27 novembre 2014

Michel Levy sculpteur photographe et peintre

Michel Lévy Vanité

Sculpteur né en 1949 habite en Seine et Marne et expose jusqu'au 20 Décembre à Melun, photos et sculptures.

Michel Levy est un passeur qui fait de chaque oeuvre un message, une jolie manière d'aborder la folie de notre monde, que ce soit un sujet trivial comme l'élevage des poulets en batterie qui n'honore pas vraiment notre Humaniténain

ou notre peur de la mort qui nous la fait oublier dans des plaisirs de plus en plus vains et dénués de sens. Il a constitué un cabinet de curiosités, et mis en scène certaines pièces qu'il a photographiées.

Après Villon, après Rodin, voici Celle qui fut la belle HeaulmièreCelle qui fut la belle Heaulmière

Pour Michel Levy, les jardins sont un retour à la spiritualité qui est de plus en plus absente de notre société.

Hiver de la vieHiver

Si vous désirez voir ses peintures, d'autres sculptures, consulter le site internet :   http://www.michel-levy.fr/ 

A voir à Melun jusqu'au 20 DécembreExpo Melun

 

Posté par maison43 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 septembre 2014

Oscar Muñoz

Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2014

Julia Margaret Cameron 1815-1879

Julia Jackson - J-Cameron

Une sacrée vie, une sacrée bonne femme cette Cameron, bien sûr, elle naît chanceuse, d'un père anglais haut fonctionnaire, d'une mère aristocrate française dans une famille aisée, éclairée où les filles reçoivent une éducation digne de ce nom. Elle épouse un anglais juriste qui travaille à Calcutta et qui achète des plantations de café. Ils auront 6 enfants,  retourneront en Angleterre, l'époux de Julia lui laisse une rare autonomie pour l'époque, elle gère le patrimoine familial. Elle animera un cercle mondain et intellectuel. En 1863 suite à une dépression, sa fille lui offre appareil de photographie et matériel pour chambre noire. Elle a 48 ans et va connaître une seconde naissance, une vie de photographe à la mode qui gagnera ainsi sa vie. Étonnant destin même dans un milieu culturel privilégié.Elle fera des portraits officiels de célébrités comme Charles DarwinCharles Darwinou le poète Robert Browning.Robert Browning

Mais elle se distinguera par ses mises en image où elle raconte des histoires. Elle aime la beauté, les effets de flou, et fait des photos qui évoquent l'art des Préraphaélites. Ses photos longuement préparées font d'elle une réalisatrice, avant l'heure, de films de chevaliers et de contes. 

cam1

 Ce sont des petites scènes de théâtre qu'elle met en scène longuement choisissant elle même décors, coiffures, costumes, entretenant une complicité avec ses modèles-comédiens, elle puise ses sujets dans les légendes, les mythes antiques, la Bible. Ses proches et sa famille lui servent de modèles. Julia Jackson en haut à gauche est l'une de ses nièces et sera la mère de Vanessa Bell (peintre) et de Virginia Woolf. Elle fera de la photographie

cam

un art, on est en 1863 ne l'oublions pas, les femmes photographes ne courent pas les rues, elle reste et ce n'est pas un hasard fort actuelle et l'une des pionnières dans cette spécialité nouvelle que les hommes se sont aussi octroyés.  

Posté par maison43 à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2014

Raymond Depardon

Depardon 5

Drôle de nom, le titre de cette exposition 'un moment si doux', certes la visite est agréable, les photographies sont neutres, distanciées des évènements dramatiques comme la guerre civile du Liban en 1978, comme les revendications qui agitent les Mapuches lors de la réforme agraire au Chili en 1971, date du premier anniversaire de l'élection du président Allende, certes douces aussi les couleurs qui exultent en Afrique

Faya-Largeau

en Amérique du Sud,

Tarabuco

en France, de mêmeHarar et Paris

la noirceur de Glasgow s'efface doucement et devient secondaire avec les enfants qui jouent comme tous les enfants du monde, les êtres photographiés semblent être en attente, ni joie ni angoisse exprimée, juste la douceur d'un moment pausé.

Depardon 1

Oui, c'est en cette douceur d'un instant donné que réside la signification de ce moment si doux, il n'y a plus de passé, ni de devenir, juste l'instant présent de douceur échangé entre le photographe et le photographié, juste un moment de paix ressenti dans un lieu précis, capté à ce moment là par Raymond Depardon, moment si doux qu'il en conserve, lui aussi, le souvenir intact en visionnant ses photos.  

Alors, regarder autrement ces photos assez banales, saisir la douceur de l'instant dans ces destinées qui se sont terminées peut être dans l'horreur d'une explosion, d'une insurrection, ou tout simplement dans la banale continuité d'une vie sans surprise misérable ou luxueuse. S'approprier aussi pour les regardeurs que nous sommes cette douceur retransmise et se souvenir toujours de ce moment si doux partagé. Et se souvenir aussi que des doux moments donnés ou reçus.

Depardon 3

 

Chili 1971 premier anniversaire de l'élection du président Salvador Allende, à Parral le village natal de Pablo Neruda, 3 Mapuches , appareil Nikon 28mm 

depardon_2

Beyrouth 1978 en pleine guerre civile, du côté chrétien à Notre Dame-du-Liban, scène de mariage dans un pays en guerre à Harissa à 650 m d'altitude.

 

 

Posté par maison43 à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2013

Sebastiáo Salgado

salgado 2 colorado

Les photos de paysages classiques m'ennuient, les portraits me plaisent, les scènes de rues et de vie me passionnent et j'adore les prises de vues insolites, zoomées. A priori je n'aimais pas trop Sebastiáo Salgado, les photos étaient belles, mais les sujets trop réalistes sur les misères du monde me semblaient être d'un exhibitionnisme dérangeant profitant plus au photographe qu'aux êtres humains en détresse. Il semble cependant que ce témoignage d'une humanité en péril ait trouvé un écho, chez les dirigeants, et que Salgado soit ainsi devenu une sorte de porte-parole ... 

Avec l'exposition actuelle 'Genésis' à laPhoto Maison Européenne de la Photographie, ce baroudeur passionné nous présente une vision idyllique

Sebastiao Salgado 2009 Bresil les Zoé

 des peuples aux coutumes ancestrales qui vivent en harmonie avec la terre, une sorte d'Eden dont nous avons été chassés par notre mauvaise conduite envers la Terre. Les 245 photos exposées très sophistiquées sont des oeuvres d'art où les paysages semblent crayonnés au fusain, où les personnages sont mis en scène dans une nature grandiose qu'ils respectent toujours. Le but du photographe  Salgado est de nous faire aimer cette nature si somptueuse jusqu'à

Salgado3

susciter en nous les gestes bons pour la planète. 

Il y a pire comme propagande, non ?

Posté par maison43 à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2013

Les 1000 et une nuits

1001nuits

Shéhérazade, Ali Baba, Aladin et sa lampe merveilleuse, Sinbad le marin évoquent une petite partie des lectures de mon enfance, il était temps de les rencontrer. L'institut du monde arabe m'en a fourni l'occasion;  l'âge permet ce retour prodigieux aux sources de l'enfance qui nous ont construits tels que nous sommes devenus, et je ne rate jamais une occasion de relier le passé et le présent. Alors j'ai retrouvé mes yeux d'enfant pour regarder, écouter, rêver ... Des Mille et une Nuits Les mille et une nuits

originels, on ne sait rien, si ce n'est qu'ils étaient destinés aux rois; datent-ils d'avant Jésus Christ, rien n'est moins sûr, en 879, on trouve une première trace écrite des Nuits, auteurs inconnus, récits racontés, adaptés, remaniés, copiés, sont ils une traduction d'un ouvrage perse intitulé Mille Contes ou Mille récits extraordinaires, dont il ne reste rien, ou bien sont ils des écrits venus d'ailleurs pour une population ciblée, celle de sang royal, traduits par des savants, repris par des copistes, qui ont chacun re-travaillé le texte, apportant des personnages nouveaux, faisant des Mille et une Nuits un livre en perpétuelle évolution ?

Jacques Emile Blanche 1911

Shéhérazade est l'héroïne incontestable qui vient de l'origine, c'est évidemment celle qui m'a le plus marquée ! faut dire qu'une femme qui raconte des histoires pour ne pas mourir c'est pas banal, à cette époque, on leur demandait surtout de se taire, c'est plutôt réjouissant, caustique même ... nous sommes toutes des Shérérazades  qui racontons des histoires, souvent pour nous même d'ailleurs, n'a pas de Shâhriyâr qui veut, n'a pas de roi qui adore vous écouter qui veut ...Shahrâzâd ou Shéhérazade est la première auteure au final qui doit raconter au péril de sa vie, pas étonnant que les femmes se soient tues si longtemps, pas étonnant que les femmes soient contraintes à se taire encore si souvent ...

1000 et une Nuits

Shéhérazade est la première femme qui doit sa survie à son intelligence seule, à son érudition raffinée. Elle doit aussi cette promotion si je puis dire grâce à 2 autres femmes reines, adultères, tuées par leurs époux (qui étaient frères). Shâhriyâr, l'un des frères décide alors d'épouser chaque jour une vierge qu'il tuera après l'avoir déflorée; 3 ans plus tard, il n'y a plus de vierges vivantes, heureusement le vizir du roi a 2 filles dont l'une Shahrâzâd ou Shéhérazade a lu mille livres, elle propose à son père d'épouser le roi, elle apaise ses sens, tout en maintenant un suspens dans les contes qu'elle raconte, et ce durant mille et une nuits, le roi devenu amoureux décide d'arrêter sa vengeance et lui accorde, enfin, la vie sauve.Lucie Delarue-Mardrus 1906

   

Les manuscrits sont traduits en français pour la première fois en 1704-1717 par Antoine Galland, à partir d'un volume syrien du xv siècle contenant 35 contes, Galland modifie complète  épure. Succès et traduction en danois, allemand et anglais. En 1885-1888 un anglais Richard Burton fait une traduction plus complète, nouvelle traduction de Joseph-Charles Mardrus en 1899-1904 plus érotique, plus exotique, une photo de sa femme qui l'a sans doute inspiré.

 En 1986, traduction de René Kawam à partir de manuscrits originaux anciens. Les Mille et une nuits n'ont pas fini d'être traduits, corrigés, modifiés. Au début du 20ème siècle, l'orientalisme sévit dans tous les domaines artistiques, le cinéma s'en empare aussi, et fleurissent des Shéhérazades pour tous les goûts.Affiche de cinéma

Edmond Dulac 1907

 

Le voleur de Bagdad 1924

                                                 Les artistes illustrent les contes

 

Broche à cheveu René Lalique

L'exposition est hétéroclite et riche, manuscrits originaux, copies, films, musique, opéras, danses, objets orientaux, bijoux, costumes, points écoute de contes, gravures, tableaux ... un souk en somme, coloré, varié où l'on se perd avec délice.  

  

 Les génies exaucent les voeux, profitons en.Le songe de Cosrou 1875

détail Edmond Dulac illustration

 

 

 

Posté par maison43 à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,