Né en 1951 cet artiste colombien peintre, graveur, dessinateur, plasticien est obsédé par la mémoire et la trace que l'on laisse une fois effacés du monde des vivants. Ainsi les photos des disparus de morts violentes qui se succèdent comme faits divers anonymes dans la mémoire collective et que l'on oublie rapidement, Oscar Muñoz les fait revivre sous forme de mémorial : sur 5 écrans, une main dessine le visage de ces disparus qui disparaissent pour réapparaître sans fin sur un autre écran : Proyecto para un memorial .

L'oeuvre d'Oscar Muñoz est le rapport de l'image au temps qui passe, image qui ne reste qu'un moment dans notre souvenir et qui  pourtant devient à notre insu témoignage d'une époque. Il utilise les éléments comme l'eau et le feu, il joue avec les supports : des carrés de sucre imbibés de café représentant des pixels défient le temps : PixelesPIXELES

Cortinas de baño - Muños

Des rideaux de douche  lui servent de toile où il peint des corps fantomatiques à la manière des négatifs photographiques : Cortinas de baño

 Muñoz a débuté en dessinant au fusain; Puis il a décortiqué le processus de la photographie et s'arrête juste avant qu'elle ne soit fixée, il utilise de vieilles photographies, anticipe leur probable destruction et leur donne ainsi paradoxalement une seconde vie, tels ces miroirs où le souffle des vivants révèle des portraits de disparus sérigraphiés, révélation fugace qui nous ramène à notre propre éphémérité.

Muñoz ne se définit pas en un seul regard, ni un seul message. Il nécessite qu'on y revienne plusieurs fois, mais il est étonnant et curieusement apaisant. Il met aussi en parallèle la fragilité de la photographie temps déjà passé et mort à celle de la fragilité de la mémoire de nos propres vies qui s'épuise à vouloir tout retenir et à arrêter vainement le temps, c'est assez fascinant je trouve. Y revenir donc.  

Un site internet pour ce faire qui a l'avantage aussi de faire travailler son espagnol !

http://www.banrepcultural.org/oscar-munoz/presentacion.html