21 mai 2017

Le Loir dans la théière

Rue des rosiers

le loir 2Rue des Rosiers, dans le Marais à Paris, petit restaurant d'ambiance fort sympathique, vle loirieilles affiches

 

 Peintures d'Alice au pays des tartes

 

 Desserts maison, pas de mille feuilles ce jour, à moi donc la tarte au citron à la gigantesque meringue.

le loir 3

 Personnel très agréable.   

Posté par maison43 à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mai 2017

Graffiti Marais

Marais

Posté par maison43 à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2017

INTI Paris 13è

Boulevard Vincent Auriol, iNTI artiste chilien né en 1980.

Paris 13è 2

 

Posté par maison43 à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2017

Camille Pissarro 1830-1903

Pissarro Bords de la Marne à Chennevières 1864-1865

De son enfance passée dans les Antilles, il reste peu de traces dans les peintures de Pissarro. Certes il suit cinq ans d'études à Paris, pensionnaire de 12 à 17 ans, où il apprend le dessin, d'où quelques cocotiers, certes il se rend au Louvre le jeudi et le dimanche, mais son retour à St Thomas où il restera jusqu'à l'âge de 22 ans, ne le marquera pas suffisamment pour en être plus tard inspiré à la manière d'un Gauguin. Il faut dire que le destin de commerçant même riche que lui propose son père ne lui laisse le temps que de croquer sur le vif des petites scénettes de la vie portuaire, jusqu'à ce qu'un jour, il s'enfuit avec un paysagiste danois pour Caracas où il restera de 1852 à 1854. Son dessin s'améliorera, jusqu'à 200 oeuvres sur papier, dont seul un petit nombre est parvenu. Il s'initiera modestement à la peinture, et sa prédilection pour les scènes de marché, les paysages, les villages au loin préfigurent la future production de Pissarro.Pissarro Dulwich College Londres 1871

En fait, Pissarro est un rebelle qui choisit toujours de se démarquer, de tout; d'abord de son milieu petit bourgeois, où l'avenir est décidé par son père, puis du mouvement pictural en cours, des techniques de peinture à suivre, et enfin des convenances à respecter. L'exotisme si à la mode alors, il l'a vécu lui, il ne le peindra que rarement après sa période vénézuélaine. ll quitte les Antilles en 1855, il n'y reviendra plus jamais. Il choisit de vivre en 1859 à l'instar de beaucoup de peintres d'ailleurs avec une femme en dehors de sa classe sociale une aide cuisinière Julie VellayMadame Pissarro

Il ne l'épousera qu'en'1871, car il est pratique Camille, il dépend financièrement de sa mère jusqu'à l'âge de 40 ans, mère qui bien sûr désapprouve sa belle fille. Il n'épousera Julie que lorsque les Durand-Ruel marchands d'art pourront le faire vivre. Ils auront 8 enfants ( une fille 1870 morte quelques semaines après sa naissance, une autre Jeanne-Rachel dite Minette 1865 qui mourra en en 1874,et une autre Jeanne dite Cocotte 1881-1948)Pissarro Jeanne lisant 1899

 et 5 garçons qui seront peintres.  Pissarro les peindra tous, à des âges différents. Pissarro sera leur maître. Julie apporte un temps sa contribution au ménage en se louant dans les fermes, puis se consacre à ses enfants et se montre une fervente groupie de son mari, mais assez indépendante au fond, courageuse et pas enquiquinante. Camille enseignera donc l'art de la peinture à ses 5 fils qui choisiront chacun un pseudonyme pour ne pas nuire à leur père de son vivant.Pissarro L'Hiver 1972

Pissarro Pontoise

 Camille est né d'un père juif d'origine portugaise né à Bordeaux, installé dans les Antilles sur l'île de St Thomas, une possession danoise dont il gardera la nationalité toute sa vie. Mais il choisira de s'installer en France, Il préfèrera par goût ou par necessité de vivre à la campagne où il puise son inspiration : travaux des champs, saisons, marchés constitueront le courant de son oeuvre, mais il ne détestera pas, plus âgé, effectuer des séjours à Paris, Rouen, Dieppe.Pissarro Place du Théatre Français effet de pluie 1898

Pissarro Soleil Couchant à Eragny 1894

 De 1870 à 1871, il s'installera à Londres avec sa famille. Il fréquentera à des degrés différents Monet, Cézanne, Zola, Gauguin, Degas, Guillaumin, Signac, Seurat, Van Gogh, Luce, Mary Cassatt, Mirbeau, Toulouse-Lautrec, Mallarmé. Une tendance extrême au paradoxe cet homme là qui reste assez inclassable, père tranquille mais anarchiste, paysagiste mais aussi peintre des villes, ayant eu une vie assez laborieuse, difficile parfois sans grande richesse mais apaisé toujours.

Pissarro La récolte des pois Gouache 1887

Pissarro La causette 1892

portraitiste à ses heures surtout de ses familiers, mais aussi peintre d'Histoire qui éternise les travaux agricoles, les marchés, le trafic urbain de son époque. Il est souvent radieux, Pissarro dans ses couleurs, excellent aussi dans son expression du mouvement. Ce tableau là, tronqué par moi, mérite vraiment d'être vu, si lumineusement acidulé, si propice à la contemplation.Camille Pissarro

Jolie rencontre que cette exposition de Pissarro, dont j'ai particulièrement aimé la paix imprégnée de beauté et de poésie qui se dégage de ses peintures.

Posté par maison43 à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2017

USINES IN/USINES OUT : CONVERS(at)IONS ? Hôtel-Dieu Le Puy en Vélay

Une exposition intéressante sur l'essor industriel du Puy surtout au 19è avec ses usines dont l'architecture a modifié la ville du Puy jusqu'à nos jours où certains bâtiments ont eté reconvertis, transformés assurant un relais entre le passé et le présent. Des photographies du ponot Henri Vuillet site internet : http://www.henrivuillet.com/bio/ se superposent à des images anciennes du fond Paul Martial conservées au musée d'art moderne et contemporain de St Etienne, voir site :  https://viva-arts.univ-st-etienne.fr/paulmartial/mediawiki/index.php/Le_fonds_des_%C3%89ditions_Paul-Martial.

Tanneries dés le 16è siècle pour fabrications de vêtements ou d'outres à vins qui les transportent à dos de mulets vers le sud, les tanneurs s'installent dans le quartier St Barthélémy dans leurs ateliers-maisons, cette industrie s'arrête à la fin du 19è due à l'apparition des usines : en 1946 implantation de la tannerie Auguste Canard sur le cours de la Borne qui aura jusqu'à 1300 ouvriers qui seront logés pour la plupart. Au 19è, production d'alcools avec les malteries du Pont neuf, les distilleries Bonnet-Pagès et VeyIndustrie Pagès

à noter d'ailleurs des objets religieux drôlement détournés pour vanter des alcools, des usines de confection

Pub

Pub Notre DamePub Maurin

coiffes et chapeaux s'installent et bien sur des usines de dentelles qui déclineront vers 1950. Les industries s'installent au pied de la gare et s'étendent dans la banlieue, sur Chadrac, Espaly, Blavosy. On comptera alors des menuiseries, scieries, fonderies, usine à gaz, des abattoirs, des usines de stockage de lentilles, des tuileries, des moulins dont celui de Sabarot et celui de Celle.

Industrie lentilles 

Bien sûr, certaines industries ont déserté les lieux, d'autres ont trouvé une seconde jeunesse telles l'usine de Fontanille alors spécialisée en confection et dentelles qui confiée à l'architecte Laurent Thomassin a été réhabilitée en habitats. Une vidéo et un diaporama de photos anciennes et actuelles complètent l'exposition. Usines Fontanille

  A noter pour cet été une exposition sur Picasso.

 

Posté par maison43 à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 avril 2017

La collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton

Xan Krohn Serge Chtchoukine 1915

Collection de Sergueï Chtchoukine 1854-1936 mécène fortuné et homme d'affaires russe qui réunira en son riche palais des toiles devenues prestigieuses. En 1917, il s'exile à Paris, son palais devient sous l'autorité de Lénine Musée de la peinture occidentale moderne jusqu'en 1921 où sa collection ira pour moitié au musée des Beaux Arts Pouchkine de Moscou, et l'autre moitié au musée de l'Ermitage de Saint Petersbourg.

Fondation Louis Vuitton

La Fondation Louis Vuitton (dont les 3600 verres ont été recouverts de filtres colorés par Buren) en a réuni la moitié, le temps d'une saison. La famille du Docteur Rey

Van Gogh 1889

qui soigna en l'hôpital d'Arles Van Gogh doit s'en mordre les doigts, ce tableau offert par Van Gogh à son médecin fut vendu par son propriétaire, en connut d'ailleurs plusieurs autres et finit sa longue course à la galerie Druet à Paris qui le revendit au collectionneur Chtchoukine. Assez classique dans ses goûts, ce dernier achète  au début des maîtres de l'époque comme Maurice Lobre ou Armand Guillaumin

Armand Guillaumin

Maurice Lobre 1862-1951 Le salon du Dauphin à Versailles

 il s'intéresse à Maurice Denis

Denis

le plus classique des Nabis, à Vuillard qui en fait partie aussi et qui commence sobrement ici sa célèbre collections d'intérieursEdouard Vuillard Intérieur 1899

Quelques Monet, Degas, Sysley, sous l'influence des Stein qu'il fréquente il achètera des tableaux plus controversés, comme Picasso

Picasso Femme nue assise Méditation

Picasso

Picasso L'amitié 1907-1908

Matisse

Matisse Collioure

Matisse Nature morte 1909

Matisse

Matisse Nu noir et or

 le Douanier Rousseau avec Marie Laurencin et Guillaume Apollinaire

Rousseau

 André Derain

André Derain Ancien quartier de Cagnes 1910

Derain le bois 1912

et Gauguin

Gauguin 3

dont il possède plusieurs tableaux, Cezanne et son incroyable bleu.

Cezanne La femme en bleu

Quelques tableaux également de peintres russes dont Ivan Klioune

Kazimir Malevitch Paysanne avec seaux

Kazimir Malevitch Porteuse de seaux 1912-1913

Ivan Klioune

et Kasimir Malévitch qui fut l'inventeur et le théoricien du mouvement 'Suprématisme', formé de formes, lignes et aplats de couleurs pures.

Et pour en finir avec cette collection si riche, un chouchou à moi Wladimir Tatline

Wladimir Tatline Nu 1913

peintre mais surtout sculpteur qui rencontrera Picasso et le re visitera, sous une forme plus voluptueuse dénuée de toute agressivité envers les femmes.

Un jour où je serai particulièrement en forme, j'évoquerai d'ailleurs cette particularité de Picasso. 

Posté par maison43 à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 avril 2017

Invader

Est de retour dans Paris.

Invader

Invader 4

Invader 3

Invader 1

Posté par maison43 à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 avril 2017

Antoine Martin 1837-1915 Architecte du Puy en Vélay

Antoine Martin

Architecte de la ville du Puy en Vélay en Haute Loire de 1863 à 1895, date à laquelle, Achille Proy autre architecte réputé du Puy cité dans ce blog le remplacera. Antoine Martin est un ponot, qui fera l'école des Beaux Arts et aura pour professeur l'architecte Constant-Dufeux 1801-1870. En 1858, il est le premier lauréat du concours Crozatier financé par le legs du sculpteur fondeur mécène Charles Crozatier 1795-1855.Musée Crozatier Le Puy en Vélay

 

On le décrit rationaliste et fonctionnel, ce qui correspond parfaitement à la révolution industrielle menée par une bourgeoisie souveraine, républicaine et bien pensante. Il agrandit le musée Crozatier, réalise le théâtre, la maison d'arrêt, la malterie d'Ernest Rogue

Distillerie Maurin-Vey Le Puy

qui deviendra la distillerie Maurin-Vey, assure la restauration de l'église des CarmesEglise des Carmes Le Puy

la banque de France, certains immeubles du Puy. 

Une exposition actuelle USINES IN/USINES OUT : CONVERS(at)IONS ? à l'Hôtel Dieu du Puy en Vélay, fort intéressante le sort d'un certain oubli. 

Posté par maison43 à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2017

Etienne de Médicis 1475-1565

 Etienne Mège ou Metge dit Medicis était un prestigieux marchand drapier ponot. Il compte plusieurs consuls * dans sa famille dont lui même. Ils possédaient des terres et jouissaient des droits seigneuriaux. Homme cultivé, Etienne de Medicis retrace le passé de la ville du Puy depuis ses origines et témoigne de son époque dans un récit intitulé 'Chroniques ou Mémoires'. Il recopiera des textes anciens aujourd'hui disparus.

* Site internet sur l'Histoire du Puy en Vélay :

 https://puyenvelay.wordpress.com/2015/02/06/le-consulat-du-puy-en-velay/

Posté par maison43 à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2017

Sidoine Apollinaire vers 430- vers 486

Lyonnais, issu d'une riche famille dont le père et grand-père étaient préfets du prétoire. En 450 il épouse la fille d'Avitus aristocrate auvergnat. Il devient un court temps préfet de Rome en 468 grâce à ses panégyriques glorifiant les empereurs romains, mais revient s'installer en Auvergne. Opposé aux barbares, il encense avec opportunité la culture romaine. Pas toujours proche de la réalité, il apporte cependant un témoignage rare en écrits sur son époque, mais essentiellement sur sa classe sociale . On suppose qu'il habitait dans la villa de son beau-père ( préfet du prétoire de la Gaule, qui se fit proclamer empereur à Rome  pour finir par être vaincu par l'armée de l'aristocrarie italienne, et qui se retira alors en Auvergne) à Avitacum que les historiens situent au lac d'Aydat. La villa était en pierres du pays, avec des thermes et une piscine. Sidoine faisait partie de l'aristocratie auvergnate, se rendait souvent dans le midi plus ouvert à la vie mondaine. Sidoine s'impliquera lui aussi fortement dans la vie politique, par le biais d'une vie plus religieuse, qui le fera élire évêque de Clermont vers 470 ou 471, séparé de son épouse et renonçant à sa poésie. En fait  il semble que Sidoine Apollinaire fut un opportuniste éclairé, il participera à la défense de Clermont assiégée par les Wisigoths, mais quand leur roi Euric s'allie à l'empire romain pour conclure une alliance ( l'Auvergne est cédée à Euric contre la restitution de la Provence pour Rome) il finira après un petit exil par retrouver son évêché en louant la cour du roi Euric, tout en luttant toujours pour la culture romaine. Sa mort en 486 ne lui permettra pas de voir les Francs vaincre les Wisigoths en 507, avec un Clovis 466-511 païen qui s'était converti au catholicisme. 

Source : Histoire de l'Auvergne des origines à nos jours - Pierre Charbonnier 

Posté par maison43 à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]