03 mai 2018

Musée de Murol - Puy de Dôme

Léon Boudal dans son atelier

Musée des peintres de Murol

Tout vient à point à qui sait attendre dit-on et parfois cela se vérifie. Il était donc temps pour moi de me rendre à Murol dans le Puy de Dôme pour visiter son musée municipal dédié à ce que l'on nomme 'L'école de Murol'. Un petit point insignifiant mais qui a son importance quand le GPS tient absolument à vous faire faire demi-tour. Murol se dota d'un s, pour je ne sais quelle raison au 19ème siècle, s qu'il reperdit en 1953 par un jugement du conseil d'état, mais pour brouiller les pistes, on le conserve parfois pour les peintres de Murol.Léon Boudal Automne à Murol

Léon Boudal L'enterrement à Bressouleille

Tout commence donc par l'abbé du village de Murol Léon Boudal (1858-1934) qui outre la charge de sa cure était à ses heures peintre, archéologue, président du syndicat d'initiatives et qui sut aussi grandement se lier d'amitié avec des peintres qui viendront le rejoindre à Murol dont entre autres (une petite cinquantaine au total quand même)  Victor Charreton et Vladimir de TerlikowskiLéon Boudal La chaumière du Prélong

Léon Boudal Tombée de nuit à Groire

Je consacrerai un petit message pour chaque peintre qui m'a plu, à commencer donc par Léon Boudal qui arriva à Murol en 1890. Outre ses tableaux, il entreprit de décorer lui même son église à l'architecture fort ingrate

Léon Boudal église

 Paysagiste surtout, semble t'il, Léon BoudetLéon Boudal Visage de la Miette

Léon Boudal Rude saison l'hiver à Murol

un seul portrait exposé, celui de la Miette qui me rappelle des visages anciens et cet arbre qui est assez curieusement différent des autres peintures.Vue sur jardin et le château de Murols

 Je termine par ce paysage pas mal réussi aussi. Et je reviendrai plus tard sur les autres peintres de ce musée fort charmeur.

    

Posté par maison43 à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 avril 2018

André Hebuterne 1894-1992

André Hebuterne La cathédrale de Meaux

Ce peintre meldois (natif de Meaux) est le frère de Jeanne Hebuterne, la dernière compagne de Modigliani. Peintre paysagiste dont le maître fut Paul Serusier, il aura un atelier à Paris. il se fera spécialiste des vues algériennes où il résidera de longs moments, il vivra aussi quelques années en Corse. Peintre aux couleurs acidulées, il laissera des oeuvres fort honnêtes qu'il vendit semble t'il tout au long de sa vie sans soucis.André Hebuterne La Marne vue du quai Jacques Prévert 1946

Il épousa une fille du peintre Georges Dorignac (1879-1925) qu'il suivra dans quelques uns de ses voyages. Il se retirera dans sa ville natale et mourra à Paris âgé de 98 ans, le musée Bossuet de Meaux détient quelques unes de ses toiles.André Hebuterne Le marché de Meaux

 

Posté par maison43 à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 novembre 2017

Camille Claudel en son musée

Rodin Faune et nymphe ou le Minotaure 1885

Elle est rigolote Camille Claudel (1864-1943) en demandant à ce vieux taureau de Rodin (1840-1917) de ne plus la tromper, c'est comme pour Picasso, une seconde nature chez eux, une énergie sexuelle de minotaure.

Claudel à Rodin

Bien sûr elle a 18 ans Camille au début de leur passion, et lui a déjà les traits d'un homme mûr de 42 ans, bien sûr elle a du talent Camille et lui bien connu déjà reconnaît en elle une possible égale, elle devient donc son élève parmi d'autres et contribue aux oeuvres du maître, on dit qu'elle avait l'art de sculpter les mains et les pieds, elle peaufine auprès de lui son talent

Rodin Femme accroupie 1881-1882

Claudel Femme accroupie 1884-1885

 difficile de dissocier qui s'inspire de l'autre, on veut que ce soit Rodin mais c'est à double sens parfois, car la Demoiselle Claudel a déjà sa singularité, une finesse, un langage du corps  qui n'appartient qu'à elle. Bien sûr il lui faut à Camille supporter la compagne âgée de Rodin : Rose Beuret, Rodin promet, dans sa passion bien réelle, le mariage à Camille, un moment il y songe et puis le caractère ombrageux de Camille qui rue trop souvent dans les brancards pour voler de ses propres ailes

Claudel La vieille Hélène 1881-1882

 

Claudel Giganti ou tête de brigand

Claudel Tête de JF au chignon ou tête rieuse 1886

lui fait préférer la présence de sa vieille Rose plus docile qu'il finira par épouser juste l'année de leur mort à tous les deux en 1917 quand Camille partie depuis longtemps,( il y a 19 ans déjà au cours de l'année 1898-1899) sera internée depuis déjà 3 ans. Et pourtant c'est dans sa solitude que son art s'affirme, ses sculptures les plus belles datent de cette époque, elle ose beaucoup Camille, elle dérange dans son art comme dans son isolement,

Claudel La Valse

Claudel L'aurore 1900

Claudel Les bavardes ou les causeuses 1896

une femme ne se comporte pas ainsi, et inexorablement à cette époque où la psychiatrie est débutante, malhabile et traumatisante, Camille se dirige droit vers l'asile de fous. La gorgone, ce sont ses traits représentés en 1897, une commande pour l'une de ses protectrices.

Claudel Persée et la gorgone détail

En 1913, internement de Camille Claudel, il lui reste 30 années à vivre.   

Un musée à Nogent sur Seine où les Claudel résideront un temps fort bref. Alfred Boucher sculpteur sera à l'origine du musée municipal ouvert en en 1902.

Musée Camille Claudel

Le musée Camille Claudel en est la suite inaugurée dernièrement, avec l'inclusion de la maison occupée par les Claudel. Beaucoup d'oeuvres de Camille, mais aussi de sculpteurs français sur lesquels je reviendrai. 

Posté par maison43 à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2017

Actéon - Eugène Delacroix - Musée de Melun

Delacroix

Eugène Delacroix 1798-1863 peint le chasseur Actéon juste au début de sa métamorphose, son effroi est bien visible, ses bois qui commencent à pousser aussi. Ce petit fils d'Apollon a croisé sa grand tante Artémis, soeur jumelle d'Apollon, qui ne supporte aucun regard d'homme sur elle, il l'a surprise se baignant nue, sacrilège pour cette Déesse de la chasse qui se désire chaste. Elle le transforme en cerf, lui le chasseur, qui se fera alors dévorer pas sa meute de chiens. D'autres versions de ce mythe existent, Actéon se serait vanté d'être plus chasseur habile qu'elle, ou il aurait tué une de ses biches consacrées, ou bien il lui aurait déclaré son amour. Nous reste, entre autres nombreuses autres représentations de cette légende, ce portrait, une étude qui doit être rapprochée des figures de démons travaillés par Delacroix dans la composition qu'il élabore pour Dante et Virgile aux Enfers (1822) toile conservée au Musée du Louvre.Dante et Virgile aux Enfers 1822 Delacroix

Cette étude fut achetée en 1865 par le Comte Horace de Choiseul-Praslin qui fut entre autres député de Seine et Marne. Il en fit don au Musée de Melun (créé en 1860) en 1866.  

Posté par maison43 à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2016

Le Mastodonte et Jacqueline Etaix -artiste peintre- à Chilhac en Haute-Loire

Mastodonte Chilhac

L'un n'existe plus, l'autre le peint.Jacqueline Etaix 7

L'un est d'Auvergne, l'autre de Corbeil Essonnes.

A priori, pas vraiment faits pour se trouver, et puis, si, une belle rencontre estivale qui s'est concrétisée dans le petit musée de Chilhac en Haute Loire.Jacqueline Etaix 2

Le mastodonte de Chilhac est jusqu'à nouvel ordre une des dernières espèces de ce genre à avoir vécu en ce village et alentours. On a découvert leur mode de vie que l'on pense matriarcal. A cette époque, arrivent peu à peu les premiers européens. Jacqueline Etaix ancienne enseignante nous les fait revivre en peintures, dessins et sculptures.Jacqueline Etaix 6

 Elle met en scène avec beaucoup d'humour les orgues basaltiques.Jacqueline Etaix 3

Jacqueline Etaix 4Une dernière mêlée de mastodontes juste avant qu'ils ne disparaissent de la terre. Jacqueline Etaix est une habituée de la Haute-Loire. A vous revoir, Madame, en d'autres lieux avec d'autres oeuvres. Quant au musée, allez le découvrir. Les petits enfants apprécient.Jacqueline Etaix 8

Posté par maison43 à 17:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


30 septembre 2016

Musée de Nemours - Au Féminin

Château-musée de Nemours

Le charmant musée de Nemours en Seine et Marne expose du 21 Mai 2016 au 19 Février 2017 ses collections autour du modèle féminin, toiles datant de 1850 à 1914. Oublions la femme multiple chantée des années 1980, à cette époque la femme des années 1850-1914 est étiquetée définitivement selon son rang social et sa place dans la société. Entre la femme du monde mariée

Portrait de Mme Desfini - Marie-Alexandre Alophe

et la demi mondaine

détail de l'indolente nue

entre la femme exotique

Négresse du Hedjar - Gérome

 et la prostituée

La Dèche Félicien Rops apres

entre la campagnarde et l'ouvrière

Jacques Brissaud 1911

 il y a fort rarement des passerelles. Mais le peintre du 19è commence à s'intéresser à toutes ces catégories de femmes en accentuant le trait marquant de leur spécificité, élégantes en représentation, femmes de mauvaise vie en perdition, femmes de bonne famille, travailleuses. Le nu les réconcilie toutes et mêle la vierge pureEmmanuel Benner

à l'apprentie sorcière perverse.La leçon avant le sabbat 1880 L-M Boutet de Mouvel

Ce très intime musée est riche d'oeuvres d'artistes talentueux moins célèbres que les grands mais apportant justement ainsi un regard neuf sur la peinture de cette époque.

Tête de femme 1908 Victor Prouvé

Deux jeunes filles au bord de la mer - Numa Gillet

Albert Ernest Miserey - Japonaise

 Quelques noms-stars cependant comme Gérôme, Felicien Rops. Jamais décevant ce musée Trois artistes féminines sont mises à l'honneur, Rosa Bonheur très connue mais assez rare à croiser, Fernande Sadler 1869-1949 élève de l'Académie Julian tout comme Emma Chadwick installées toutes les deux à Grezt sur Loing.

Posté par maison43 à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 janvier 2016

Musée Bourdelle Paris

Bourdelle 5

En 1885 Antoine Bourdelle loue un atelier au 16 impasse du Maine qu'il occupera jusqu'à sa mort. Ce sera lui qui aura l'idée de faire de ce lieu un musée mais il meurt en 1929, son projet non abouti. Ce n'est que 20 ans après que sa veuvMarie Lapradee Cléopatre, sa fille Rhodia et son gendre Michel Dufet pourront, suite à une donation des terrains et de la collection à la ville de Paris, concrétiser le rêve d'Antoine Bourdelle. Ces 3 personnBourdelle 6es proches du sculpteur ont fait preuve d'une tenacité remarquable, consacrant une grande partie de leur vie à mettre en valeur ce qui fut la vie d'Antoine Bourdelle. Il avait cette aptitude à trouver toujours des êtres prêts à tout pour lui.  Le musée Bourdelle, musée de la ville de Paris vaut une visite. L'exposition du moment Rhodia Bourdelle récit d'une vie, histoire d'un musée dure jusqu'au 26 Mars 2016. J'ai noté quelques sculptures qui m'ont parlé de la vie de Bourdelle, à travers quelques sources tirées des Mémoires de Cléopatre Bourdelle-Sevastos intitulé Ma vie avec Bourdelle. (Edition des Cendres).

 Marie Laprade  : Bourdelle réalisa plusieurs peintures et sculptures de cette femme qui fut pour lui un grand amour entre 1892 et 1898, mère du peintre Pierre Laprade et épouse d'un magistrat, elle eut une liaison amoureuse avec Bourdelle, devenue veuve, elle refusa de l'épouser, sa famille trop bourgeoise s'y opposant.Bourdelle 1907

 Il rencontra alors sa première épouse Stéphanie Van Parys 1877-1945 peintre dont il avait eu un enfant né en 1901 Pierre Bourdelle sculpteur et décorateur célèbre en Amérique mort en 1966. Ils se marièrent en 1904. En 1903 Cléopatre Sevastos, sculptrice entre comme élève dans son atelier. En 1905 Pénélope a le visage de Stéphanie mais la silhouetteCléopatre Sevastos de Cléopatre. Bourdelle est de nouveau amoureux.Pénélope

 En 1910 Bourdelle divorce de Stéphanie qui aura un autre fils Claude 1913-2000 d'un jeune peintre Maurice Locquin  1885-1915 mort à la guerre. En 1911 Rhodia fille de Bourdelle et de Cléopatre naît. En 1912, ils se marient à Londres, ils officialiseront à la mairie de Saint Cloud en 1918. BourdelleBourdelle 10

Bourdelle et Maillol se sont connus jeunes, l'un sculptant et l'autre peintre et tapissier. Maillol fréquenta l'atelier de Bourdelle puis se mit lui aussi à sculpter des formes rondes et pleines, tout le contraire de Bourdelle qui préféra des sculptures plus tourmentées ou expressives, tout en commençant à se différencier de Rodin dont il fut l'un de ses patriciens de 1893 à 1908. Ces 3 là se faisaient de l'ombre. Anatole France posa pour Bourdelle, la barbe non peignée, ce qui révélait parait il un côté un peu fuyant de son visage que France corrigait en peignant sa barbe, à moins qu'en dormant sa barbe ne prit un mauvais pli.(sources Mémoires de Cléopatre) Bourdelle aimait ces visages asymétriques.

Boudelle 3

Bourdelle 11

Bourdelle fréquentait la haute société, il aimait la compagnie; bien sûr, dans son art, il préférait la solitude, relative, car aidé de Cléopatre (vouée à lui) et de ses patriciens.

Cette tête d'Apollon dont la première version date de 1900 lui servit de modèle pour ses Forces. Cette sculpture était essentielle pour lui. Elle le différenciait définitivement de Rodin.

 Auguste Perret construisit le théâtre des Champs Elysées, Bourdelle  en sculpta les hauts-reliefs en marbre et peignit des fresques à l'intérieur.   Bourdelle admirait Beethoven, il trouvait qu'ils avaient quelque chose en commun,  il le sculpta en 1887, il en fera plus de 80 variations à partir de la même matrice de 1888 à 1929.Bourdelle 7

-Bourdelle 8

Une grande tâche sera le Monument aux combattants et défenseurs du Tarn et Garonne en 1897 pour la ville de Montauban. Il sera inauguré en 1902.

Bourdelle Montauban

Bourdelle choque par ses visages hurlants de douleur face à une France dédaigneuse de ses mortsBourdelle Montauban 3

1917 Statues de Madeleine Charnaux 1902-1943 aviatrice française qui battit le record féminin d'altitude en 1934. Bourdelle 14

Bourdelle 12

Bourdelle se fait plaisir, Bourdelle chante la beauté des femmes, y compris la sienne sous les traits d'une vierge à l'offrande qui se trouve être Rhodia dans les bras de Cléopatre.

Bourdelle 1919-1923

Bourdelle expose dans le monde entier, Bourdelle est célèbre.

Une petite dernière, un drôle d'Henri marquis de Bideran, que Bourdelle trouvait beau comme un dieu; on ne voit pas la masse informe dans son cou, mais sachez que c'est la laideur de la vieillesse qui attend tranquillement son heure. On peut imaginer que c'est une version sculptée et masculine du poème de Raymond Queneau chanté par Gréco 'Si tu t'imagines, Fillette, Fillette' ... On connait la réponse de Marquise à Corneille imaginée par Tristan Bernard et reprise par Brassens :

Peut être que je serai vieille

Répond Marquise et cependant

J'ai 26 ans mon vieux Corneille

Et je t'emmerde en attendant. 

   On ne connait pas la réponse du Marquis à Bourdelle !

Bourdelle 15

Posté par maison43 à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2014

Ex voto gallo-romains

Musée de Senlis

Les ex-voto sont étranges, humbles témoins des détresses humaines, nous racontant des petites histoires d'anonymes qui remercièrent, supplièrent des dieux qui, n'en doutons pas exaucèrent souvent ces requêtes. Émouvantes ces petites sculptures de calcaire si dérisoires dans leur vaine et candide humanité plus résistantes que les êtres qui les ont sculptées.Trouvés en forêt d'Halatte, des ex-voto enfouis dans la terre depuis 15 siècles dans un temple gallo-romain (en usage entre le I et début du V siècle après JC)

Temple gallo-romain F d'Halattenous contemplent du musée d'art et d'archéologie de Senlis. L'essor du christianisme fit abandonner le temple qui servit de carrière, puis fut livré à la forêt. Découvert par des agents forestiers en 1825, des fouilles exhumeront en 1873, 297 ex-voto.Senlis ex voto

 Cette pratique est venue jusqu'à nous sous plusieurs formes (plaques, maquettes de bateaux, volants d'automobile etc).   

Posté par maison43 à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2013

Diplo, Tyranno et les autres

Le troupeau central

Il s'agit d'une accumulation gigantesque d'ossements authentiques, mais pas à la Arman, non à la scientifique, avec aussi des moulages en plâtre, peints, impressionnante, marquante, inoubliable. 2500 pièces ostéologiques dont 1000 squelettes complets soit montés à partir de la ménagerie du jardin des Plantes (créée en 1794), soit collectés par des voyageurs scientifiques au 18 et 19ème siècles.galerie d'anatomie comparée

On imagine la patience colossale qu'il a fallu pour reconstituer le tout, on imagine le temps infini  que les paléontologues ont passé à prospecter sur les terrains de fouilles, photographier, cartographier, fouiller, extraire, emballer, assurer le transport des fossiles, et puis les étudier en laboratoire avant de les décrire dans une publication scientifique. C'est une science relativement nouvelle, l'étude de ces fossiles, qui date d'un peu plus de 2 siècles. En 1799 on découvre en Sibérie des ossements de mammouths ayant vécu entre de -2,6 millions d'années à -3 700 ans. Cela laisse un peu songeur. Je ne sais plus quel livre d'enfance fut à l'origine de mon désir de visiter cette galerie de Paléontologie, mais périodiquement lors des balades au Jardin des Plantes, ou à la galerie de l'évolution, je me remémorais ce rêve pourtant aisé à accomplir (j'ai les rêves modestes, quoique !). Et bien voilà c'est fait, et je ne fus pas déçue. Non, il n'y aura aucune indication pointue (ou pas) scientifique, je n'ai pas la fibre savante, chercheuse, bref scientifique, et si j'ai rêvé de l'avoir un jour, ce devait être sous une influence légèrement alcoolisée qui me fait dire n'importe quoi. Il y aura seulement les fossiles préférés, les squelettes remarqués,iguane

les préparations en fluide (oui le terme est joli) horribles, le plaisir ressenti de se promener dans ces allées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Diplodocus

Diplo

est un moulage offert par Andrew Carnegie (1835-1918) riche philanthrope américain passionné de paléontologie, il a fondé un musée d'Histoire naturelle à Pittsburgh; il fit faire 11 copies d'un diplodocus, d'après un original découvert dans le Colorado, qu'il envoya dans les plus grands musées.

tyranno

Tyrannosaure de la galerie est une copie.

galerie paléontologie

Cynthiacetus peruvianus est un cétacé, ancêtre présumé des baleines et des dauphins.

cynthia bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mégaceros est le plus grand cervide qui ait jamais existé.

magaceros

mammouth

Un mammouth méridional découvert en 1872, le plus ancien mammouth européen.

      Le ptéranodon tente son dernier envol.

Galerie de paléontologie

Les petits fantômes

Les petits fantômes de la galerie veillent hilares sur les passants que nous sommes.

      La tortue vibre

t

  

 

  

   

la baleine chante

Baleine

Et le poussin piou ...   

Et moi, qui ne suis vraiment pas scientifique j'ai vraiment adoré ce moment pseudo-paléontologique.

Posté par maison43 à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2013

Gustave Moreau

Musée Gustave Moreau

On le nommait ' le solitaire de La Rochefoucauld', oui, il habitait rue de La Rochefoucauld à Paris, une maison atelier offerte par ses parents, bourgeois cultivés et aisés. Solitaire ? sans doute sur le tard, en tout cas, pas très mondain, le sieur Moreau, plutôt casanier, sa mère pour la tenue de la maison, son amour, un seul connu, qu'il installa dans un Gustave Moreau 2Gustave Moreau détailappartement à côté de chez lui. Les honneurs lui plurent pourtant, des médailles reçues lors des salons, une légion d'honneur, nommé au grade d'officier, reçu à l'Académie des Beaux Arts où il postula ... solitaire, mais aimant être reconnu pour son art, et désirant rester dans la postérité, touchant donc cet homme ...

Son atelier est sympa, grand, clair, avec un très bel escalier, le logement est constitué de pièces petites, sûr qu'il ne faisait pas salon, Moreau ! Un brin narcissique, un brin ombrageux, un artiste donc normalement constitué ! Sa particularité fut de ne vendre que 400 toiles,  a accumulé le reste chez lui : 850 peintures ou cartons, 350 aquarelles, et plus de 13000 dessins et calques.

Gustave Moreau 4

Panneau n°2 de La vie de l'humanité Gustave Moreau

Les Argonautes 1885

Gustave Moreau

C'était un excellent dessinateur, bon coloriste, qui adorait emplir le vide, un fourmillement de personnages, une curiosité avivée, un sacré homme ce Moreau, symboliste, mythologique, mystique ....  

Moreau 1826-1898 se voulait peintre d'histoire, la bible et la mythologie l'ont inspiré, il mélange les genres et travestit à sa façon ses personnages, il emprunte dans des ouvrages sur l'inde, la Perse, l'Egypte  les palais, les bijoux, les accessoires et laisse aller son imagination débordante. Ce qui donne des êtres un peu croquignolets, presque futuristes, semblables aux héros de nos films pseudo mythologiques comme la lignée des Percy Jackson,  particulier ce prétendant, ou bien est-ce Ulysse terrassant les dits prétendants de sa Pénélope tricotante ? Délicieusement kitsch sa petite Sphinx lovée, les griffes fort gentiment agrippées au chiffon qui couvre à peine la nudité d'un Oedipe androgyne.Gustave Moreau 5

 Trop exigeant, perfectionniste, il voulait toujours ajouter un détail, et nombre de tableaux dans cet atelier en chantier depuis plusieurs années ne furent pas achevés. Une légende parfois serait nécessaire pour lire les oeuvres de Moreau d'autant plus qu'il donnait à travers ses oeuvres un message très personnel, non dénué d'un certain hermétisme. 

Le musée devrait être fermé à partir de Juillet pour une durée estimée à 5 mois, un aménagement d'autres pièces qui permettra d'exposer d'autres toiles ...  J'aimerais y revenir dans ce musée et vous ?

Posté par maison43 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,