08 avril 2012

Manon

Manon 2012Manon opéra de Jules Massenet (1842-1912)

Montesquieu  aurait résumé l'Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut de l'abbé Prévost (dont Massenet s'est inspiré) ainsi ' le héros est un fripon et l'héroine est une catin'.

On lui pardonne volontiers son sexisme au sieur tout Montesquieu qu'il est ... de nos jours on pourrait résumer ' le héros est un oisif un peu mou et l'héroine une femme née à la mauvaise époque. Aujourd'hui elle aurait été call-girl de luxe, star du cinéma, ou femme d'affaires. L'amour qui les réunit triomphera, même si la mort de Manon est une fin obligée que la morale nécessite.

Bon, les dialogues sont parfois percutants de niaiserie : ô ma Rosalinde, je veux gravir le Pinde pour te chanter ....est celui que j'ai relevé comme étant le fleuron, mais on s'en moque, là n'est vraiment pas l'intérêt de l'opéra et la musique souvent enlevée de Massenet est réjouissante à écouter. Il faut dire que la voix de la soprano Anna Netrebko qui est une voix puissante et légère à la fois, au vocalisme sûr, est diablement agréable à l'oreille et nous fait vibrer, quant à son physique fort sensuel, il donne un charme fou à cette Manon si légère qu'on lui pardonne son inconstance bien volontiers. Côté ténor, Piotr Beczala qui joue Des Grieux ne dépare pas, son regard, non plus. Les seconds rôles sont bien tenus. Au final, un spectacle fort plaisant, léger, digeste, distrayant.

Note pour ide:

Le Pinde est un massif montagneux situé au nord de la Grèce, massif qui était consacré à Apollon et aux muses dans la littérature antique grecque.

Posté par maison43 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 mars 2012

Ernani

ernani  Giuseppe Verdi 1813-1901

S'est inspiré de Victor Hugo, le présente en 1844 à Venise

L'histoire

Espagne 1519, une femme Elvira : la soprano Angela Meade, 3 hommes amoureux d'elle. 

Don Carlo, roi d'Espagne : Dmitri Hvorostovsky baryton russe

Don Ruy Gomez de Silva vieil oncle d'Elvira qui veut épouser Elvira: Ferruccio Furlanetto, voix basse, italien 

Et celui qu'elle aime Ernani : Marcello Giordani ténor italien.

Bon, 3 hommes pour une femme, ce n'est pas aisé, surtout pour l'époque où la femme c'est rien ou presque. Par chance, Elvira n'en aime qu'un, par malchance, c'est celui qui complote, celui qui se cache, celui qui n'a plus rien, celui qu'on veut tuer à tout bout de champ. Le roi lui aspire à être empereur, ce qui tempère son ardeur amoureuse et il cède volontiers Elvira à Ernani. Mais le vieux Silva qui n'espère plus rien ne peut supporter de perdre la jeunesse d'Elvira, alors il rappelle à Ernani, le serment de se tuer si lui en décidait ainsi, et il le décide ainsi, ce vieux gredin crétin ... Et les 2 tourtereaux se font hara-kiri 

Les costumes sont beaux, Le décor très flonflon s'accordant parfaitement avec l'intrigue, les choeurs parfaits et les chanteurs pas si mal, le ténor manque un peu de conviction, le baryton est puissant et beau (ce qui ne gâche rien!), la basse s'en tire fort bien et la soprano réussit un beau parcours. Ernani n'est pas l'opéra le plus facile à écouter chez Verdi, je trouve, un peu ingrat si j'ose dire, et j'ose sans sourciller, mais l'ensemble se tient pour qui aime ... l'opéra.

Posté par maison43 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,