31 mars 2016

L'église St Gervais et St Protais du Montet en Allier

Le Montet

On ne peut la rater cette tour-clocher, sur sa petite colline elle point de son église-forteresse, haute et mystérieuse masse de pierre, furtivement entrevue lors de nos nombreux passages sur la N79, entre Moulins et Montmarault pour nous rendre en Haute Loire. Cette fois-ci, nous nous sommes arrêtés; l'église est située sur un monticule, en haut du village nommé le Montet. Petit camp gaulois, puis romain, le Montet fut évangélisé au début du 4è siècle. Site de défense durant la guerre de 100 ans, une église priorale fort belle comptait une cinquantaine de moines. Elle fut incendiée en 1568 avec le village par les protestants. Restaurée au 17 et 18è siècle, elle fut amputée de sa partie Est au 19è siècle et y gagna son clocher, oeuvre de l'architecte Jean-Baptiste Antoine Lassus (1807-1857). En 1859, on ouvrit un petit hôpital en souvenir de la comtesse Céleste de Bourbon morte accidentellement lors d'une chute dans un puits de mine de charbon.

 Pour aller plus loin, si vous le désirez : Site internet qui traite du Montet (Jean Pligot) :

  http://pligot.fr/index.php/mes-villages/le-montet-tronget

 

Et un autre site qui traite de l'église : Lieux Sacrés :

http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/2007/04/07/4552727.html

Posté par maison43 à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 mars 2016

Humeur du jour

Seconde journée mondiale consacrée aux troubles bipolaires alias psychose maniaco-dépressive, terme qui fait un peu plus peur le 30 Mars. Cela concerne 1,3 millions de français. Cela peut donner de réels génies, en tous cas des êtres qui souffrent assurément, et leur entourage itou.

Posté par maison43 à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2016

Pierre Guillaume - créateur parfumeur

Ilang Ivohibe

Un créateur de parfums, pas moins cher que les noms prestigieux connus, mais semble t'il plus inventif, plus osé dans ses créations et indépendant. Il est né à Clermont Ferrand, une référence donc !!

Une boutique dans cette ville au pied de la cathédrale, rue St Genès vend ses parfums.

Y passer un jour, tiens avec les Dames de Bois ou Vierges en majesté, toujours à voir dans le Trésor de la dite cathédrale..

http://www.haramens.com/parfumerie-clermont-ferrand.html

Ilang Ivohibe : Ylang-Ylang, vanille, iris, lavande et patchouli.

Posté par maison43 à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2016

Les vaches de Marcellou

Guiard vers 1906

C'était il y a longtemps, au milieu du siècle dernier, robe auburn, yeux en amande rehaussés de khôl, têtes fines, les vaches de retour à l'étable nous attiraient quand, au soir, Marcellou les ramenait à l'étable. Etaient elles des Mézines ou des Gévaudannes ? je n'en sais rien, en tous cas cette race bonne laitière disparut au cours des années 60 au profit de croisements entre aubracs et salers.

Disparus aussi les rires de Marguerite, de Rose et de Violette

Fleurs

Non ce n'étaient pas des vaches, bien qu'à la réflexion, il y en eut des nommées Marguerite, ou Rosette et peut être même Violette, c'est la première fois d'ailleurs que j'évoque un tel rapprochement entre ces prénoms qui furent ceux de ma mère et de ses soeurs. Leur mère Geneviève, grande Dame issue pourtant d'une très modeste famille de St Privat d'Allier ne songea, n'en doutons point qu'aux fleurs. Mais ce parallèle un peu osé, convenons en m'amuse beaucoup.

Aïe, j'ai l'âge d'évoquer ces années-bonheur avec une tendre nostalgie, Dames ne sont plus, et tant d'autres avec elles, mais le bonheur est resté, et moi encore. 

 

Posté par maison43 à 15:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2016

Le château de Causans en Haute Loire à Coubon

Château de Causans

On ne peut que le remarquer ce petit château au style gothique troubadour, détonnant dans ce pays de châteaux forts plus ou moins ruinés

Château de Causans 2

il fut aménagé au 19è siècle et était à l'origine un manoir dont l'usage était de surveiller le gué. Il appartenait à la famille Le Maistre. 

Bac Coubon

sources : Coubon autrefois - Fernand Monatte

Posté par maison43 à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mars 2016

Suzanne Valadon 1865-1938

Suzanne Valadon

Et bien justement suite au personnage du livre de Kristin Marja Baldursdottir, en voilà une autre femme assez remarquable aussi, une peintre dans un genre moins conformiste cependant que la Karitas du livre, nettement plus délurée mais ivre de son art et fort talentueuseLa boîte à violon Valadon

 

Suzanne, ainsi prénommée par Toulouse-Lautrec (qui savait de quoi il parlait sans doute) car fort désirée par les messieurs, se nommait Marie-Clémentine Valade, puis elle prit le prénom de Maria en tant que modèle et enfin elle émergea dans la Peinture en tant que Suzanne Valadon.Valadon 5

Modèle pour Puvis de Chavanne, Renoir, Toulouse-Lautrec, elle fut aussi forcément aussi parfois leur maîtresse, il lui fallait bien vivre, à cette belle jeune femme qui tentée par le cirque dut interrompre prématurément une carrière suite à un accident. Mais intuitive, douée, elle apprit d'eux ce que d'autres apprennent dans les académies ou dans les ateliers.Valadon 7

 Elle eut aussi une aventure houleuse de 5 mois avec Erik SatieValadon 3

 fut  Mère célibataire d'un enfant qui fut reconnu par son présumé père : Maurice Utrillo

Valadon 9fut le peintre très productif de Montmartre. On s'y intéressera un autre jour à ce tourmenté qui choisit d'ailleurs une peinture plutôt apaisante .. Elle se maria 2 fois Suzanne avec un banquier qui lui apporta le confort, puis avec André Utter peintre lui aussi rencontré en 1909.Suzanne Valadon Utter

Le musée de Montmartre présente jusqu'au 16 Mars leurs oeuvres à ces trois là.

Suzanne Valadon Portrait de famille

Posté par maison43 à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mars 2016

Kristin Marja Baldursdottir - Karitas livre 1 et livre 2

Baldursdottir 1Baldursdottir 2Il y a bien longtemps que je n'ai pas accroché à un livre. En voici, un rédigé par une islandaise née en 1949 et paru en 2 tomes, le premier intitulé L'esquisse d'un rêve, le second L'art de la vie.

Roman qui traite d'une émancipation féminine en Islande, ce qui en 1915 (date du début du récit) reste encore une exception, et pas n'importe laquelle, il s'agit d'une femme  Karitas née en 1900 qui se vouera à l'art du dessin et de la peinture. Née du peuple, elle aura grâce à l'opinatreté d'une mère veuve chargée de 6 enfants une destinée peu commune. Cours Karitas et ne laisse personne t'arrêter. extrait. Mère de 3 enfants, elle en sera plus ou moins dépossédée au cours de l'histoire et ira à Paris en 1949 où elle verra les oeuvres contemporaines qui l'influenceront comme Poliakoff, De Staël, Vieira da Silva, Vasarely, et d'autres encore. Elle ira à Rome et à New York et atteindra une renommée internationale. La force de ce roman réside dans sa narration où chaque épisode important de sa vie se synthétise en une oeuvre d'art écrite rien que pour nos yeux libres d'imaginer cette peinture ou ce dessin. Côté romanesque, nous en avons aussi pour notre compte, un amour d'une vie, son mari, le père de ses enfants, marin qui lui préférera la mer bien souvent, ce qui tombe plutôt bien puisqu'elle même privilégiera toujours son art. Alors leurs rencontres fort peu fréquentes sont aussi un fil conducteur du roman, lui veille financièrement sur cette famille dispersée, elle, les suit de loin à travers ses tableaux où elle raconte la vie de ces femmes qui l'entourent, de ces hommes qui s'éloignent. Une de leurs petites filles continuera sur la voie de l'émancipation et briguera un poste de politicienne. Elle aura le bonheur de fermer les yeux de son mari revenu mourir à ses côtés en 1985, elle lui survivra 15 années en peignant toujours et puis à l'aube de ses 100 ans, elle, issue de la mer (sa mère la mit au monde en bordure de mer alors qu'elle ramassait des algues rouges) y retournera à cette mer lisse comme un miroir avec le soleil en face comme si elle pensait nager vers le large. extrait  

Livre de senteurs aussi ce film, fumet des poissons, arôme sucré des petits gâteaux, odeur de la peinture; livre qui laisse l'esprit vagabonder, s'envoler vers un ailleurs. Livre réjouissant qui célèbre la Femme plutôt que la Mère. 

Posté par maison43 à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2016

Achille Proy 1864-1944 Architecte

Achille Proy 5

Cet architecte de la ville du Puy en Vélay est né en 1864 à Walincourt d'un père tourneur sur bois et d'une mère épicière. Vers 16 ans il entre à l'école des Arts Industriels de Roubaix. On le retrouve vers 1889 à l'école des Beaux Arts de Paris section Architecture. Diplômé en 1894, il arrive au Puy en Vélay en 1895 où il restera à la fonction d'architecte de la ville jusqu'en 1934.Achille ProyIl se marie en 1896 avec la fille d'un juge, il aura deux filles. A la mort de son épouse en 1906, il se remariera. Il meurt au Puy en 1944. Il participera à la construction de la Halle Bibliothèque qui sera inaugurée en 1897, il construira plusieurs établissements scolaires dont l'école Jeanne d'Arc, en 1921, l'hôpital Emile Roux.hôpital Emile Roux Achille Proy Il se liera à la bourgeoisie locale et construira aussi pour les privés, entre autres la Vervaine du Vélay ou l'hôtel Régina

Achille Proy 6

Achille Proy 7

la Distillerie Bonnet à Chadrac (détruite en 1978), le buffet de la gare (détruit). Ses immeubles seront de facture classique comme ceux de la rue Panessac, celui de la place du BreuilAchille Proy 2

et de la rue des MourguesAchille Proy 4, Ses villas nombreuses seront plus pittoresques dont une à Vals qui est en restauration.Achille Proy 1

une autre, rue des Capucins  qui se la joue château (la Bourzade) au style néo gothique et qui mérite le détour. En fait, c'est elle qui a attiré mon attention.

Achille Proy 9

Achille Proy 8

Posté par maison43 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mars 2016

Ile de Pâques

Dessin de Duché de Vancy 1786

Découverte un dimanche de Pâques en Avril 1722 par l'amiral hollandais Jacob Roggeveen et sa flotte de 3 navires; il lui donne le nom de Paasch Eylandt, soit Île de Pâques. Il reprendra son périple au bout de 5 jours et laissera cette île dans son précieux isolement pour 50 années supplémentaires, curieuse île où il lui a semblé voir de mystérieuses et gigantesques statues.ile de paques 3

En 1770, les espagnols prennent possession de l'île qu'ils baptisent Isla de San Carlos.

En 1774, les Anglais y débarquent pour 3 jours avec le capitaine Cook. Il laissera son nom à une baie.

En 1786, les Français s'y mettent aussi avec le Comte de La Pérouse et ses navires l'Astrolabe et la Boussole, ils y sèment des carottes, betteraves, maïs, citrons, cotonniers. Cette flotte disparaîtra en mer en 1788, on retrouvera trace du naufrage aux îles Santa Cruz.

Le 19è siècle sera terrible pour les Pascuans. Rapts d'esclaves, viols, massacres, épidémies. En 1866, christianisation de lîle par les missionnaires, puis destructions et pillages des statues. En 1888, le capitaine chilien Policarpo Toro annexe l'île. Le Chili loue l'île pour l'élevage des moutons. Sous contrôle de la Marine. En 1966, l'Ile de Pâques devient par décret un département du Chili.

Oeil reconstitué de Moia

Moia

Un jour, peut être j'irai les voir de près ces Moai.

Ou pas.

Merci à Liliane pour ses photos.

Posté par maison43 à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]