à Lyon. A fait partie de plusieurs collectifs de graffeurs. Vit à Grenoble où il a son atelier.http://www.nkdm.com/bio/ infusion vidéoprojetée anamorphique

Rencontre au sommet du crâne de l'Infante

Paella, Michel Palacios est un artiste français d'origine espagnole né en 1962 http://www.paellachimicos.com/ en 1985 licencié d'Arts Plastiques il intègre le collectif des Frigos, lieu de création  (journées portes ouvertes au Printemps) .http://www.les-frigos.com/  Il revisite avec un humour décapant les classiques.

Kool Koor né en 1963 à New York, Charles Hargrove figure dans les musées et dans la rue http://koolkoor.wix.com/koolkoor. D'après Santiago del Grande de Dali Santiago el grande Dali

 Thunder, matez donc le crucifix ...pour le reste, c'est du Kool Koor, et c'est bien.

Kool Koor Thunder

Manser http://manser-fluxser.tumblr.com/ artiste plasticien qui privilégie la calligraphie et la photographie pour la sauvegarder.

 

Et à arpenter l'exposition, je me dis que ces artistes là n'ont pas besoin de Dali, ils sont tous déjà bien installés, ils sont preuves que la création est infinie, sans doute Dali est un grand, provocateur à l'extrême à une époque censurée, mais nul doute non plus que ceux là, catalogués artistes urbains ont déjà fait éclater les murs et que leur talent n'a plus rien à prouver.

Manser

 

Posté par maison43 à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,