14 novembre 2010

L'an Mil en vrac et en gros

Exit les Carolingiens, Hugues Capet fonde la dynastie capétienne en 987. Les invasions ont chassé les riches des villes qui se sont retirés dans leur domaine campagnard et qui en 2 ou 3 générations, vont y perdre leur vernis social et culturel .... La nature rustique reprend ses droits ! Chez les miséreux, la famine domine, l'outillage encore débutant ne permet pas une culture des terres suffisante, seule la forêt pourvoyeuse en bois, cire, miel, baies et gibier nourrit également le bétail. Les céréales en bouillie constituent l'essentiel de l'alimentation chez les pauvres.

Hugues Capet est roi de France mais n'est vraiment un chef qu'autour de Paris et d'Orléans, pour les autres circonscriptions, un comte siège, il tient cette fonction par héritage ainsi que la dotation foncière. Pierre Charbonnier dans son 'Histoire de l'Auvergne' cite qu'à cette époque, en ce qui concerne l'Auvergne, il y avait 3 autorités sous le roi, le duc d'Acquitaine, le comte d'Auvergne, et un seigneur châtelain, par château, et vu que les châteaux pullulaient, les seigneurs aussi forcément !! Une forte aristocratie foncière s'est ainsi constituée; une puissance religieuse existe aussi dans les cités par les évêchés, les monastères que les aumônes des grands et des petits ont dotés. La France de l'an mil a ses esclaves : les serfs qui appartiennent à leurs seigneurs. Les paysans, eux ont des terrains en concession permanente et versent une rente aux seigneurs, ils leur fournissent les produits de la terre. L'aristocratie échappe à la disette et au travail. Le commerce existe par les foires, l'usage de la monnaie reste limité, et le troc est utilisé largement. Les conflits armés entre seigneurs étaient monnaie courante.

La culture est devenue le monopole des dignitaires du clergé. L'évangélisation qui dure depuis 7 siècles a solidifié l'église. L'évêque riche en terres est tout puissant spirituellement sur le clergé et sur les laïcs, son arme est l'excommunication. Il est secondé par une équipe de clercs qui constituent le chapître, les chanoines qui possèdent un patrimoine foncier particulier, distinct de la dotation épiscopale surveillent le clergé rural : des petites églises annexes campagnardes, propriétes du seigneur sont pour la plus part d'anciens oratoires privés et ont des desservants souvent rustres issus du milieu serf ou paysan, à la solde du seigneur.

Les moines à la différence des clercs ne s'occupent pas des âmes, mais de leur salut propre. Ces monastères sont prospères, les riches s'y retirent dans leur vieillesse, y placent des membres de leur famille. Ils payent à la communauté de substantielles aumônes en terres principalement. Les abbayes sont souvent des fondations privées intégrées dans le patrimoine d'une famille : les moines choisissent un abbé agréé par les seigneurs qui parfois eux même revêtent sans quitter leur style de vie la dignité abbatiale. Les seigneurs ont ainsi une influence pesante sur les ecclésiastiques.

En 910 le fondateur de Cluny change la donne en instaurant l'élection des hauts dignitaires en dehors de toute intervention extérieure donc seigneuriale.

Robert de Turlande naît en 1001, cadet, il rentre dans les ordres et officie à Brioude. Insatisfait, il fait le choix de se retirer du monde et choisit de vivre en ermite. Il s'installe un peu plus tard dans le Livradois près de la Dore et de la Senouire sur un petit mont et fonde la Casa Dei, l'abbaye de la Chaise Dieu en 1043. Une dizaine d'années plus tard Robert fonde un monastère pour femmes et choisit dans la vallée de la Senouire un village nommé Comps. Ce n'est qu'à la fin du 15ième siècle que Comps deviendra par autorisation royale 'Vallis Dei', soit Lavaudieu.

Les dames de Lavaudieu sont nées au monde religieux.

Posté par maison43 à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 octobre 2010

Luxure et Chasteté

 Sur ma colonne de Lavaudieu, P1060295je vous contemple, touristes égarés depuis maintenant 10 siècles.

On me nomme Luxure. J'allaite deux salamandres.

On me dit chimère, car je suis monstrueuse, je représente l'ambivalence Bien-Mal.

Symbole du feu, la salamandre lutte contre les forces du mal. Elle est considérée, aussi, comme un symbole de la pureté.

Suis je sauvée du mal par le bien, sauvée de la luxure par les salamandres qui symboliseraient alors la foi toujours rédemptrice ... Suis je expiatoire alors, ou inspiratrice de la chasteté.

 

Qui suis je vraiment ?

Posté par maison43 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2010

Prades

Énorme coulée de lave sur 90 m de hauteur, la roche Servière est connueaff_prades__2_

plus simplement sous le nom de rocher de Prades.

Le temps d'un week end d'Octobre, ce rocher est devenu rocher d'écriture et a abrité un festival du livre pour la 2ième année consécutive.

28 écrivains exposaient :

Entre autres :

Une BD sur la Bête du Gévaudan par Jean Claude Bourret, où l'on nous signale que le mystère du monstre est enfin dévoilé ! heu, peut on encore apprendre des faits inédits sur le sujet ?

c'est là que réside le mystère !

Frédéric Lacombat, paléontologue fort en vogue cet été en Haute Loire, on a jamais autant parlé des volcans et des mammouths laineux ou pas, et c'est tant mieux, car on aime bien.

Des écrivains du terroir comme Edmond Bordes 'Le faucheur de Cézallier'; Albert Ducloz ' Les larmes de Chanteuges'; Alfred Lenglet'Les vignes de l'aïeul'.

Des écrivains de tout genre pêle-mêle, 'historique, policier, ésotérique, science fiction,poétique' :

Dario Alcide, Christian Plantin, Bernard Astruc, Renaud Benoist, Chantal Dupuy-Dunier, Gadi Messaoud, Muriel Elherma, Bernard Lyonnet, Nathalie Piccand, Denis Langlois, Bernard Rieu, Liliane Godat, Benoît Legendre, Irina Dopont, Monique Lucchini.

Et pour finir, un livre de la flore en Haute Loire de Maryse Tort qui est typiquement le genre de livre que je répugne à acheter, alors qu'il serait fort utile pour combler ma sidérale ignorance sur le sujet.

On a tous un genre de livre qu'on répugne à acheter, très bêtement, non ?

Posté par maison43 à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 août 2010

Poutès

On ne s'en lasse pas

poutes2

du barrage de Poutès, route de St Didier à Alleyras, un petit article glané sur la revue Massif Central ...

 

D'accord, c'est illisible. Je vous la fais brève !!!

Aucune décision en ce qui concerne un possible démantèlement.

en gros ils réfléchissent ...

Le barrage de Poutès représenterait un faible enjeu énergétique. Le seul enjeu serait l'impact financier sur les collectivités locales que représenterait le démantèlement. Et n'oublions pas naturellement les saumons qui pourraient ainsi remonter l'Allier, sans mourir bêtement sur l'obstacle que représente le foutu barrage et pondre ainsi leurs oeufs en toute quiétude.

Vous dites, mes petites chéries ? que peu vous chaut* le barrage de Poutès ?

je vous donnerai quand même la suite, non mais.

*du verbe chaloir "s'échauffer pour, avoir de l'intérêt'.

 

 

Posté par maison43 à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mai 2010

Noire de Bains

Balade de 16 km à la recherche des noires de Bains... les Néiras qui seraient au Vélay ce que le Panda est aux espèces à faible effectif et c'est quoi allez vous me dire ce que représente le Panda ? et bien ni plus ni moins qu'un symbole de protection de l'espèce animale qui plus est mondial, c'est dire l'importance symbolique du Panda et bien la Neira c'est la même chose, en plus petit, c'est le symbole du Vélay, symbole de la Biodiversité animale pour les amateurs de néiras. ET ouaiiis !

Et mes vaches à moi, celles de mon enfance, aux longs yeux en amande, si fines aux longues cornes et bien elles ont disparu ... espèce abandonnée car ni laitière ni bouchère !!! elles étaient seulement belles, et ce n'est ni suffisant ni nécessaire pour une vache. 

P1040367

 

Avons trouvé une blonde du Vélay, fort avenante

 

 

 

et une brebis commune et blanche esseulée, symbole elle du désespoir, qui avait perdu son troupeau, si désespérée qu'elle m'aurait prise comme mère d'adoption si j'avais voulu, mais de noire, n'en avons point trouvée.

2 orages nous nous sommes offerts, et avons saucissonné sous un petit abri de grange à Fay.

Balade qui part de Bains, prendre la route en direction de la garde du Moutet en chemin une ancienne carrière devenue champ de tir

P1040352

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

On fait ensuite le tour du Pey vey, puis Fay ....., on revient par Cordes (suivre la balade n°4 du guide référence p430)

Balade facile à faire, avec enfants qui ne rechignent pas à marcher, que des chemins, à traverser 2 ou 3 routes. Ceux qui aiment les fleurs seront servis aussi .. et l'on voit des roselières aussi. Des noms de villages rigolos Boeufs, Farigoules fort joliment restaurés ' mais où sont donc nos villages d'antan où l'on sentait fumier et bouses de vaches ?'

Et qui sait les plus chanceux en verront peut être des noires ...

Je sens votre curiosité avivée (sic), alors un site où vous en verrez, c'est sûr :

http://brebis-noire-gaec-combe-azou.org/  

Posté par maison43 à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


03 mai 2010

La Pinatelle du Zouave

Rappelons d'abord que le mot zouave vient de l'arabo-berbère Zwâwa, du nom d'une tribu kabyle installée au début du XIXe siècle dans l'est algérien ; que de cette tribu, les Turcs, par l'intermédiaire d'un représentant à Alger, ont commencé à recruter des soldats pour leur armée vers 1820, leur donnant le nom de Zwawés.

Faites bien de le rappeler cher monsieur Littré, cela m'avait échappée un peu. Pour ma part bêtement, je ne connaissai que le zouave du Pont de l'Alma ... Bon on en connaît tous un peu... des zouaves, chaque famille en a au minimum un. Les vellaves, eux aussi en ont un de zouave rien qu'à eux, sur la D590 , la route qui relie le Puy à Loudes. Un zouave vellave revenu dans son cher pays revint construire une maison dans un lieu dit que l'on nomma alors 'Le Zouave'.

Passons maintenant aux pins qui groupés en un lieu forment une pinatelle, juste à côté du hameau du Zouave, et hop la pinatelle du zouave.

Cette pinatelle là est remarquable par la forme de ses pins, exploités depuis 1800 (et sans doute bien avant) jusqu'à 1930, pins dont la taille spécifique explique leurs déformations très ... arthrosiques, on rabattait les branches de ces pins au plus près du sol afin de faciliter la coupe de petits bois alimentant les fours à pains des villages environnants. On les nomme pins de boulange.P1040239

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

C'est une balade sympa à faire avec ou sans enfants, mais si enfants y a ,enfants s'y plairont à jouer dans les cabanes à faire et à défaire à leur gré, 2 petits sentiers à suivre de façon ludique avec des explications un peu trop rares toutefois.

P1040256

 

 

L'été, des balades sont organisées pour vos chérubins ... Pour cette année, c'est râpé, mais pour l'an prochain peut être ...

Renseignements et réservations à l'Office du Tourisme : 04 71 09 38 41.

et hop une petite dernière, une petite aire en forme de pelle à pain, et hop la dite pelle à pain 

P1040261

P1040243

 

 

 

 

Posté par maison43 à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2010

Douchanez au dessus de Monistrol

Une petite balade à faire avec les enfants, les chiens, jambes nues et tennis si cela vous chante, pas de ronces ni d'effort à fournir. Vous vous garez au niveau de la ferme ou un peu plus haut sur le chemin. Vous avez le plaisir, si si c'est un plaisir ! de voir au loin Rochegude, St Privat et St Didier .. vous apercevez un rocher P1040278

qui culmine à 948 m, suivez le des yeux en continuant le chemin qui s'en approche le plus ! oui c'est ludique et imprécis. Sachez que ce chemin monte sous les pins et les chênes. Au sommet une petite chapelle de St Etienne avec une vue assez restreinte sur les gorges, et bien sur le fameux rocher sans nom, (Nel, ce n'est pas le roc de la Beauche, quoique, peut être que si !), où une petite croix domine la vallée, que l'on voit de St Didier. Là, la photo est prise de Miramande à St Jean Lachalm. Laissez vos chers petits redescendre en grappillant des groseilles ...

 

 

 

 

une vue sur le barrage de Poutès, sur l'Allier,  juste avant de poursuivre vers la chapelle qui vous indique que vous êtes sur le bon sentier ! à moins que ce ne soit la vue de la chapelle et du rocher, je ne sais plus vraiment !

P1040333

 

Pour ceux qui trouvent que la balade est un peu courte et à condition de ne pas avoir de petits gnomes de - de 6 ans avec vous, prenez le chemin sur la droite assez pentu en redescendant du sentier de la chapelle, qui vous emmènera le long des gorges de l'Allier à une hauteur encore raisonnable, le point le plus bas étant à 600 m environ, et sans vous en apercevoir, vous passerez sur le roc de la Beauche, éperon rocheux le plus haut des gorges à 794 m. N'espérez pas de vue saisissante sur les gorges, il n'y en a pas ! Les gorges sont de vraies sauvages, qu'il est difficile de voir, réservées aux sportifs, genre rafting, canyoning et autres ing ... tout plaisir se mérite a t'on coutume de dire ... à songer à blablater là dessus un jour ...

 

P1040346

vous aurez par contre de brèves vues sur St Didier D'allier,

puis sur Rochegude et Monistrol... ce chemin de 6km environ vous emmène à Fontannes. Il ne vous reste plus qu'à remonter les 2 km qui vous séparent de Douchanez par la route ou de passer par un petit chemin, plus court, qui passe à côté de l'antenne que l'on a pas trouvé car on n'avait bêtement oublié la carte !!. Il y a un peu moins de 400m de dénivelé, fort pratiquable, de la chapelle à Fontannes. Si vous aimez les chèvres une petite halte à la ferme ... où une exposition se tient actuellement. Brigitte Dépalle vous reçoit fort agréablement. J'ai fait l'acquisition d'un sac en noire du Vélay, Brigitte D ayant plusieurs talents, non, cela ne bêle pas .... quoique, à l'heure du berger !

Du 6 Juillet au 22 Août : Exposition « Deux Mains » Brigitte Dépalle et Nick Cullingworth à Douchanez

Un peu tourmenté, ce Nick, dérangeant avec ces mains obsédantes.

je remets le lien du site pour celles qui souhaiteraient suivre un stage de dentelle à l'aiguille je précise, un stage d'aquarelle. Cela peut se faire à la journée.

http://www.domainededouxchene.comwww.domainededouxchene.com

 

Posté par maison43 à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 avril 2010

Devès ou Margeride

C'est du pareil au même ou presque, bon pas pour les puristes, les rigoureux dont je ne suis pas. De toutes façons, c'est encore une autre réponse ' Gorges du haut Allier'. Des contestations ? allez y, j'adore ça et ma mauvaise foi ne m'étouffe jamais, sachez le.

Le cours de l'Allier a été plusieurs fois envahi par des coulées de lave provenant des volcans du Vélay et plus particulièrement dans notre région du Haut Allier, des volcans de la chaîne volcanique du Devès. Ils prennent le nom de gardes. On compte plus de 150 cônes ou gardes sur le plateau du Devès. L'Allier a entaillé la carapace volcanique et constitué des falaises comme celle de Thor à Saint-Haon, ou bien encore les falaises de la Miramande à St Jean Lachalm. Elles sont constituées de prismes réguliers dits orgues volcaniques et ont été souvent exploitées en carrières par l'homme. Le site de St Didier correspond en partie à cette accumulation de lave venue du plateau.st_didier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'un côté à l'est de l'Allier, le Devès donc avec ses gardes et son plateau de près de 700km2 qui constitue le plus grand plateau volcanique de France entre l'Allier et la Loire et dont l'altitude moyenne est de 1000 m, de l'autre côté à l'ouest de l'Allier, la Margeride où dominent les roches granitiques. Le territoire de la communauté de communes du pays de Cayres-Pradelles couvre la moitié du plateau du Devès. St Didier se trouve sur ce territoire. St Privat, à 5 km, se trouve sur la communauté d'agglomération du Puy en Velay. mono

 Voici la première page du livre de l'abbé Jammes qui décrit l'arrivée sur Saint Privat d'Allier, sans doute, par le chemin de St Jacques si prisé aujourd'hui, la route n'existant pas encore. Du Chier, vous voyez St Didier. Jammes qualifie les gorges de belles horreurs, tant il est vrai que ces magnifiques paysages qui reposent les citadins fatigués que nous sommes devaient être pour leurs habitants, sauvages, difficilement explorables et praticables. La route qui part de Saint Privat en passant par St Didier et qui aboutit à Alleyras vous offre quelques belles vues sur les gorges. Des rochers de la Miramande, à St Jean Lachalm c'est encore mieux. Vous avez un beau panorama. Et pour les plus sportifs, une petite via ferrata .. on en reparlera de cette via.

 

Posté par maison43 à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2010

Arvernes et Vellaves

Un peu escagassée par notre charmant architecte dont l'origine auvergnate pure, historiquement parlant bien sur, constituait à ses yeux une franche supériorité sur le vellave (Vélay) qu'il était devenu par la nécessité de sa profession, je me suis intéressée à l'histoire de l'Auvergne en agrémentant cette lecture de petits carrés de chocolat, à défaut d'avoir les nougats de Noël de notre native du Teil qui, dans ce cas précis, me sembleraient bien appropriés.* A chaque fois que vous lisez Arverne, ingurgitez un carré de chocolat, et vous trouverez dans ce texte un intérêt historico-gourmand qui agrémentera cette chiante lecture.

Venus d'Europe centrale, les Celtes ou gaulois étaient divisés en peuplades, dont l'une était les Arvernes. De cette époque -500 avant JC environ, datent les limites de l'Auvergne historique. Posidonios (-133à-49 avant JC), grec que nous connaissons tous parfaitement, écrivit "Les Arvernes étendirent leur domination jusqu'à Narbonne et aux frontières de Marseille. Ils dominaient les peuples jusqu'aux Pyrénées, à l'océan et au Rhin". Vous comprenez mieux la légitime fierté de notre architecte d'appartenir à ce noble peuple. Les Vellaves étaient les vassaux des Arvernes. La conquête romaine mit fin à cette suprématie des Arvernes en -121 avec la défaite du roi arverne Bituit, toujours bien connu de nous tous, que l'on situe dans la vallée du Rhône aux environs de Bollène. Ajoutez à cela le nom d'un célèbre arverne Vercingétorix (-72 à -46)** et vous comprendrez qu'il y a de quoi s'enorgueillir d'être un auvergnat de pure souche. Quant à l'Auvergne historique elle correspondait au Puy de Dôme, au Cantal et au Brivadois ( bassin fluvial de l'Allier et le secteur de la Chaise- Dieu)..

* comment ça c'est qu'à Noël les nougats ?

** pour ceux que cela intéresse, suivez la bataille de Gergovie ok, il faut aimer !! http://www.gergovie.fr/htmfr/gergovie.html

1 minute pour lire ce message, si vous avez suivi mes conseils, cela vous fait 7 carrés de chocolat. Et 7 carrés de chocolat à la minute me parait être un bon score !

Voici la carte de l'Auvergne d'aujourd'hui

 

carte_auvergne

Posté par maison43 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 mars 2010

Le pont du diable

En carnaval, des jeunes gens et des jeunes filles masqués dansent vers ce lieu. Ils savent qu'ils sont tel nombre. Sans savoir comment il est venu, un nouveau personnage se trouve tout à coup au milieu du groupe. Personne ne peut le connaître. Voilà que ses yeux lancent des éclairs, de sa bouche sortent des flammes. - Débandade : car on dansait avec le diable.

Légende extraite de la Monographie de la Paroisse de St Privat d'Allier écrite par l'Abbé Adolphe Jammes.

Pour info, le pont du diable se trouve sur votre droite à la sortie de St Privat en direction du Puy, quand vous prenez la petite route qui va au Villard et au Chier. Il y a là le premier moulin de St Privat d'Allier.

Posté par maison43 à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :