20 novembre 2011

Louise Bourgeois

Louise Bourgeois est exposée à Bâle, à la Fondation Beyeler en ce moment. 15 oeuvres  représentées. L'exposition met en scène un dialogue, celui que l'on veut bien entendre ou pas, entre certains artistes comme Giacometti, Warhol, Braque, Léger qui fut un de ses professeurs, Picasso, ou Bacon qu'elle considère comme l'un des plus grands peintres de son temps. Pétillante Louise qui reconnaît avoir été influencée par Bacon, aidée par Duchamp quand elle lui parlait, pas folle de la sculpture de Miro, dubitative sur ses dernières peintures abstraites qu'elle juge répétitives et prévisibles. Elle estime qu'il a ainsi cédé à la tentation commerciale, elle pense qu'il a perdu l'authenticité de ses débuts. Sacrée bonne femme qui a pu vivre ses émotions dans et par la sculpture, grâce à son don et qui tient une place originale dans l'histoire de l'art, bien qu'elle disait : 'Je ne m'intéresse pas à l'histoire de l'art. Mon mari l'enseignait, alors j'en ai soupé à la maison!' 

Untitled 2000 untilted 2000

Dans la famille Tapisserie, on demande la grand mère native d'Aubusson, la mère Joséphine qui travaille dans l'atelier de sa mère, le père Louis, paysagiste sans avenir qui commença une collection de statues de plomb que Louise apprit à rafistoler. Louis se mit à chiner dans les campagnes et ramena à Joséphine des tapisseries usagées. Pendant que Joséphine restaurait les tapisseries dans son atelier à Anthony, le père ouvrit une galerie et Louise apprit à dessiner, à coudre. Elle prit ainsi l'habitude de collectionner les tissus. Untitled reprend un thème cher à Louise où chaque coussin est personnage et souvenir, où elle exorcise ainsi la douleur de l'exil.   

Blind leading the blind 1947-1949louise bourgeois

 Emotionnellement, thème sur l'aveuglement : Louise dut s'aveugler devant la maîtresse vivant au foyer; devant la mère qui supportait cette situation et le faisait subir à ses enfants; devant ses rapports difficiles avec son frère et sa soeur (la soeur qui aimait un peu trop les garçons, le frère qu'elle martyrisait un brin) devant le père, qui, lui, était aveugle et sourd à tout ce qui se passait autour de lui ! 

Artistiquement : thème de l'abstraction symbolique où géométrie (Louise aimait cette science) et évocation symbolique des individus soudés mais inéluctablement isolés, se mêlent. Chaque triangle de bois est un personnage et un souvenir douloureux. En 1992, elle dira au sujet de cette oeuvre qu'elle fait référence aux hommes âgés qui vous conduisent à l'abîme. Elle dira aussi avoir pensé au tableau de Bruegel, en évoquant la vague de féminisme aux US, vers 1950, qui engendra une solidarité qui ne se produisait pas à bon escient, et qui ne pouvait que conduire au ravin, les rendant semblables aux aveugles de Bruegel.  

Existe en noir, rouge et noir, et rose chair

 Memling Dawn 1951

M DawnSculpture en bois, comme la précédente, en séquoia, noire, pour éviter dit Louise tout romantisme, toute sentimentalité. Louise doit parler là en son nom, sans doute travaille t'elle ainsi à se détacher de tout ce qui lui fut douleur. On peut y voir ce que l'on y veut, rien, si cela nous convient; on peut y voir uniquement de l'abstraction pure, symbolique de ce que l'on veut y mettre. Cela sert à ça, un symbole non ? On peut y voir aussi comme Louise, un symbole de la solitude de l'individu, au sein même d'un groupe, familial y compris. 

 

 

 

Red Fragmented Figure 1953Louise Bourgeois

Louise dit : Le rouge est l'affirmation à tout prix - sans tenir compte des dangers du combat -, de la contradiction, de l'agression. Il symbolise l'intensité des émotions impliquées

Louise dit : Au début des années 50, j'étais moins préoccupée par la sculpture que par la re-création d'un passé dont je ne pouvais me passer, et c'était aussi un moyen de le contrôler, ce passé. 

 

 

 

 

 

Quarantania 1947-1953

1947-1953Fait partie, comme les oeuvres citées ci-dessus de la série des 'Personages'. Le groupe ici représente la famille de Louise, son mari américain et ses 3 garçons. Elle, c'est celle qui porte les enfants, les 3 petits fardeaux. Louise dira au sujet des enfants :' Je suis contre les enfants et en même temps je pense que c'est ce qu'il y a de plus beau au monde. Elle dira aussi ' les enfants nous coûtent des fardeaux de larmes'. Selon Louise, la mère est double, bonne et mauvaise  à la fois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Femme couteau 1982Marbre rose

A ce sujet, Louise dit : 'Incarne l'ambivalence de la femme la destruction et la séduction. La femme se change en lame car elle a peur, elle est sur la défensive'. Louise reconnaît que l'homme est aussi vulnérable, et que d'une certaine façon, 'nous sommes tous homme-femme'. 

 

Janus fleuri 1968

1968Fait référence à la polarité qui nous habite : révolte-violence et  besoin de paix avec soi même et les autres. On peut y voir aussi, un substitut possible à la sexualité qui pour Louise est une finalité, une fonction, alors que l'érotisme est une ouverture au rêve partagé ou isolé, à une émotion. On peut y voir aussi la symbolique de notre ambivalence, nous sommes masculin-féminin, homme-femme, sexe masculin-féminin.Et fort prosaïquement on ne peut y voir que 2 sexes masculins, et 2 sexes féminins. 

 

 

 

 Passage dangereux 1997

Fait partie de la série des Cells.  A propose des Cellules, Louise dit :' C'est un désir de séparer les choses. Lorsqu'on a un problème, la façon d'y trouver une solution peut être d'en séparer les éléments avec un esprit analytique. Les cellules peuvent séparer et unifier. Chaque cellule a un sujet spécifique. Les cellules représentent différentes sortes de douleurs''. Les cellules sont une réplique de la maison familiale, des problèmes familiaux  mis en scène, emprisonnés dans des cages, enfin dépassés. passage dangereux 

Maman 1999

L'une tisse sa toile, l'autre tisse sa tapisserie. Les 2 sont protectrices. Les 2 peuvent effrayer.1999 Un symbole d'une féminité harmonieuse dans son imperfection acceptée.

 

The Insomnia Drawings 1994-1995

Il y a aussi quelques dessins, des mots, des phrases.. Louise a commencé à écrire à l'âge de 12 ans. Louise écrivait ses réflexions personnelles et dessinait, la nuit durant ses insomnies. Les dessins pour elle sont des idées bleues, roses, des idées qui passent et puis dit elle - ' d'un dessin on fait une peinture, et de la peinture on fait des sculptures, parce que la sculpture, c'est la seule chose qui me libère. Peut être que ce qu'il y aurait de mieux que la sculpture, ce serait de vraies personnes.' Louise a t'elle trouvé, un jour, une vraie personne ?

Mot de la fin par Louise Bourgeois :

'Il faut toujours prendre avec prudence ce que dit un artiste..... L'apparence de mes sculptures est abstraite, et pour le spectateur elles peuvent ne pas ressembler du tout à des figures. Elles sont l'expression, en termes abstraits, d'émotions et d'états de conscience.

Adaptation libre de ma part autour de certaines des oeuvres exposées à Bâle, fondation Beyeler,  inspirée ou extraite du recueil  des écrits et entretiens 1923-2000 de Louise Bourgeois, réunis et présentés par Marie-Laure Bernadac et Hans-Ulrich Obrist. Édition Daniel Lelong. Les extraits du livre sont soulignés.

Posté par maison43 à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 novembre 2011

Musée à ciel ouvert de La Défense

Amusant, ludique, un jeu de piste à faire en bonne compagnie ou seul, il faut aimer, soit la sculpture, soit la marche, soit la photographie, soit les autres à regarder ...

Il y a 68 sculptures à découvrir, on en a trouvé 32 faute de temps, mais on y reviendra. La Défense2

César Baldaccini dit César 1921-1998

 

 

 

 

 

École des Beaux-Arts de Marseille puis de Paris. Fait partie du groupe des Nouveaux Réalistes fondé en1960 par Pierre Restany chez Yves Klein avec Christo, Arman, Tinguely, Niki de Saint Phalle ... Roi de la compression, il compresse ferraille, plastique,papier, tissu, carrosserie, bijoux. Expert en soudure, il réalise aussi des moulages, des bronzes, des empreintes. Reproduction du pouce de César, ce modèle est le plus grand des exemplaires du dit pouce. 12 mètres et 18 tonnes. 

 

  Igor Mitoraj sculpteur polonais né en 1944.La Défense6

École des Beaux Arts de Cracovie. Travaille, la terre cuite, le bronze et le marbre. Il sculpte le plus souvent le corps humain, rarement dans son intégralité !! Beau mais incomplet ... Icare est le fils de Dédale, l'architecte du labyrinthe au minautore, celui qui provoque la colère de Minos, celui qui donna à Arianne l'idée du fil pour que Thésée puisse sortir du labyrinthe après avoir tué le monstre, ce qui oblige Dédale à fuir avec son fils, il crée des ailes et recommande à Icare de ne pas trop s'approcher du soleil, la cire reliant les plumes pouvant fondre à la chaleur Bien sûr le fils n'écoute pas son père et meurt noyé ses ailes fondues .. Dédale atterrit sur l'ile attenante, récupère son fils et l'enterre. L'ile se nomme Ikaria. Alors pour les basiques, une version d'Icare, bras coupés, tête décérébrée, normal, il n'avait qu'à écouter son père ! Et puis la version féminine, plus complexe déjà !! elle a ses 2 ailes, qui abritent chacune une tête et une main la retient au sol, donc elle est seulement en puzzle, mais entière même si éparpillée, un peu décérébrée quand même, aussi.   

  La Défense3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Défense4La Défense5 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France et Hugues Siptrott

On connaît peu d'eux. Ils travaillent la céramique, le bronze, vivent en Alsace où ils tiennent aussi une auberge. On peut voir une autre oeuvre d'eux à la cathédrale d'Evry Saint Corbinien.

Les Hommes de la Cité à l'entrée du métro1995

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lim Dong-Lak est né en 1954 en Corée du Sud. Il travaille sur le marbre, la pierre, le métal, le métal. 

1999 implanté 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julio Silva est un peintre et sculpteur naturalisé français, né en 1930. Il travaille essentiellement le marbre.De Dos

 De face

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Henri de Miller est né à Mulhouse en 1953 et mort en 1999. École nationale des Métiers d'Art. Je connais de lui, l'Ecoute, place Cassin, à connaître les Marines. A la Défense, cherche son équilibre Le SomnambuleHenri de Miller 1983

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raymond Moretti 1931-2005 est un peintre, illustrateur, sculpteur qui laisse une oeuvre riche et totalement encore inconnue de moi ! La cheminée d'aération habillée de fibres de verre multicolores par Moretti est donc ma première découverte en ce qui concerne cet artiste.  Quartier Défense

 

 

 

 

 

 

 

 

Louis Derbré 1925-2011

S'initie à la sculpture dans un atelier. Sera l'assistant d' Emile Gilioli, en 62 il réalise sa première exposition.Défense 1972

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Philolaos Tloupas dit Philolaos est né en Grèce en 1923-2010

École des Beaux-Arts d'Athènes, En 50, fréquente celle de Paris. Il travaillera avec des architectes et des paysagistes et réalisera entre autres une sculpture-architecture château d'eau visible dans le parc Jean Perdrix à Valence. Il travaillera également sur la terre cuite, le marbre, le bois tourné, le béton lavé et l'acier inoxydable qu'il vrillera volontiers.Défense 1989Défense2 1972

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Béatrice Casadesus née en 1942 artiste plasticienne et professeur à l'école d'Architecture Paris-Malaquais.Défense 1981

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Torricini sculptrice  née en 1930 travaille la pierre, le marbre, le granit, le bois, le bronze et l'argile avec une prédilection pour représenter des animaux.Défense 1987

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Takis est un sculpteur grec né en 1925. Il est fasciné par la lumière, le son, le mouvement. En 55 il crée ses premiers signaux , cordes de piano vibrant au vent. A la Défense  49 feux lumineux sur l'eau.Défense 1988   

 

 

 

 

 

 

Shelomo Selinger franco israélien est né en 1928 en Pologne. A perdu ses parents et sa soeur dans les camps d'extermination, rescapé in extremis, mettra 7 ans à recouvrer la mémoire. Apprend la sculpture en 56 aux Beaux Arts à Paris. La Shoah est un de ses sujets principaux. Selinger dit qu'il sculpte la vie. Les arbres vivent dans les sculptures de Selinger ...Défense 1983

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yaacov Agam est un plasticien israélien né en 1928. En 1951 arrive à Paris. Il invente le tableau transformable à lamelles qualifié de peinture polymorphique (source : Les Mouvements Dans La Peinture). Peintures, sculptures, architecture, il utilise aussi le son, la lumière, l'eau ...  La Fontaine monumentale est un bassin revêtu de mosaïque en émaux. Jets d'eau à certaines heures.1975-1977 1Fontaine Agam

jets d'eau Agam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alexandre Calder est un peintre et sculpteur américain né en 1898 et mort en 1976. Célèbre pour ses mobiles, il est connu aussi pour ses stabiles monumentaux comme l'Araignée.Défense 1974

 

 

 

 

 

 

 

 

François Morellet est peintre, graveur et sculpteur né en 1926. Abstraction géométrique, minimalisme, et pour que l'ensemble soit plus digeste, pas mal d'humour dans le choix des titres. Il aime aussi à jouer avec les néons. La Défonce se compose d'un parallélépipède incliné de barres d'acier. Une barre défonce le sol, une autre transperce le toit du bâtiment attenant.Défense 1990                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernar Venet est un plasticien sculpteur né en 1941. Il vient d'exposer à Versailles 6 de ses oeuvres monumentales (exposition terminée) comme celle fixe de la Défense : Doubles lignes indéterminées. Pas de sens particulier à cette oeuvre, juste la rencontre plaisante ou pas selon les individus, entre 2 mondes historiques, en ce qui concerne Versailles, 2 mondes visuels à la Défense qui est à elle seule un monde particulier.1988 Défense

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anthony Caro est un sculpteur britannique né en 1924. Soudures, assemblages de pièces métalliques de toutes formes constituent un art abstrait qui laisse libre cours à l'imagination, et qui suscite la curiosité.  After Olympia est né d'un voyage en Grèce, Caro s'est inspiré d'un fronton du temple de Zeus exposé au musée archéologique d'Olympie.1991 Défense Abstrait donc.

 

 

 

 

 

 

 

Louis Leygue 1905-1992 

1973 Défense 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour en finir avec cette fournée, un de mes chouchous Miro qu'on ne présente plus.Personnages Miro

 

Posté par maison43 à 18:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 octobre 2011

Amour

l'envol

Posté par maison43 à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2011

Fondation Maeght

Aimé Maeght 1906-1981, s'installe en 1927 à Cannes, épouse Marguerite et ouvre une imprimerie (Arts et techniques graphiques) en 1932. Bonnard lui confie des lithographies à colorer, et une solide amitié les liera jusqu'en 1947 à la mort de Bonnard. La boutique se transforme en galerie de tableaux et réunit Matisse, Picasso, Geer Van Velde. En décembre 45, la galerie Maeght s'ouvre à Paris où Bonnard, Matisse, Braque soutiennent Maeght dans ses projets. Il rencontre Marcel Duchamp à New York, Giacometti, Calder, Miro, Chagall, Derain, Kandinsky, Léger viennent se rajouter. Marchand d'art, éditeur, leur fils aîné participe à leur réussite. En 1950, les Maeght retournent prés de St Paul de Vence, avec leur plus jeune fils malade qui meurt en 53. Braque et Malraux leur suggèrent de créer un lieu de rencontre d'artistes où ils pourraient exposer et c'est le début de la Fondation Maeght dont l'ouverture est en  1964 :

  C'est un jardin musée où l'on se sent bien, une fois l'affluence estivale évitée, calme, serein, riche en émotions et découvertes. Miro vous accueille, on reconnaît Zadkine,  Arp, Giacometti, Bonnard, Chagall, Braque, Léger comme des familiers que l'on retrouve avec plaisir. L'exposition Chillida occupe 2 grandes salles et limite la visite permanente : une bonne raison pour y revenir !  

En 1964, Chagall peint La vie où il s'éclate, tous ses thèmes favoris regroupésChagall

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bonnard commence à voir la vie en jaune,

L'été - Bonnard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 et Giacometti étrusque à tout va.

Giacometti et LégerDevant un Léger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une sculpture de Zadkine dans un coin, un Pol Bury dans un autre, un Léger sur un mur, un Braque en vitrail, et du Miro qui se fait son petit labyrinthe :

ZadkinePol Bury- Fontaine 

 Oiseau Blanc

Légeroiseau lunaire MiroLézardGargouille

La Fourche Miro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir mes chouchous, le yin et le yang, l'homme et la femme, le pour et le contre, le jour et la nuit :

 Personnage, mâle au plumage coloré, et phalliquement dressé vers le ciel et petite femelle-cloche noire, au sexe accueillant,  Déesse de la FéconditéPers

La Fécondité

Et le fruit de leur union ....

 

 

 

 leur petit têtard, sacré Miro, très traditionnel au final !

IMG_2664

Posté par maison43 à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 septembre 2011

Eduardo Chillida

Travail du fer à la masse sur une enclume.Besarkada III 1991 Chillida Sculpture où l'émotionnel ne semble pas avoir sa place. 

 

 Pour les grandes pièces, appel aux ouvriers qui manient le marteau pilon.  Du lourd, du massif, du mastoque. Pas franchement enthousiasmée, je suis !

Des formes géométriques qui s'emboîtent, qui ne me parlent pas, les petites pièces exposées me laissent froide, nul doute que je serais autrement impressionnée par les grandes oeuvres de Chillida, inquiétée même par le volume, mais là, en dehors d'une curiosité intellectuelle, rien d'autre ..   

La matière et la forme de l'oeuvre ne me touchent pas vraiment.

 

 

  Et puis mon regard se pose sur une autre pièce, et là, petite joie, rencontre émotionnelle avec l'albâtre, pierre aimée autant que l'ambre, le Lapis lazuli, pour leur côté précieux, féminin, magique, mythique, éternel. Là, Chillida commence à trouver le chemin de mon coeur,  je caresse l'objet, des yeux, du doigt, je me mets à rêver et j'aime. Je demande alors que l'on m'explique un peu comment l'on travaille le fer.

Hommage à Kandinsky 1965Hommage à la mer III 1984

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eduardo Chillida est né en 1924 au Pays basque espagnol, et débutera une formation d'architecte. Ses matériaux préférés seront le fer, l'albâtre, le bois,  la terre chamottée. Il sculptera des oeuvres urbaines, tels l'Elogio del horizonte à Gijon, El Peine del viento à Saint-Sébastien, la maison de Goethe à Francfort. A voir, tout ça, à voir ... si possible !!!

En fait, j'ai rencontré par hasard, Chillida, à la fondation Maeght qui le produit en temporaire et qui en a profité pour fermer 2 salles de son exposition permanente, et au final, cette rencontre là qui demeure uniquement intellectuelle,  je l'ai curieusement appréciée, cela me change cette approche ... je garde mes distances, je m'intéresse à la technique,  j'intellectualise !!!  on croirait un dialogue d'Audiard!

Arco de la libertad 

Posté par maison43 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 août 2011

France aimait

envie de vivre

Posté par maison43 à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2011

Le Schweissdissi Mulhouse

Homme de fer

Posté par maison43 à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juillet 2011

Fruit défendu

lequelle pluste tente

Posté par maison43 à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2011

En jean sinon rien

Jeans

Posté par maison43 à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2011

Bienheureuse Pénélope

Moderne Pénélope

Posté par maison43 à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :