28 mai 2017

Parc du Château de Courances en Essonne

Courance 3

J'ai demandé à la nymphe

Courance

 au gardien des Nappes

Courance6

au poisson fontaine

Courance8

au drôle de dauphin porteur d'angelots

Courance2

et mêmes aux platanes, où tu étais.

Cherche et tu trouveras, fut la réponse.

Soleil semblable à celui que nous avions connu, lumière des étés d'antan, charme nostalgique d'une balade autour d'un lac.

Courance 10

Vingt ans plus tard, tu es toujours là à mes côtés, comme au temps de notre enfance, taquin et affectueux jumeau.

Courance7

Nous avons passé toi et moi, en compagnie de Christian, une douce journée. Le  temps n'existe plus, ni pour toi, ni pour notre soeur, ni pour Antoine notre petit fils. Vous êtes là gravés dans nos coeurs.

 

Posté par maison43 à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 mai 2017

Olga Khokhlova épouse Picasso au musée Picasso

D'épousesPicasso Olga 1918, Pablo Picasso en eut deux, Olga et Jacqueline. Il se marie pour longtemps, Picasso. 37 ans avec Olga, 12 ans avec Jacqueline, ce n'est pas un homme qui divorce; c'est un homme qui accumule les liaisons, passagères, durables, nombreuses. Un florilège de femmes belles, souvent talentueuses, artistes souvent, autour de ce minotaure

Picasso Le minotaure 1933

qui aime la chair fraîche, dans un ordre chronologique, il y aura : Germaine, Madeleine, Fernande, Eva, Gaby, Marie, Irène, Emilienne, Olga la première épouse

Picasso Portrait d'Olga 1921

qui lui donnera un Paul, Marie Thérèse qui lui donnera une Maya, Dora, Nusch, Françoise qui lui donne un Claude et une Paloma, Geneviève, et la dernière Jacqueline qui ferme la ronde et qu'il épousera à la mort d'Olga en 1955. Voilà pour les officielles. Le musée Picasso, ré-ouvert depuis 2014 propose des expositions thématiques.

Picasso P d'Olga au col de fourrure 1922-1923

 De Mars à début Septembre 2017, le thème choisi est donc Olga, connue en 1917, danseuse étoile des Ballets Russes, épousée en 1918, il cessera de l'aimer passionnément vers 1920

Picasso Olga pensive 1923

 il aimera alors, déjà un peu éloigné, la mère qu'elle est devenue en 1921

Picasso Fragment Mère et enfant 1921

Picasso Mère et enfant 1921

il prendra des libertés à nouveau et dans sa vie, et dans sa peinture, Olga est pour un temps un symbole de maternité, mère aimante, enfant le retenant encore un peu

Picasso Famille au bord de la mer 1922

et puis à l'arrivée des 17 ans d'une Marie Thérèse, Olga devient sur les toiles de Picasso, une bouche qui hurle et crie

Picasso 1929

 Noire et grise face au rose de Marie Thérèse

Picasso Baigneuses à la cabine

Il se partagera un temps entre les deux, et puis choisira Marie-Thérèse pour un temps aussi, Olga en deviendra un peu mordante

Picasso Le Baiser 1931

lui s'acharnant un peu sur elle

Picasso Minotaure et jument morte devant une grotte face à une jeune fille au voile 1936

 Il n'abandonne pas vraiment ses femmes, pourtant; leur procure gîtes et couverts, mais les fait pleurer beaucoup. Cela se lie comme une BD cette exposition, nul besoin de paroles, beauté des femmes aimées peintes en rose et aux formes pleines, laideur des femmes délaissées peintes en gris, aux formes émaciées. Exposition au musée Picasso. 

Posté par maison43 à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mai 2017

Vingt ans déjà

69682681_p

 

Posté par maison43 à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2017

Le Loir dans la théière

Rue des rosiers

le loir 2Rue des Rosiers, dans le Marais à Paris, petit restaurant d'ambiance fort sympathique, vle loirieilles affiches

 

 Peintures d'Alice au pays des tartes

 

 Desserts maison, pas de mille feuilles ce jour, à moi donc la tarte au citron à la gigantesque meringue.

le loir 3

 Personnel très agréable.   

Posté par maison43 à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2017

Graffiti Marais

Marais

Posté par maison43 à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2017

INTI Paris 13è

Boulevard Vincent Auriol, iNTI artiste chilien né en 1980.

Paris 13è 2

 

Posté par maison43 à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2017

Camille Pissarro 1830-1903

Pissarro Bords de la Marne à Chennevières 1864-1865

De son enfance passée dans les Antilles, il reste peu de traces dans les peintures de Pissarro. Certes il suit cinq ans d'études à Paris, pensionnaire de 12 à 17 ans, où il apprend le dessin, d'où quelques cocotiers, certes il se rend au Louvre le jeudi et le dimanche, mais son retour à St Thomas où il restera jusqu'à l'âge de 22 ans, ne le marquera pas suffisamment pour en être plus tard inspiré à la manière d'un Gauguin. Il faut dire que le destin de commerçant même riche que lui propose son père ne lui laisse le temps que de croquer sur le vif des petites scénettes de la vie portuaire, jusqu'à ce qu'un jour, il s'enfuit avec un paysagiste danois pour Caracas où il restera de 1852 à 1854. Son dessin s'améliorera, jusqu'à 200 oeuvres sur papier, dont seul un petit nombre est parvenu. Il s'initiera modestement à la peinture, et sa prédilection pour les scènes de marché, les paysages, les villages au loin préfigurent la future production de Pissarro.Pissarro Dulwich College Londres 1871

En fait, Pissarro est un rebelle qui choisit toujours de se démarquer, de tout; d'abord de son milieu petit bourgeois, où l'avenir est décidé par son père, puis du mouvement pictural en cours, des techniques de peinture à suivre, et enfin des convenances à respecter. L'exotisme si à la mode alors, il l'a vécu lui, il ne le peindra que rarement après sa période vénézuélaine. ll quitte les Antilles en 1855, il n'y reviendra plus jamais. Il choisit de vivre en 1859 à l'instar de beaucoup de peintres d'ailleurs avec une femme en dehors de sa classe sociale une aide cuisinière Julie VellayMadame Pissarro

Il ne l'épousera qu'en'1871, car il est pratique Camille, il dépend financièrement de sa mère jusqu'à l'âge de 40 ans, mère qui bien sûr désapprouve sa belle fille. Il n'épousera Julie que lorsque les Durand-Ruel marchands d'art pourront le faire vivre. Ils auront 8 enfants ( une fille 1870 morte quelques semaines après sa naissance, une autre Jeanne-Rachel dite Minette 1865 qui mourra en en 1874,et une autre Jeanne dite Cocotte 1881-1948)Pissarro Jeanne lisant 1899

 et 5 garçons qui seront peintres.  Pissarro les peindra tous, à des âges différents. Pissarro sera leur maître. Julie apporte un temps sa contribution au ménage en se louant dans les fermes, puis se consacre à ses enfants et se montre une fervente groupie de son mari, mais assez indépendante au fond, courageuse et pas enquiquinante. Camille enseignera donc l'art de la peinture à ses 5 fils qui choisiront chacun un pseudonyme pour ne pas nuire à leur père de son vivant.Pissarro L'Hiver 1972

Pissarro Pontoise

 Camille est né d'un père juif d'origine portugaise né à Bordeaux, installé dans les Antilles sur l'île de St Thomas, une possession danoise dont il gardera la nationalité toute sa vie. Mais il choisira de s'installer en France, Il préfèrera par goût ou par necessité de vivre à la campagne où il puise son inspiration : travaux des champs, saisons, marchés constitueront le courant de son oeuvre, mais il ne détestera pas, plus âgé, effectuer des séjours à Paris, Rouen, Dieppe.Pissarro Place du Théatre Français effet de pluie 1898

Pissarro Soleil Couchant à Eragny 1894

 De 1870 à 1871, il s'installera à Londres avec sa famille. Il fréquentera à des degrés différents Monet, Cézanne, Zola, Gauguin, Degas, Guillaumin, Signac, Seurat, Van Gogh, Luce, Mary Cassatt, Mirbeau, Toulouse-Lautrec, Mallarmé. Une tendance extrême au paradoxe cet homme là qui reste assez inclassable, père tranquille mais anarchiste, paysagiste mais aussi peintre des villes, ayant eu une vie assez laborieuse, difficile parfois sans grande richesse mais apaisé toujours.

Pissarro La récolte des pois Gouache 1887

Pissarro La causette 1892

portraitiste à ses heures surtout de ses familiers, mais aussi peintre d'Histoire qui éternise les travaux agricoles, les marchés, le trafic urbain de son époque. Il est souvent radieux, Pissarro dans ses couleurs, excellent aussi dans son expression du mouvement. Ce tableau là, tronqué par moi, mérite vraiment d'être vu, si lumineusement acidulé, si propice à la contemplation.Camille Pissarro

Jolie rencontre que cette exposition de Pissarro, dont j'ai particulièrement aimé la paix imprégnée de beauté et de poésie qui se dégage de ses peintures.

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2017

USINES IN/USINES OUT : CONVERS(at)IONS ? Hôtel-Dieu Le Puy en Vélay

Une exposition intéressante sur l'essor industriel du Puy surtout au 19è avec ses usines dont l'architecture a modifié la ville du Puy jusqu'à nos jours où certains bâtiments ont eté reconvertis, transformés assurant un relais entre le passé et le présent. Des photographies du ponot Henri Vuillet site internet : http://www.henrivuillet.com/bio/ se superposent à des images anciennes du fond Paul Martial conservées au musée d'art moderne et contemporain de St Etienne, voir site :  https://viva-arts.univ-st-etienne.fr/paulmartial/mediawiki/index.php/Le_fonds_des_%C3%89ditions_Paul-Martial.

Tanneries dés le 16è siècle pour fabrications de vêtements ou d'outres à vins qui les transportent à dos de mulets vers le sud, les tanneurs s'installent dans le quartier St Barthélémy dans leurs ateliers-maisons, cette industrie s'arrête à la fin du 19è due à l'apparition des usines : en 1946 implantation de la tannerie Auguste Canard sur le cours de la Borne qui aura jusqu'à 1300 ouvriers qui seront logés pour la plupart. Au 19è, production d'alcools avec les malteries du Pont neuf, les distilleries Bonnet-Pagès et VeyIndustrie Pagès

à noter d'ailleurs des objets religieux drôlement détournés pour vanter des alcools, des usines de confection

Pub

Pub Notre DamePub Maurin

coiffes et chapeaux s'installent et bien sur des usines de dentelles qui déclineront vers 1950. Les industries s'installent au pied de la gare et s'étendent dans la banlieue, sur Chadrac, Espaly, Blavosy. On comptera alors des menuiseries, scieries, fonderies, usine à gaz, des abattoirs, des usines de stockage de lentilles, des tuileries, des moulins dont celui de Sabarot et celui de Celle.

Industrie lentilles 

Bien sûr, certaines industries ont déserté les lieux, d'autres ont trouvé une seconde jeunesse telles l'usine de Fontanille alors spécialisée en confection et dentelles qui confiée à l'architecte Laurent Thomassin a été réhabilitée en habitats. Une vidéo et un diaporama de photos anciennes et actuelles complètent l'exposition. Usines Fontanille

  A noter pour cet été une exposition sur Picasso.

 

Posté par maison43 à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]