28 avril 2017

La collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton

Xan Krohn Serge Chtchoukine 1915

Collection de Sergueï Chtchoukine 1854-1936 mécène fortuné et homme d'affaires russe qui réunira en son riche palais des toiles devenues prestigieuses. En 1917, il s'exile à Paris, son palais devient sous l'autorité de Lénine Musée de la peinture occidentale moderne jusqu'en 1921 où sa collection ira pour moitié au musée des Beaux Arts Pouchkine de Moscou, et l'autre moitié au musée de l'Ermitage de Saint Petersbourg.

Fondation Louis Vuitton

La Fondation Louis Vuitton (dont les 3600 verres ont été recouverts de filtres colorés par Buren) en a réuni la moitié, le temps d'une saison. La famille du Docteur Rey

Van Gogh 1889

qui soigna en l'hôpital d'Arles Van Gogh doit s'en mordre les doigts, ce tableau offert par Van Gogh à son médecin fut vendu par son propriétaire, en connut d'ailleurs plusieurs autres et finit sa longue course à la galerie Druet à Paris qui le revendit au collectionneur Chtchoukine. Assez classique dans ses goûts, ce dernier achète  au début des maîtres de l'époque comme Maurice Lobre ou Armand Guillaumin

Armand Guillaumin

Maurice Lobre 1862-1951 Le salon du Dauphin à Versailles

 il s'intéresse à Maurice Denis

Denis

le plus classique des Nabis, à Vuillard qui en fait partie aussi et qui commence sobrement ici sa célèbre collections d'intérieursEdouard Vuillard Intérieur 1899

Quelques Monet, Degas, Sysley, sous l'influence des Stein qu'il fréquente il achètera des tableaux plus controversés, comme Picasso

Picasso Femme nue assise Méditation

Picasso

Picasso L'amitié 1907-1908

Matisse

Matisse Collioure

Matisse Nature morte 1909

Matisse

Matisse Nu noir et or

 le Douanier Rousseau avec Marie Laurencin et Guillaume Apollinaire

Rousseau

 André Derain

André Derain Ancien quartier de Cagnes 1910

Derain le bois 1912

et Gauguin

Gauguin 3

dont il possède plusieurs tableaux, Cezanne et son incroyable bleu.

Cezanne La femme en bleu

Quelques tableaux également de peintres russes dont Ivan Klioune

Kazimir Malevitch Paysanne avec seaux

Kazimir Malevitch Porteuse de seaux 1912-1913

Ivan Klioune

et Kasimir Malévitch qui fut l'inventeur et le théoricien du mouvement 'Suprématisme', formé de formes, lignes et aplats de couleurs pures.

Et pour en finir avec cette collection si riche, un chouchou à moi Wladimir Tatline

Wladimir Tatline Nu 1913

peintre mais surtout sculpteur qui rencontrera Picasso et le re visitera, sous une forme plus voluptueuse dénuée de toute agressivité envers les femmes.

Un jour où je serai particulièrement en forme, j'évoquerai d'ailleurs cette particularité de Picasso. 

Posté par maison43 à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 mars 2017

Nahui Olin née Maria del Carmen Mondragón

Carmen

Nahui Olin

Née en 1893 à Mexico, cette femme contemporaine de Frida Khalo ne se contenta pas d'être très belle, elle peignit, composa des poèmes, mena une vie scandaleuse, pour l'époque, de grande séductrice. Sa beauté attira bien évidemment des peintres ou photographes dont elle fut la muse. En elle, passion, révolte et sens du tragique à une époque difficile et douloureuse avec un père militaire qui créa le premier fusil automatique et fut très controversé pour ses actions sous la présidence dictatoriale de Porfirio Diaz. Il emmena lors d'une mission à Paris sa famille dont bien sûr sa fille qui, outre le français qu'elle apprit à parler couramment, s'initia à la peinture, la poésie et à la vie parisienne.Nahui Olin autoportrait en étudiante 1914

'Soy un ser incomprendido que se ahoga por el volcán de pasiones, de ideas, de sensaciones, de pensamientos, de creaciones que no pueden contenerse en mi seno y por eso estoy destinada a morir de amor' écrira 'elle De retour au Mexique elle épousa en 1913 un fils de bonne famille Manuel Rodriguez Lozano 1896-1971 aussi peu conformiste qu'elle qui avait choisi la peinture pour se démarquer lui aussi. Ils suivirent le père de Carmen en exil à Paris, où elle fréquenta entre autres Picasso et Diego Rivera. De retour à nouveau au Mexique, elle se coupa les cheveux, rétrécit ses jupes et revendiqua le droit à une sexualité libre et riche.  Son mariage déjà peu réussi fut anéanti par la mort d'un jeune enfant; elle posera plus tard nue nue pour les photographes Edward Weston et Antonio Garduna. Il y a  sans doute de la provocation chez elle, une revendication qui ne trouve pas satisfaction,  elle semble n'exister que par et pour l'amour d'un homme, mais à cette époque, ce n'était pas si facile d'être femme, artiste peintre, poétesse et musicienne tout en se voulant muse, même si un relatif vent de liberté autorisait la femme artiste à sortir de sa simple condition de femme, une liberté avec des limites frustrantes certainement. Sa relation amoureuse en 1921 avec le peintre Geraldo Murillo 1875-1964 connu sous le nom de Doctor ATL, lui fit écrire des poèmes, poemas dinámicos (1922) et Calinement je suis dedans 1923, lui, fit d'elle deux tableaux dont l'un assez tragique, ses grands yeux expriment un désarroi certain . Pas très heureuse Carmen.  Doctor ATL portrait de Nahui Olin

Doctor Atl Portrait de Nahui Olin 1922

il la baptisa Nahui Olin (en référence à un mythe aztèque que je vous laisse explorer sur internet, nahui signifiant quatre et ollin mouvement ou tremblement de terre). Elle se mit à peindre davantage stimulée par cet artiste, mais son caractère trop tumulteux les amena à se séparer. Après plusieurs autres aventures

nahui et lizardo face à la vue d'Acapulco Nahui Olin

 à l'âge de 40 ans elle rencontra son dernier amour Eugenio Agacino, leur relation écourtée par la mort brutale d'Agacino la désespéra, et sans doute dépressive, lassée d'une vie où elle n'avait pas réussi à s'imposer vraiment sur le plan artistique, elle choisit de se retirer en 1934 de la vie publique, et mena une vie solitaire et difficile. Elle ne mourut qu'a l'âge de 85 ans en 1978. Deux tableaux vus au Grand Palais, lors de l'exposition consacrée au Mexique cet hiver.Nahui Olin

Nahui

 Un livre a été écrit sur cette femme si particulière par Pino Cacucci..

Posté par maison43 à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2017

Bazille 1841-1870

Bazille auto portrait à la paletteA priori, ce jeune homme ne devrait pas tant m'intéresser, sa peinture ne le démarque pas vraiment de ses contemporains, son origine bourgeoise non plus, mais cet homme là m'attire. D'une famille protestante nantie de Montpellier, il se dirigea vers la médecine, rapidement il s'intéressa plus aux dessins réunis par François Xavier Atgier 1758-1833 qui donna sa collection à la bibliothèque de la Faculté de Médecine où de grands noms figurent comme Fragonard, Tintoret, Tiepolo ( Musée Atger au 1er étage de la Faculté de Médecine). Il étudia aussi les atlas anatomiques de la bibliothèque qui présentent des écorchés remarquables. Attiré par un voisin de la faculté, Alfred BruyasCourbet - Bruyas

bourgeois, mécène, collectionneur, tuberculeux, qui tient salon et a fait de son hôtel particulier un petit musée. Bazille y admire Delacroix et la lumière du tableau 'Les femmes d'Alger dans leur intérieur' seconde version 1849. (tableau conservé au musée Fabre de Montpellier) Bazille décide à ce moment là d'être peintre. Il rencontre chez Bruyas, Cabanel qu'il n'aimera pas, Paul Ferdinand Gachet (médecin passionné de peinture et des peintres chez qui Van Gogh mourra)) il fréquente Courbet, Couture, Degas, Fantin Latour, le philosophe Proudhon. Gachet est venu à Montpellier travailler sa thèse 'Étude sur la Mélancolie'.  

Monet - Portrait de Bazille

En Novembre 1862, Bazille (1841) se rend à Paris et sera élève de Gleyre, il y rencontre Claude Monet (1840) Auguste Renoir (1841) Alfred Sisley (1839). Berthe Morizot (1841) fera partie aussi de leur cercle d'amis. Cezanne (1839) liera aussi relation amicale avec Bazille, Pissaro (1830) sera du lot aussi. Ils fréquenteront la Closerie des Lilas, leur référence sera Delacroix et Courbet, leur modèle Manet. Bazille peint le matin et suit les cours de médecine l'am. Il en profite aussi pour visiter les musées, les théâtres, la musique. Il joue du piano, il aime Haydn, Mozart et Beethoven. Il aime aussi l'opéra, Bellini, Bizet, Meyerbeer, Wagner, Berlioz. Il faut compter aussi les régates de Bougival, les balades au bois de Boulogne, les rencontres aux cafés. Bazille est sur tous les fronts, avide de vivre. Le maître Gleyre devenant aveugle, Bazille partage un atelier avec Villa, tandis que Monet partait peindre à HonfleurBazille Marine à St Adresse

Bazille le rejoignit et peignit des paysages. Il rate son examen de médecine et abandonne ce projet. Il se rend à Saint Sauveur avec 3 tableaux de Monet, mais pas plus que Bruyas, aucun acquéreur ne fut enthousiasmé. Bazille s'installe avec MonetBazille Atelier

rue Furstenberg où Delacroix qui vient de mourir en1863 logeait et peignait. C'est d'ailleurs devenu le musée Delacroix. L'atelier de Gleyre ferma

Bazille Paysage de Chailly

Monet partit à Chailly en forêt de Fontaineleau et Bazille le rejoignit. Courbet et Corot vinrent également.

En 1866, Bazille et Monet se séparèrent, Monet partit vivre avec Camille. Bazille logea rue Godot-de-Mauroy, dans une petite chambre où il reçut son ami Edmond Maître

Bazille Edmond Maitre

brillant sujet, dandy qui consacra sa vie à la lecture, théâtre, musique et ses amis nombreux Renoir, Sisley, Manet, Fantin Latour. Bazille et Maître jouaient du piano à 4 mains, du Schumann. Gabriel Fauré servit de répétiteur. Six mois plus tard, Bazille emménagea rue Visconti, Renoir s'y installa avec lui. Au salon de 1866Bazille Poissons

sa Nature morte aux poissons' fut acceptée. Bazille en profita pour le peindre.Bazille Renoir

Et Renoir le représenta dans 'Nature morte au héron'.Renoir - Bazille

Durant l'hiver 66-67, il aida Monet en difficulté financière, suite à la grossesse de Camille qui déclencha chez monsieur Monet père outre une colère, un arrêt de tout financement. Bazille acheta 'Femmes au jardin', et le régla à Monet par mensualités. Monet en exil à Sainte Adresse et Bazille s'écriront beaucoup.  En 1867 Courbet et Manet construisirent lors de l'exposition universelle, chacun, leur propre pavillon et y exposèrent leurs oeuvres. Bazille part alors pour Aigues-Mortes, on est en juin 1867. Ce fut bien sûr là bas la rencontre avec la lumière !!!! 

Méric,  à Montpellier site familial essentiel à Bazille, plusieurs tableaux La robe roseBazille La robe rose

 la terrasse de Méric, le petit jardinier, Vue de villageBazille - Vue de village

Ce tableau plut aux demoiselles Morizot. En 1868, il revient sur Paris et s'installe au quartier des Batignolles, toujours avec Renoir. Le café Guerbois est le lieu de rencontre. Manet y vient souvent, Gachet aussi partagé entre l'homéopathie la peinture et autres occupations. Degas est là, Cezanne rarement, Pissaro, Zola. En 1868, le salon accepte 2 toiles de Bazille, Réunion de familleBazille Réunion de famille

et Nature morte aux fleursBazille Vase de fleurs sur une console

 Monet lui envoie des demandes d'argent incessantes, ce sera un prétexte entre échanges épistolaires entre eux où Monet quémande toujours le remboursement du prix du tableau Femmes au jardin un peu dur à payer pour Bazille. Bazille parait-il détestait Cabanel, peintre de femmes idéalisées, comme Albaydé inspirée des Orientales de Victor Hugo, mais aux yeux éteints de poisson mort.

Cabanel Albaydé

eN 1870 il peint son atelier qu'il doit quitter faute de pouvoir le payer. Edmond Maître est au piano, Renoir sur la table discute avec Zola debout dans l'escalier. Devant le chevalet Manet. Ce fut Manet dit on qui peignit le grand Bazille avec sa palette et ses pinceaux.Bazille Atelier rue de la Condamine

Chez Bazille, les femmes ont souvent les yeux baissés,  les femmes regardent dans le vide et ne respirent pas la joie.

Bazille Jeune femme aux pivoines

Bazille La toilette

 son dernier tableau Ruth et Booz Bazille Ruth et Booz

il semble traverser une crise d'inspiration. Le  20 juillet 70 la France déclare la guerre à la Prusse, dispensé d'obligation militaire, son père lui a payé un remplaçant au moment de la conscription. Il s'enrôle cependant en août dans les zouaves, engagés dans les combat les plus meurtriers. Les raisons de cet engagement sont inconnues, certains évoquent une crise existentielle, d'autres de démarche suicidaire, d'autres encore évoquent un besoin de s'échapper un moment de sa peinture dont il n'est pas toujours satisfait. Il débarque le 30 août en Afrique du nord, ses compagnons sont presque tous des repris de justice et des filous, il déprime. Il part ensuite pour Constantine, le 27 septembre 1870 il rejoint le front de l'est et meurt quelques jours après. Son père ira récupérer le corps déjà enseveli dans une fosse 

Source : BAZILLE 1841-1870 de François-Bernard Michel     

Si Bazille fut sage avec les nus féminins, il se lâcha dans un nu masculin, comme Caillebotte né en 1848 le fit aussi, de superbes fesses musclées, ce qui provoqua un petit scandale, bien sûr.Bazille Le pêcheur à l'épervier

Alors, il choisit de les vêtir ces fesses de caleçons que la marque Solendro ne renierait pas.

Bazille Scène d'été

Songeur,  mystérieux un jeune homme ...

Et au final, c'est peut être pour ces tableaux là complètement décalés pour l'époque que ce grand jeune homme me plaît.

Tableaux vus au musée d'Orsay lors de l'exposition Bazille sauf le Cabanel et le Courbet vus au musée Fabre à Montpellier. 

 

Posté par maison43 à 17:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2017

Bernard Buffet 1928-1999

Buffet autoportrait 1956

Buffet autoportrait 1977

Le musée d'art moderne expose en ce moment Bernard Buffet, ce qui constitue déjà un évènement particulier car rare. Ce golden boy de la Peinture fort populaire dans les années 50 et 60, suscita ensuite un vif mépris de la part de tous les conservateurs de musées, les critiques d'art, les commissaires d'exposition. Bien sûr, il persista dans son style, celui qui est la signature d'un peintre, style qui se modifia cependant durant les années et qui tout en gardant ses traits célèbres et décriés atteignit un sommet digne des autres peintres plus estimés que lui. Le musée d'art moderne nous fait cheminer chronologiquement

Buffet -Nature morte au révolver

Buffet les trois rigolos 1997

Buffet La ravaudeuse de filets 1948

Buffet 1963

des tableaux en teintes beige-gris-vert-bleutés

Buffet La cafetière bleue 1956

on passe à du rouge Soutine

Buffet série les Ecorchés 1964

Buffet Les Folles Femmes au salon 1970

des couleurs vives, criantes, gueulardes même qui me ravissent.

Buffet série Les Oiseaux 1960

 Buffet est né trop tôt, il aurait fait un tabac à notre époque actuelle. D'une beauté du diable, il séduit Pierre Bergé et la France d'alors.

Bernard Buffet

Quelques années plus tard il épouse une belle Annabelle, à la même fragilité que lui semble t'il.

Buffet 1960

De célèbre, il passe à maudit, seuls les médias avides s'intéressent à eux, leur couple fascine et la brune Annabelle a beaucoup de charme. Buffet se rebiffe, sa peinture exprime sa colère, et se révèle tourmentée, fiévreuse, le Christ c'est lui.

Buffet - La Crucifixion

  peinture hargneuse, rancunière même jusqu'à la caricature où l'artiste se moque de ses détracteurs en caricaturant son style

Buffet Les clowns musiciens

ce qui a donné les prémices de l'art graffiti. Et je préfère cette période où le peintre se démarque des autres, les peintres des rues lui doivent beaucoup. Il fait des Bandes dessinées géantes, avec des thèmes dont il fait plusieurs séries

Buffet Le combat avec le requin 1989

 Et puis l'artiste se moque de l'Homme, lui, nous, les autres, un humour corrosif et noir. Les harpies le cernent sans répit

Buffet L'enfer de Dante Les Harpies 1976

  D'un naturel dépressif, il accentue le trait et est sans doute dans un désespoir certain, une maladie de Parkinson n'arrangera rien  : Pitoyables humains, puissants ou misérables, la mort est au bout du chemin, ne l'oubliez pas.

Buffet Squelette en prière 1998

Il l'avancera à son heure, à sa façon, cette mort impitoyable et extrêmement dure pour ses proches dans une sorte de performance signée Buffet mais non dénuée de panache.

Buffet La Mort 5 1999

 Il est amusant de constater que 40 ans plus tard, Bernard Buffet attire toujours les mêmes critiques. L'art pictural existe dans toutes les époques, mineur, grandiose, brut, maniéré, académique, qu'importe, on n'aime, on n'aime pas, on critique, on loue, qu'importe, il contribue à l'Histoire humaine, et Buffet en est un acteur. Et puis quelques douceurs un peu suaves qui témoignent que Bernard Buffet connut aussi la joie, l'espoir, l'amour, un peu de paix parfois.

Buffet Kabuki

Buffet La mer 1960

Buffet Le rhinocéros

Buffet Le sommeil d'après Courbet

Né trop tôt dans un monde encore fort conformiste, il laisse ce message ambivalent, comme le fut sans doute sa vie.

Buffet

 

Posté par maison43 à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 février 2017

Alexis Chomel aquarelliste 1995

 

Alexis Chomel - La femme et la colline

Brioude en Haute Loire  offre outre sa basilique, ses rues chargées d'histoire, une galerie d'Arts ouverte depuis 1990 et installée dans un site remarquable La maison de Mandrin. L' Association Festival Aquarelles de Brioude qui organise, entre autres actions, en Juillet une biennale d'aquarelles qui regroupe des artistes de plusieurs pays proposait du 10 Décembre au 11 Février 2017 une exposition extra biennale sur quatre aquarellistes pour jeune public en partenariat avec l'Education Nationale. 

Une occasion de découvrir un jeune talent originaire de Firminy, soit un appelous (sur l'origine de ce nom consulter  le site   http://la-vallee-de-londaine-en-histoire.over-blog.com/2015/09/appelou-est-une-denomination-plutot-recente-pour-les-habitants-de-firminy-cette-appellation-a-des-origines-diverses-et-variees-mais.

Alexis Chomel est un jeune peintre aquarelliste, autodidacte, né en 1995, il a suivi quelques cours chez un peintre professionnel. Son style devrait avec l'âge se personnaliser un peu plus, et il semble extrêmement prometteur.Alexis Chomel - Dans le bleu de l'absinthe

Posté par maison43 à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 octobre 2016

Véronique Béné peintre Haute- Loire

Vérobéné Arbre en marche

Cette artiste est peintre, illustratrice, graphiste  née en 1961 elle vit depuis 2007 à Chanteuges en Haute Loire. Elle s'est exposée cet été à Saugues à la Croisée des Arts où je l'ai découverte. On peut la connaître davantage à travers deux blogs http://www.vivadesign.fr/ et http://verobene.blogspot.fr/.

Nul besoin de savoir lire avec elle, elle nous dessine les histoires, les mythes appris dans notre enfance. Ainsi les filles de Minyas métamorphosées en chauves souris

Vérobéné

pour avoir déplu au dieu Dionysos pas cool du tout ou les Héliades, soeurs de Phaéthon (fils du Soleil Hélios foudroyé par Zeus)  transformées en peupliers, toujours d'après Ovide (poète latin qui fit des légendes grecques un long poème : Les métamorphoses). Elle sait aussi dessiner les arbres, l'Allier, les animaux, elle participe aussi à de nombreuses expositions, notamment au festival de Création Contemporaine Les Arts Foreztiers dont je vous donne le site :  http://lesartsforeztiers.eu/. Produit par l'Institut Charles Cros dont je donne pour ceux intéressés le site http://www.institut-charles-cros.eu/ où chercheurs, artistes (dont Véronique Béné), partenaires divers travaillent ensemble. 

Vérobéné Métamorphose des Héliades

Posté par maison43 à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2016

Le Mastodonte et Jacqueline Etaix -artiste peintre- à Chilhac en Haute-Loire

Mastodonte Chilhac

L'un n'existe plus, l'autre le peint.Jacqueline Etaix 7

L'un est d'Auvergne, l'autre de Corbeil Essonnes.

A priori, pas vraiment faits pour se trouver, et puis, si, une belle rencontre estivale qui s'est concrétisée dans le petit musée de Chilhac en Haute Loire.Jacqueline Etaix 2

Le mastodonte de Chilhac est jusqu'à nouvel ordre une des dernières espèces de ce genre à avoir vécu en ce village et alentours. On a découvert leur mode de vie que l'on pense matriarcal. A cette époque, arrivent peu à peu les premiers européens. Jacqueline Etaix ancienne enseignante nous les fait revivre en peintures, dessins et sculptures.Jacqueline Etaix 6

 Elle met en scène avec beaucoup d'humour les orgues basaltiques.Jacqueline Etaix 3

Jacqueline Etaix 4Une dernière mêlée de mastodontes juste avant qu'ils ne disparaissent de la terre. Jacqueline Etaix est une habituée de la Haute-Loire. A vous revoir, Madame, en d'autres lieux avec d'autres oeuvres. Quant au musée, allez le découvrir. Les petits enfants apprécient.Jacqueline Etaix 8

Posté par maison43 à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2016

Musée de Nemours - Au Féminin

Château-musée de Nemours

Le charmant musée de Nemours en Seine et Marne expose du 21 Mai 2016 au 19 Février 2017 ses collections autour du modèle féminin, toiles datant de 1850 à 1914. Oublions la femme multiple chantée des années 1980, à cette époque la femme des années 1850-1914 est étiquetée définitivement selon son rang social et sa place dans la société. Entre la femme du monde mariée

Portrait de Mme Desfini - Marie-Alexandre Alophe

et la demi mondaine

détail de l'indolente nue

entre la femme exotique

Négresse du Hedjar - Gérome

 et la prostituée

La Dèche Félicien Rops apres

entre la campagnarde et l'ouvrière

Jacques Brissaud 1911

 il y a fort rarement des passerelles. Mais le peintre du 19è commence à s'intéresser à toutes ces catégories de femmes en accentuant le trait marquant de leur spécificité, élégantes en représentation, femmes de mauvaise vie en perdition, femmes de bonne famille, travailleuses. Le nu les réconcilie toutes et mêle la vierge pureEmmanuel Benner

à l'apprentie sorcière perverse.La leçon avant le sabbat 1880 L-M Boutet de Mouvel

Ce très intime musée est riche d'oeuvres d'artistes talentueux moins célèbres que les grands mais apportant justement ainsi un regard neuf sur la peinture de cette époque.

Tête de femme 1908 Victor Prouvé

Deux jeunes filles au bord de la mer - Numa Gillet

Albert Ernest Miserey - Japonaise

 Quelques noms-stars cependant comme Gérôme, Felicien Rops. Jamais décevant ce musée Trois artistes féminines sont mises à l'honneur, Rosa Bonheur très connue mais assez rare à croiser, Fernande Sadler 1869-1949 élève de l'Académie Julian tout comme Emma Chadwick installées toutes les deux à Grezt sur Loing.

Posté par maison43 à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2016

Paul Klee à nouveau

Klee Vierge (rêvant) 1903

Beaubourg nous présente Paul Klee sur le registre de l'Ironie. De quoi compléter un peu l'un de mes messages consacré à ce peintre musicien avec la découverte d'un Klee facétieux, mais aussi un Klee fortement marqué par les évènements politiques où son ironie trouve aussi un moyen de s'exprimer. Au début de sa carrière, la satire et la caricature lui permettent de mettre de côté l'héritage académique classique qu'il rejette, la seule issue à ce moment lui semble être la provocation à l'exemple de Daumier qu'il vient de découvrir.Klee Couple mauvais genre 1905Il faut dire aussi que ses débuts de peintre sont un peu difficiles et que la caricature où il excelle est une voie plus aisée pour lui à ce moment là. Dessin, gravure, aquarelle, dessin sur verre sont utilisés pour dépeindre son époque d'avant guerre où la bourgeoisie est triomphante de bons sentiments fort hypocrites; dans le dessin :Klee Deux hommes se rencontrent pensant

 Deux hommes se rencontrent pensant chacun que l'autre lui est supérieur, il faut reconnaître deux empereurs Guillaume II de Prusse et François-Joseph d'Autriche. Avec un camarade de lycée Hans Bloesch 1878-1945, Paul  illustre sur des poèmes de Bloesch une oeuvre érotique qui ne restera qu'un projet où la caricature permet une licencieuse provocation; entre 1902 et 1905 où il ira se confronter au gai Paris, Paul Klee ne déteste pas ni séduire, ni être séduitKlee illustration du livre Das Buch

 la vie de patachon le tente un brin,  mais là n'est pas sa voie. Il épousera sa Lily musicienne comme lui, rencontrée 7 années plus tôt et trouvera en sa peinture une célébrité enfin reconnue en découvrant en 1912 le cubisme à Paris. Le voyage en Tunisie en 1914 se reflète non sans un humour certain dans son paysage, il faut dire que le Niesen s'y prête bien aussi avec sa forme pyramidale

Klee Le Niesen 1915

 Klee s'amusait à créer lors de ses voyages des herbiers, et en lisant Goethe qui traite des couleurs et des formes, il joue avec une nature qui évolue et danse sous nos yeux

Klee Croissance des plantes

 Klee est un musicien qui met en musique sa peinture, oui je l'avoue c'est un peu facile de ma part, mais voilà, Klee me reste encore un peu mystérieux, et sa peinture n'est pas si lisible que cela

nonobstant les critiques qui se la jouent beaucoup avec leurs interprétations hermétiques. Certes il y a toujours des pointes d'humour décelables

Klein discussion

 des petites notes de désespoir aussi

Klee Ton aieul 1933

sa fin de vie est douloureuse, l'époque aussi et ça, cela se voit aussi.

Klee Sorcières de la forêt

A plus monsieur Klee, vous m'êtes encore un peu étranger, même si je commence à vous cerner un peu mieux, à ma façon bien sûr.

Klein Lieu de l'incendie 1939

Posté par maison43 à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2016

Miquel Barceló

taulera III Barcelõ Il faut un début à tout, une découverte d'un peintre encore inconnu de moi : Miquel Barceló, il m'en reste tant à découvrir. Au musée Picasso, une exposition un peu frustrante sur ce peintre espagnol prolifique dont on ne voit qu'un pâle échantillon, un parallèle avec la sculpture de Picasso qui ne convainc pas vraiment, mais quelques toiles et quelques sculptures qui à défaut de me le faire connaître bien, me laissent un peu moins ignare sur ce peintre là. De Picasso, il a la même boulimie d'art, à aborder sous toutes ses formes, dessins, peintures, sculptures assez parlantes comme cette Familia ( liée par un cordon ombilical tenace)Miquel Barcelo Familia 2015

céramiques, décors d'opéra, décorations d'édifices comme la cathédrale de Majorque. Né à Majorque en 1957, une mère artiste peintre, école des Arts Décoratifs de Palma en 1973. C'est un bourlingueur ce peintre là, qui voyage à Paris, New York, Naples, Afrique, Patagonie.  Les corridas l'inspirent, ses arènes sont singulièresPaseillo avec taureau 2015

et constituent un voyage de l'oeil au centre de la terre où au fond de l'abime sablé, excentrés et échappant au tourbillon, le torero et son taureau sont seuls au monde.La suerte de matar 1990

A vous revoir Monsieur, avec grand plaisir.

 

Posté par maison43 à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,