07 janvier 2015

Marcel Duchamp

Yvonne et Madeleine déchiquetées 1911 M

Pas facile d'être un Duchamp entre un Villon qui fait une belle carrière et un Duchamp-Villon qui s'illustre dans la sculpture, alors celui qui reste simplement Duchamp mais Marcel se marquera autrement et voilà comment sont nés les ready-made, voilà comment par provocation amusée mais déterminée Marcel Duchamp a marqué son siècle et est devenu le père de l'art contemporain. C'est bien la seule paternité qu'il aurait peut être aimé revendiquer, qui sait, avec Marcel si burlesque dans le choix du nom de ses peintures, si enclin au mystère qu'il déclenche ainsi Marcel Duchamp

la Mariée mise à nu par ses célibataires même ou grand verre, c'est rigolo, quand on pense à ses deux mariées à lui, la première mariée éphémère de sa vie épousée par erreurMariée 1912

 et la seconde épousée en 1954, joueuse d'échecs elle aussi,  bien sûr on galèje dessus aimablement en évoquant une mère plus proche de ses 3 filles que de ses 3 garçons, une soeur un peu trop aimée Suzanne A propos de jeune soeur 1911 M dont les 2 mariages auraient pu être à l'origine de cette réflexion sur la mariée, d'autres y voient aussi de l'érotisme, très anatomique quand même cet érotisme où la mariée est un jeu de tuyauteries fort compliqué et l'amour une histoire de chimie; ce Grand Verre a pris 10 années de sa vie à Marcel de 1912 à 1923.  mais sa dernière oeuvre découverte après sa mort Étant donnés : 1 la chute d'eau, 2 le gaz d'éclairage l'a occupé durant 20 ans de 1946 à 1966, cette oeuvre est encore plus énigmatique et provoque là aussi divers interprétations, le corps représenté est celui d'après moulage d''une amante follement aimée Maria Martins 1894-1973 repartie dans son Brésil natal, intéressante cette femme là d'ailleurs sculptrice qu'il connût à New York, elle tient dans la main un bec Auer allumé, certains y voient le mythe de Psyché, symbole de son amour impossible avec Maria mariée, d'autres y voient un être hybride à la manière de Rrose Sélavy, réalité ou Etant donnés 1° la chute d'eau 2° le gaz d'éclairageapparence trompeuse ? Lui seul aurait pu l'expliquer si tel avait été son désir, mais Marcel Duchamp reste une énigme, un talent indéniable de peintre stoppé volontairement, un talent plus discutable de plasticien paresseux et farceur avec ses zônes d'ombre. Marcel Duchamp est devenu un lent jouisseur de la vie, du temps qui passe, il aura pleinement vécu sa vie sans trop de contrainte, libre, je crois, avec ce don de s'inspirer des autres avec une originalité particulière. Né en 1887, il fréquente l'école Julian durant 1 an, ses premières toiles qui comptent  d'influence cézanienne sont La Partie d'échecs (jeu cher aux Duchamp) reprise en version cubisteLa Partie d'échecs 1910Joueurs d'échecs 1911

et le portrait de son père en 1910Portrait du père de l'artiste M

 en 1911 il réalise des nus d'inspiration fauvienne, Il s'essaie au symbolismePortrait du Dr Dumouchel 1910 Met trouve un mode d'expression assez plaisant dans le cubisme en mouvement, son Nu descendant l'escalierNu descendant dans l'escalier n°2 1912

en 1912 toile qui sera décriée par ses propres frères, ce qui le blessera un peu ou son jeune homme triste dans un train 1911-1912 sont intéressantes, tout autant que le sont les titres, comme Le roi et la reine entourés de nus vites en 1912Le Roi et la Reine entourés de nus vites 1912les corps chez Duchamp roulent mécaniquement sur eux même dans une lente chute qui n'appartient je crois qu'à lui. Et ce sont à mon avis ses plus belles créations. Il est à ce moment là très productif, il chemine vite et puis à partir de 1912-1913, il regarde d'un autre oeil l'art, en conteste les valeurs défendues jusque là, il revendique une liberté, celle de penser autrement et de relativiser les valeurs imposées. En 1913, il peint une broyeuse de chocolatLa Broyeuse de chocolat 1914 où dit-il le Célibataire broie son chocolat lui même, facétieux Marcel Duchamp qui ne songera plus alors qu'à provoquer par ses ready-meade, ce qui est pour l'époque scandaleux, impensable, voilà c'est presque terminé pour Marcel Duchamp sa carrière de peintre. Il commencera à réfléchir à sa mariée mise à nu qui ne reproduit rien de neuf d'ailleurs, par rapport à ce qu'il a déjà peint. Il donne vie en 1921 à sa Rrose Sélavy qu'on peut lire Eros, c'est la vie' Rrose Selavycar Duchamp aime les jeux de mots, calembours, ce double féminin qui ajoute du mystère ou qui témoigne de son humour dadaïste. Il vivra aux États Unis, reviendra, repartira, ira en Belgique, jouera aux échecs avec passion, ses amis seront Picabia, Man Ray, Peggy Guggenheim, en 27 sans le sou il épousera puis divorcera 6 mois plus tard. Il participera à plusieurs élaborations d'expositions. En 1954 il se remarie et sa toile Les joueurs d'échecs est achetée par le Musée d'Art moderne. En 1955 il adopte la nationalité américaine. Il meurt en 1968 à Paris auprès de sa seconde épouse.  

Posté par maison43 à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 janvier 2015

Kendell Geers

Kendell Geers

Artiste né en Afrique du Sud qui fait de l'Art un langage contestataire, provocateur, qui nous invite à réfléchir sur notre monde et bouscule les consciences. Au centre Pompidou, un Christ empaqueté de rubans de signalisation. Acte sacrilège, humour contestataire, provocation potache, refus du veau d'or quelqu'il soit ?

C'est vous qui voyez. Le terme T.W est l'abréviation de Title Withheld, sans titre si vous préférez avec l'ambiguité d'un titre entre parenthèses 

Posté par maison43 à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2014

Oscar Muñoz

Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2014

Lionel Sabatté - La Fabrique des profondeurs

Né en 1975. Lionel Sabatté sculpteur, plasticien a exposé à l'aquarium de Paris ses bêtes extraordinaires fantasmagoriques, ses animaux fabuleux issus de son imagination créatrice.Sabatte détail

 Lionel Sabatté est fasciné par le monde végétal, animal, minéral, humain, dans ce qu'il a d'éphémère. Il utilise des matériaux de récupération d'un genre particulier, comme les peaux mortes des pieds, les bouts d'ongles, les moutons de poussière, il tord les métaux comme l'étain, le fer, le laiton, ajoute des pièces de monnaie et réussit à réaliser des animaux étranges terriblement présents par leur appartenance à nos rêves d'enfants peuplés de monstres.Sabatte 8

 Chez Lionel Sabatté les poissons volent dans les cieux,

Sabatte 2

Sabatte détail 2

 leurs ombres menaçantes; les oiseaux s'abîment en mer plus funèbres que jamaisSabatte 6

et les animaux enchâssés

Sabatte

dans des souches de bois sont les gardiens de nos ténèbres ..

Sabatte 4

Petits papillons abîmés, vous retrouvez une seconde vie sous les mains de Lionel Sabatté, vous abritez une petite créature métamorphosée, mi-humaine mi monstre assez dérangeante cette mutation, je trouve !Sabatte 5

 

Lionel Sabatte

Et pour terminer, une petite poussière d'oiseau, prélude de notre propre fin !! Terminer notre passage sur terre en devenant poussière de femme ...   

Posté par maison43 à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 mars 2014

Land Art

Robert Smithson Spiral Jetty 1970

Les artistes prennent l'environnement comme toile de fond et abandonnent les matériaux classiques comme le marbre, le bronze. Sculpteurs, plasticiens, photographes, ils utilisent ce que la nature offre. Il s'agit d'une part de sortir des musées, d'autre part de refuser ces 2 grands pôles classiques où évolue l'art : l'abstraction et le figuratif. En même temps, ils souhaitent établir un dialogue inhabituel entre l'oeuvre et le spectateur, l'inviter à réagir, ne plus rechercher une adhésion admirative, mais le questionner sur sa position dans l'espace, dans la société, dans le temps. Oui, c'est assez ambitieux comme projet ! L'oeuvre n'a plus de portée commerciale immédiate, est réservée au curieux, ne nécessite plus de billet d'entrée et est souvent périssable.

 Le Land Art existe depuis les années 60, né aux USA.

Robert Smithson 1938-1973  son oeuvre de référence est 'la spiral jetty' dans le grand lac salé d'UTAH. Construite  en 1970 à un moment de sécheresse, le niveau du lac remonté l'a submergée jusqu'en 2003 où une nouvelle sécheresse l'a sortie des eaux durant 1 an. Elle est à nouveau immergée et disparaîtra forcément...Il a fallu déverser 7000 tonnes de pierres basaltiques et de terre sableuse sur 457 m de longueur et 4,6 m de largeur pour la réaliser. Confrontation de l'homme à la nature, qui d'une certaine manière la détourne, la façonne, et finalement est dominé par la dite nature qui reprend ses droits, toujours. Cette oeuvre perdurera sous forme de dessins de l'artiste, photographies, reportages qui outre l'oeuvre de mémoire financent aussi de tels projets. View Nicole Dextras

Nicole Dextras  artiste canadienne qui travaille selon les saisons, l'hiver, crée des lettres de glace, en remplissant d'eau des cadres en bois, pour mettre en place des mots, mots galvaudés dans notre monde de communication outrancière où les mots perdent de leur signification.Nicole Dextras Silence

Elle nous invite à voir, regarder autrement, réapprendre le silence. L'été, les fleurs  vouées de toutes façon à périr nous ouvrent une autre perspective sur leur beauté.Nicole Dextras Bloc de glaceNicole Dextras

Un site Internet qui peut intéresser les amateurs :

 http://www.landarts.fr/

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 mars 2014

Le Gardien - Gloria Friedmann

La Forêt de Rougeau en Seine et MarneG Friedmann

 abrite un Géant de terre, d'acier et de résine, tête au long cou où les bois des cerfs se mêlent aux chênes.G-Friedmann

Oeuvre de Gloria Friedmann, photographe, plasticienne, sculptrice née en Allemagne en 1950. Installée en France depuis 1977, elle utilise des matériaux naturels comme le bois, la terre, les feuilles, la fourrure, les pierres, les os.

Gloria Friedmann

   

Cette sculpture se situe au tout début de l'Allée Royale qui débute au Pavillon Royal construit en 1751 pour Etienne-Michel Bouret 1709-1777 financier qui fit bâtir ce petit Marly pour les chasses de Louis XV qui ne s'y rendit qu'une seule fois, snobant l'Allée Royale, lui préférant la Seine.

Posté par maison43 à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 février 2014

Berlinde De Bruyckere - Philippe Vandenberg

 La Maison Rouge accueille un couple insolite qui joue un pas de danse sur 2 temps, la vie et la mort.

D'après l'ennemi intérieur 2003 détail

La mort, Philippe Vandenberg 1952-2009 se l'est donnée, et ce n'est pas inattendu, il se dégage une souffrance extrême de ses peintures ou dessins, une vision apocalyptique d'un monde bien réel où se mêlent diverses inspirations, qui naviguent entre crimes de guerre (tortures, viols)dessin extrait du carnet Indonésie 1996et illustrations possibles pour livre sado-maso, une ambiguïté dérangeante non pas par le thème lui même mais par le caractère obsessionnel qu'elle révèle annoté d'écrits qui parlent de roi,extrait carnet sur la faculté d'être lièvre 1997

de pendus, princes, démons, d'entrailles ... il manque un peu d'explications au fascicule qu'heureusement on vous remet avant d'entrer.

Philippe Vandenberg né à Gand est peu connu en France, jusqu'en 1990, il était un artiste à succès avec des peintures abstraites où la recherche picturale primait. Les 19 dernières années de sa vie, il change de style, introduit des personnages qui sont en général torturés, saignants, violés, et qui révèlent les tourments d'une âme souffrante, d'un esprit en conflit avec le monde qui l'entoure, et plus grave semble t'il, avec lui même. J'aurais bien aimé connaître le peintre à ses débuts, une cohésion certaine doit relier les 2 reflets de sa personnalité, il aurait été intéressant de le constater par nous même. Il fera des études de lettres, de philosophie et suivra un cursus d'histoire de l'art, il entre en 1972 aux Beaux Arts de Gand, il est attiré par Le Greco, Goya, aime Le Titien, Ingres, Courbet, Ensor et Freud, qui sont des personnalités fortes et particulières.Philippe Vandenberg 1998

En 89 il peint des croix gammées, des crucifixions, des scènes de tortures,Tke Kiss 1989 P

la torture chez lui est toujours un peu suspecte dans ses tableaux où il nous transforme en voyeurs, il peint avec son sang, il répète inlassablement sur ses toiles ' kill them all and dance' et ' il me faut absolument tout oublier' (titre de cette exposition à Maison Rouge), tags ou slogans  expressions de sa révolte contre l'ordre établi, contre la violence du monde qu'il met en scène dans ses dessins, mais avec lucidité il écrira En fait l'horreur que je tente d'attraper dans certains de mes travaux, a plus à voir avec mes conflits internes, mes combats qu'avec une grande compassion ou générosité pour la condition humaine.  Et de ce conflit interne il n'en sortira pas vivant.  Les 3 tableaux qui précèdent l'exposition dans le couloir sont intéressants et donnent une autre image de Philippe Vandenberg. La photo n'est pas bonne, mais elle montre une facette moins obsessionnelle du peintre.Philippe Vandenberg

  

Berlinde de Bruyckere, née en 1964 à Gand, part de la mort pour arriver à une autre forme de vie. Elle ne s'attarde par sur les supplices endurés, les causes de la mort, elle passe immédiatement à la reconstruction, la restauration une métamorphose en somme !! Des membres humains transformés en bois, bon il y a souffrance quand même en écho à celle de Philippe Vandenberg, mais modérée, adoucie. De plus, se mêle pour nous une curiosité amusée de la technique suivie, des méthodes employées et aussi de l'admiration envers son esprit créatif. Elle utiliseCripplewood 2012-2013 B de Bruyckere

pour ses bois, des moulages, puis les remplit de cire, les colore en bleu pour les veines, en rosé pour le sang, En pensant à Philippe Vandenberg, elle imagine un dialogue entre les mantras répétitifs sur des carrés de papier collés l'un à l'autre du peintre et 3 sculptures d'arbres  en cire prisonniers de constructions métalliques ou de liens qui les soumettent, les torturent, les arbres en cire deviennent membres un peu saignants mais ces arbres-membres presque humains rappellent notre fragilité d'humains et notre devenir sans que cela soit morbide, bon un peu quand même ! Voilà, les oeuvres de Berlinde de Bruyckère nous laissent avoir notre propre interprétation, et donnent un sens plus élargi à l'oeuvre d'art. Et puis elle traite des mythes des contes et légendes lus et relus de mon enfance où les Dieux se montrent plus cruels et injustes que les humains, et les transforment en animal, en arbre au gré de leurs plaisirs, tiens un Actéon transformé en cerf et dévoré par ses chiens, ne reste de lui que des bois en cire, des os en cire,Actaeon III - B de Bruyckere

des coussins pour apporter un peu de douceur et de tendresse, je trouve cela assez caustique et drôle : Actéon s'est métamorphosé et est devenu Marsyas, un satyre qui fut lui écorché, quand je vous dis que c'est drôle !! je suis un brin de mauvaise foi. Pour arriver à son sujet cette sculpture nommée Actaeon  Berlinde de Bruyckere a fait des études à partir d'un corps de danseur RomeuDessin série Romeu'my deer' 2010-2011 - B de Bruyckerere

Runa, qui en a fait une performance où il dansait ses membres mêlés aux bois. Des couvertures, des coussins, des misérables petits choses humaines qui accompagnent ces métamorphoses, ces nouveaux organismes mutants qui au gré des expositions n'en finissent pas de renaître. Un érotisme toujours présent chez Berlinde de Bruyckère, un collier de cheval détourné, un sexe en cire qui évoque le féminin et le masculin le tout sous cloche comme la couronne de mariée de nos grand-mères. Cela me réjouit assez.

 Pour moi, il n'y a pas franchement de dialogue entre les oeuvres des 2 artistes, un clin d'oeil de temps en temps, peut être, mais je préfère penser que Berlinde de Bruyckere a choisi de donner à Philippe Vandenberg une seconde naissance, un devenir en somme, en nous le faisant découvrir un peu, sous son aspect le plus sombre. A quand l'autre Philippe Vandenberg  avec vos oeuvres précédentes Madame ?  

   

A voir jusqu'au 11 Mai 2014. 

Posté par maison43 à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 février 2014

Body Art

Body Art est un art de la modification corporelle, où l'artiste touche lui même à son image, adapte son corps à des pratiques extrêmes, dérangeantes, sources de souffrance pour l'acteur et pour les regardeurs. On parle alors de Performances pratiquées en public, filmées et photographiées en détail.

En 1960 avec la libération sexuelle, le corps se libère aussi  devient sujet et devient toile, à partir des années 1970, ces artistes souhaitent accéder au plus profond de l'humain. L'artiste souhaite provoquer une réflexion chez le regardeur, il n'est plus seulement artiste, mais éveilleur de conscience, l'oeuvre n'est plus une fin mais un passage qui amène le spectateur à un nouvel état de conscience. Le projet est ambitieux et permet toutes les dérives.  

Jana Sterbak née en 1955 à Prague émigre en 68 au Canada. Elle travaille avec des matériaux improbables comme le pain, le chocolat, la viande, plus classiques comme le bronze, la pierre, le métal ou les cheveux.Vanitas J

 Une robe de chairs crues Vanitas : Robe de chair pour Albinos anorexique en 1987 qui nécessite un travail de cousette, un atelier pourra sélectionner les pièces, les aplatir et enfin les coudre. Pas de provocation chez Jana Sterbak, uniquement définir par l'éphémère de cette oeuvre d'art, l'éphémère de la beauté et de la jeunesse : chair fraîche qui va vieillir se tanner et se dessécher.

Marina Abramovic est une artiste serbe née en 1946 qui va réaliser des performances sur plusieurs jours, filmée, photographiée, n'hésitant pas à se mettre en danger avec ces serpents venimeux qui évolueront autour de son cou, sur sa tête.Marina Abramovic

Elle se flagelle, se love nue contre un bloc de glace plusieurs heures, embrasse plusieurs heures jusqu'à l'étouffement son partenaire performeur lui aussi, brosse 4 jours durant des os de boeuf en chantant des comptines pour enfants. Son but est de perdre la conscience du moment pour toucher son inconscient, interroger les acquis et les valeurs qui nous ont formés et les remettre en cause si toutefois on en est capable, car ce n'est pas forcément évident ! Toujours en beauté Marina, elle veille sur son image.   

Daniel Buetti 1955 est un performeur plasticien qui se positionne en photographe, ses photographies fort belles d'ailleurs souvent remaniées, parties du corps dénudées, visages, où il critique, tout en en profitant aussi, l'univers des

Buetti

marques.

Gina Pane française née en 1939 morte en 1990

Gina Pane

va réaliser des transformations corporelles en public, elle marche dans les flammes se taillade la peau, les paupières, se pique des épines de rosier dans le bras; toutes ces mutilations sont rituelles, parfois mystiques et ont une signification forte pour l'artiste et un public averti dont je ne suis pas pour le moment ...il me faudra analyser plus.

Orlan artiste française née en 1947baiser orlan

C'est une rebelle Orlan qui semble l'être en permanence, jouant avec ses métamorphoses en les mettant constamment en scène, avec beaucoup d'humour dans une oeuvre comme le baiser de l'artiste, où contre 5 fr l'artiste donne un baiser, l'argent tombe dans son pubis tiroir-caisse, critique de la  société qui ne voit en la femme que la putain, ou la mère, avec une photo d'elle

Orlan 3

en madone où il était possible de mettre un cierge pour 5 fr, comme quoi, Orlan veille à tout et montre aux hommes qu'elle peut être contre et profiter de cette opposition pour en vivre. Puis elle s'amuse à modifier chirurgicalement son visage par des implants, elle souhaite créer une image qui lui soit propre, non stéréotypée, comme l'image d'une beauté classique, la beauté est avant tout culturelle, alors elle s'est construit une image qui lui correspond à elle, elle dit avoir voulu que son visage soit sa carte de visite. C'est réussi. Pas de plaisir de la souffrance chez Orlan, toute souffrance est évitée par l'anesthésie, juste revendiquer le droit à la différence en faisant de son visage une oeuvre d'art unique.

Orlan 4

 

    

Posté par maison43 à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 février 2014

Mouvements contemporains

Il y va y avoir quelques mots indigestes à avaler, de ceux qui paraissent limpides dés que l'on vous les définit mais qui reprennent leur mystère une fois la définition échappée de votre cervelle, en tout cas, de la mienne !

Pop art est la forme abrégée de popular art et déjà c'est plus parlant, il s'agit donc d'une production artistique britannique et américaine inspirée par la culture populaire des années 1955 à 1970. Peinture acrylique, sérigraphie, inspiré par la publicité, les médias, la bande dessinée, il met en image la société de consommation, les couleurs sont vives et parfois dissonantes. Les représentants les plus célèbres sontlichtenstein

Roy Lichtenstein 1923-1997,

Andy Wharol

Andy Warhol 1928-1987, Tom Wesselmann 1931

Tom Wesselmann (2)

James Rosenquist

 James Albert Rosenquist 1933, Ronald Kitaj 1932Ronald Kitaj 1964

 Richard Hamilton 1922-2011

Richard Hamilton 1956

Peter Blake

Peter Blake 1931, Derek Boshier 1937Derek Boshier

En Europe  nous avons affaire au même moment  à un mouvement qui se nomme Nouveau Réalisme vers 1960. Pierre Restany critique d'art français exprime dans un manifeste que la peinture de chevalet a fait son temps. Le nouveau réalisme est une 'nouvelle approche perceptive du réel'. Ce texte porte la signature de 10 artistes sur les 13 du groupe Arman, Christo, César, Gérard Deschamps, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Marial Raysse, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, Jacques de La Villeglé. Ce mouvement mérite un message entier, plus tard.k

Ce mouvement sera dissous en 1970. Pour compliquer un peu plus de 66 à 67, Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier, Nieke Toroni s'associent sous le nom de B.M.P.T constitué de leurs initiales. Ce mouvement éphémère est une forme d'art minimal où l'absence de sujet rend la toile neutre et muette, les artistes poursuivent à ce jour chacun leur propre carrière affranchis aussi de ce pseudo mouvement.

Arte Povera se situe lui en Italie et est dans la continuité de tous ces mouvements tout en s'y opposant, ce qui nous brouille un peu plus les pistes, je trouve !  Trois critères se dégagent:

-1 La réduction des moyens (matériaux bruts comme la terre ou les végétaux, bois graines) qui peut passer par un simple recyclage des objets de consommation.

-2 La recherche de lisibilité (un peu paradoxale cependant car pour lire une oeuvre, il faut qu'on nous l'explique un minimum)

-3 Exposer ses propres méthodes.

En 1967 le critique d'art Germano Celant organise la première exposition d'Arté Povera à Gênes.

Giovanni Anselmo 1934

Giovanni Anselmo 1968 sans titre

Sans titre ou structure à manger 1968

Bloc de granit poli et entouré d'une laitue, fils de cuivre hachés  au sol : opposition des matériaux et notion d'assemblage lié à l'éphémère. A noter la dimension humoristique qui peut échapper toutefois : la salade peut représenter une bouche ouverte vorace ...

Giuseppe Penone 1947Souffle 6 Penone

Souffle 6 1978 terre cuite de 158 cm de haut, l'artiste s'est précipité sur la terre et y a laissé son empreinte alors esquissée. C'est un rêve de sculpture, une révélation de la matière.

Penone va travailler le bois, en amont il y a des études préliminaires, où il va analyser le jeu des veines de bois, les dessiner.dessin 1970 Penone

Il fait des pièces monumentales comme l'arbre des voyelles dans le jardin des Tuileries, moulage en bronze d'un arbre déraciné.PENONE CEDRE DE VERSAILLES 2003

Ou comme celui exposé un temps aux Beaux Arts de Paris      

Jannis Kounellis né en Grèce en 1936

Kounellis 1969 Senza Titolo Plaque d'acier et cheveux

Sans titre : plaque d'acier peinte et mèche de cheveux.

 

Alighiero e Boetti est un artiste plasticien, peintre et sculpteur italien né en 1940 et mort en 1994 qui aimait l'ambiguité associée à ce e qui laissait entendre qu'il était double, d'un côté l'homme, de l'autre l'artiste.

Caisson lumineux 1966Alighero e Boetti

Une lampe de métal, du verre, un circuit électrique, une ampoule qui ne s'allume que 11 secondes une seule fois par an. Hasard d'une rencontre, choc visuel pour la personne ou le groupe qui la voit s'allumer.

L'Arte Povera est un processus créateur re-visité pour donner à voir l'impalpable, l'indicible qui si nous le voulons bien nous ouvre un monde parallèle, étrange, hors normes.

Libre à nous d'y entrer ou pas, il y a une incontestable ironie, un autre regard exigé, une ouverture d'esprit supplémentaire à acquérir.  

Liste d'artistes évidemment minimaliste ...

D'autres suivront peut être au hasard de mes rencontres.

Sources : Les Mouvements dans la Peinture chez Larousse Auteures Patricia Fride-Carrassat et Isabelle Marcadé Majorel. 

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 septembre 2013

Eva Jospin

Expo Château de Ratilly 2012

Lors d'une balade dans l'Yonne, au château de Ratilly, je me souviens des forêts d'Eva Jospin, je les avais oubliées un peu, et puis son passage actuel à Paris aux Gobelins me fait m'en souvenir.

 Plasticienne, née en 1975, Eva Jospin a fait les Beaux Arts.  Sa matière première est du carton. Ses outils : des machines de découpe, des ciseaux, des cutters, des pistolets à colle. Travail minutieux et lent, elle nous invite

détail Eva Jospin

en lisière de ses forêts, à nous, d'y rentrer ou pas, à nous d'exorciser nos peurs liées à cet univers, à nous de nous laisser guider vers nos souvenirs sylvestres. 

 

Ratilly 2

Aux Gobelins, Eva Jospin a créé une oeuvre monumentale de 7m de long sur 3m50 de haut, assez envie de la voir cette forêt.

IMG_6549

On ira donc.

Posté par maison43 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,