14 février 2014

Julia Margaret Cameron 1815-1879

Julia Jackson - J-Cameron

Une sacrée vie, une sacrée bonne femme cette Cameron, bien sûr, elle naît chanceuse, d'un père anglais haut fonctionnaire, d'une mère aristocrate française dans une famille aisée, éclairée où les filles reçoivent une éducation digne de ce nom. Elle épouse un anglais juriste qui travaille à Calcutta et qui achète des plantations de café. Ils auront 6 enfants,  retourneront en Angleterre, l'époux de Julia lui laisse une rare autonomie pour l'époque, elle gère le patrimoine familial. Elle animera un cercle mondain et intellectuel. En 1863 suite à une dépression, sa fille lui offre appareil de photographie et matériel pour chambre noire. Elle a 48 ans et va connaître une seconde naissance, une vie de photographe à la mode qui gagnera ainsi sa vie. Étonnant destin même dans un milieu culturel privilégié.Elle fera des portraits officiels de célébrités comme Charles DarwinCharles Darwinou le poète Robert Browning.Robert Browning

Mais elle se distinguera par ses mises en image où elle raconte des histoires. Elle aime la beauté, les effets de flou, et fait des photos qui évoquent l'art des Préraphaélites. Ses photos longuement préparées font d'elle une réalisatrice, avant l'heure, de films de chevaliers et de contes. 

cam1

 Ce sont des petites scènes de théâtre qu'elle met en scène longuement choisissant elle même décors, coiffures, costumes, entretenant une complicité avec ses modèles-comédiens, elle puise ses sujets dans les légendes, les mythes antiques, la Bible. Ses proches et sa famille lui servent de modèles. Julia Jackson en haut à gauche est l'une de ses nièces et sera la mère de Vanessa Bell (peintre) et de Virginia Woolf. Elle fera de la photographie

cam

un art, on est en 1863 ne l'oublions pas, les femmes photographes ne courent pas les rues, elle reste et ce n'est pas un hasard fort actuelle et l'une des pionnières dans cette spécialité nouvelle que les hommes se sont aussi octroyés.  

Posté par maison43 à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 février 2014

Un beau dimanche

Nicole Garcia

Film de Nicole Garcia

Un  seul dimanche au bord de l'eau

Au trémolo des p'tis oiseaux

Suffit pour que tous les jours soient beaux

Quand on s'promène au bord de l'eau

Voilà, il y a du populo dans ce film avec ceux d'en bas qui vivotent comme ils peuvent, qui courent après le fric, pas très cultivés, mais qui  savent courir aussi après leurs rêves ce qui n'est pas si mal. La très charmante Louise Bourgoin en fait partie et son charme fait oublier sa vie de paumée.

Et puis il y a les riches qui ont fait Centrale ou assimilé, qui jouent au tennis, qui sont cultivés, qui ont reçu une bonne éducation, la rare Dominique Sanda qui a bien vieilli a ce charme suranné et fragile de grande bourgeoise qui s'interroge mollement sur sa vie sans vouloir la changer.

Une rencontre improbable de ces 2 milieux un beau dimanche d'été ... 

Et puis il y a Pierre Rochefort, le fils de Nicole Garcia et de Jean Rochefort qui hésitait parait il à suivre le chemin familial, pas facile pour les enfants de ... quand les parents ont du talent !  Prometteur, cependant le jeune homme. Et beau cadeau d'une mère à son fils, ce film.

Rien de bien extraordinaire dans ce film, une histoire de famille pas très nouvelle et bien filmée, juste un beau dimanche.

Et c'est déjà bien.

Posté par maison43 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2014

Pont de Monistrol d'Allier

Bac

Laissons de côté les polémiques des historiens, à savoir où était le lieu de franchissement de l'Allier pour la voie Bolène entre le Vélay et le Gévaudan. Plusieurs passages sur l'Allier existaient, par gué, bac ou pont, Sont alors évoqués pour ce lieu les alentours de Chomélix, de Chapeauroux et les villages de Pont d'Alleyras via Vabres et de Monistrol d'Allier. Tous sont également des voies possibles pour les pélerins de Saint Jacques. Le sentier de Monistrol d'Allier était utilisé par les marchands et les pèlerins au Moyen Âge, prieurés et monastères sur son tracé en témoignent. La trace d'un pont à Monistrol d'Allier serait retrouvée en 1467 dans un document, mais emporté par les crues, on abandonna l'idée d'un pont sur l'Allier trop dangereuse, et vers 1589 un bac fut installé. En 1715 Etienne Coudeire assurait le passage jusqu'en 1756, où il meurt avec un Jean Antoine, tous deux noyés dans l'Allier en furie sous les yeux de bon nombre d'habitants impuissants. Ce bac était payant, étaient exemptés les fonctionnaires, les gens d'église, les fidèles et les soldats. Vers 1830, un pont suspendu à péage est construit par un particulier. Un monsieur Paret l'achète en 1836. A son décès en 1840 il le légue à M. Borrel, membre de sa famille et maire de Monistrol. La crue du 27 Juin 1866 l'emporta, et M Borrel le fit reconstruire à ses frais. En 1877, le département racheta le pont à M Borrel. Il fallut 10 ans au Conseil général pour se décider à construire un pont plus solide et ce fut le projet de Gustave Eiffel qui avait construit en 1885 le viaduc de Garabit qui fut retenu.Monistrol d'Allier

Terminé en 1888 il supporta jusqu'en 1967 un passage moyen journalier évalué en 1960 de 343 voitures et de 52 poids lourds limités toutefois à 12 tonnes. On consolida fin 66 le tablier ce qui permit d'ouvrir la circulation sans limitation de poids.

Pont viaduc

Depuis 1998, le pont Eiffel se repose un peu, un viaduc a pris le relais, et seuls ceux qui se rendent au centre de Monistrol l'empruntent.   

Sources : Ponts de la Haute Loire de Jean Chervalier

site internet 'Mémoire de Haute Loire'. 

Posté par maison43 à 18:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2014

Anticorps - Fabienne Kanor

AnticorpsJacques 72 ans vit depuis 40 ans avec Louise 68 ans. Lui l'aime sans talent ni imagination, elle ne l'aime plus. Elle ne l'a d'ailleurs jamais aimé, une sorte de passage obligé ce mariage pour faire ce qu'on attendait d'elle : se marier, avoir des enfants, des dettes, un travail, une vie dans laquelle elle ne se reconnaît pas. Alors avec le temps, elle a ressassé une liste longue de reproches avec une rancoeur exacerbée. On découvre au fil des pages d'autres raisons à cette haine, Jacques n'est qu'un pis-aller, Louise a aimé un homme autrefois qui l'a quittée. Une nuit elle découvre Jacques nu, un soir avec son fils de 12 ans en situation équivoque, mais elle ferme les yeux, Louise, elle se soumet à l'homme, encore et toujours. C'est la vieillesse qu'elle ne supporte pas, Louise, c'est elle qui l'a fait craquer. Elle n'aime pas les vieux. Alors à 68 ans, Louise s'offre une crise de nerfs, on l'hospitalise, on lui découvre un cancer. Elle ne fléchit plus Louise, se montre odieuse envers les siens et continue à se remémorer sa triste vie. Jacques s'en va. Louise à la fin de sa vie vit dans un petit hôtel, et puis se dirige lentement vers sa mort, proche sans doute, solitaire, dans une chambre d'hôpital. Louise s'est révoltée au final au pire moment de sa vie. On ne la sent pas joyeuse d'avoir réglé ses comptes, elle croyait quoi Louise ?

Elle lasse un peu Louise et devient carrément insupportable à la fin du livre, rien ni personne ne trouvent grâce à ses yeux.

Vous savez quoi, on est heureux quand on tourne la dernière page, on est enfin débarrassé de Louise et elle va être bientôt elle débarrassée de sa vie.

La soumission, la haine, ce n'est vraiment pas une vie, Louise. La mort t'ira mieux.

Un peu énervante cette lecture !!! pas mal l'écriture, familière et  énervante  aussi, parfois.   

 

Posté par maison43 à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2014

Body Art

Body Art est un art de la modification corporelle, où l'artiste touche lui même à son image, adapte son corps à des pratiques extrêmes, dérangeantes, sources de souffrance pour l'acteur et pour les regardeurs. On parle alors de Performances pratiquées en public, filmées et photographiées en détail.

En 1960 avec la libération sexuelle, le corps se libère aussi  devient sujet et devient toile, à partir des années 1970, ces artistes souhaitent accéder au plus profond de l'humain. L'artiste souhaite provoquer une réflexion chez le regardeur, il n'est plus seulement artiste, mais éveilleur de conscience, l'oeuvre n'est plus une fin mais un passage qui amène le spectateur à un nouvel état de conscience. Le projet est ambitieux et permet toutes les dérives.  

Jana Sterbak née en 1955 à Prague émigre en 68 au Canada. Elle travaille avec des matériaux improbables comme le pain, le chocolat, la viande, plus classiques comme le bronze, la pierre, le métal ou les cheveux.Vanitas J

 Une robe de chairs crues Vanitas : Robe de chair pour Albinos anorexique en 1987 qui nécessite un travail de cousette, un atelier pourra sélectionner les pièces, les aplatir et enfin les coudre. Pas de provocation chez Jana Sterbak, uniquement définir par l'éphémère de cette oeuvre d'art, l'éphémère de la beauté et de la jeunesse : chair fraîche qui va vieillir se tanner et se dessécher.

Marina Abramovic est une artiste serbe née en 1946 qui va réaliser des performances sur plusieurs jours, filmée, photographiée, n'hésitant pas à se mettre en danger avec ces serpents venimeux qui évolueront autour de son cou, sur sa tête.Marina Abramovic

Elle se flagelle, se love nue contre un bloc de glace plusieurs heures, embrasse plusieurs heures jusqu'à l'étouffement son partenaire performeur lui aussi, brosse 4 jours durant des os de boeuf en chantant des comptines pour enfants. Son but est de perdre la conscience du moment pour toucher son inconscient, interroger les acquis et les valeurs qui nous ont formés et les remettre en cause si toutefois on en est capable, car ce n'est pas forcément évident ! Toujours en beauté Marina, elle veille sur son image.   

Daniel Buetti 1955 est un performeur plasticien qui se positionne en photographe, ses photographies fort belles d'ailleurs souvent remaniées, parties du corps dénudées, visages, où il critique, tout en en profitant aussi, l'univers des

Buetti

marques.

Gina Pane française née en 1939 morte en 1990

Gina Pane

va réaliser des transformations corporelles en public, elle marche dans les flammes se taillade la peau, les paupières, se pique des épines de rosier dans le bras; toutes ces mutilations sont rituelles, parfois mystiques et ont une signification forte pour l'artiste et un public averti dont je ne suis pas pour le moment ...il me faudra analyser plus.

Orlan artiste française née en 1947baiser orlan

C'est une rebelle Orlan qui semble l'être en permanence, jouant avec ses métamorphoses en les mettant constamment en scène, avec beaucoup d'humour dans une oeuvre comme le baiser de l'artiste, où contre 5 fr l'artiste donne un baiser, l'argent tombe dans son pubis tiroir-caisse, critique de la  société qui ne voit en la femme que la putain, ou la mère, avec une photo d'elle

Orlan 3

en madone où il était possible de mettre un cierge pour 5 fr, comme quoi, Orlan veille à tout et montre aux hommes qu'elle peut être contre et profiter de cette opposition pour en vivre. Puis elle s'amuse à modifier chirurgicalement son visage par des implants, elle souhaite créer une image qui lui soit propre, non stéréotypée, comme l'image d'une beauté classique, la beauté est avant tout culturelle, alors elle s'est construit une image qui lui correspond à elle, elle dit avoir voulu que son visage soit sa carte de visite. C'est réussi. Pas de plaisir de la souffrance chez Orlan, toute souffrance est évitée par l'anesthésie, juste revendiquer le droit à la différence en faisant de son visage une oeuvre d'art unique.

Orlan 4

 

    

Posté par maison43 à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 février 2014

Jacky au Royaume des filles

Jacky au Royaume des filles

Fable satyrique de Ryad Satouff où les rôles sont inversés : Sexe fort les femmes, sexe faible les hommes. Alors ce n'est pas toujours drôle forcément, les viols, les coups, les injures, le mépris, ce n'est pas plus drôle au masculin qu'au féminin finalement. Dieu merci, Riad Sattouf habille les hommes de pimpantes voilures rouges agrémentées d'un troublant petit anneau où s'accroche une laisse évoquant l'attirail sado-maso des films pornographiques, il peaufine le burlesque notamment avec un langage assez divertissant. 

C'est diablement amusant, et très subversif, Riad Sattouf ne résout effectivement rien dans ces maltraitances inversées, son rôle ne se situe pas là, il se contente de dénoncer en créant un improbable monde au matriarcat implacable, dictatorial, criminel qui renforce d'autant plus l'inadmissible atteinte aux droits des femmes et ce d'autant plus qu'on ne croit pas un seul instant à ce monde où les forces sont inversées. Le final particulièrement réjouissant est un petit clin d'oeil à un sujet qui soulève les foules en ce moment. 

On y retrouve une ribambelle d'actrices qui ont du chien comme Charlotte Gainsbourg, Anémone, Valérie Bonneton, Noémie Lvovsky, Laure Marsac.

Petit moment de cinéma fort sympathique, avec parfois, peut être quelques longueurs, quoique ....

Posté par maison43 à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2014

Mouvements contemporains

Il y va y avoir quelques mots indigestes à avaler, de ceux qui paraissent limpides dés que l'on vous les définit mais qui reprennent leur mystère une fois la définition échappée de votre cervelle, en tout cas, de la mienne !

Pop art est la forme abrégée de popular art et déjà c'est plus parlant, il s'agit donc d'une production artistique britannique et américaine inspirée par la culture populaire des années 1955 à 1970. Peinture acrylique, sérigraphie, inspiré par la publicité, les médias, la bande dessinée, il met en image la société de consommation, les couleurs sont vives et parfois dissonantes. Les représentants les plus célèbres sontlichtenstein

Roy Lichtenstein 1923-1997,

Andy Wharol

Andy Warhol 1928-1987, Tom Wesselmann 1931

Tom Wesselmann (2)

James Rosenquist

 James Albert Rosenquist 1933, Ronald Kitaj 1932Ronald Kitaj 1964

 Richard Hamilton 1922-2011

Richard Hamilton 1956

Peter Blake

Peter Blake 1931, Derek Boshier 1937Derek Boshier

En Europe  nous avons affaire au même moment  à un mouvement qui se nomme Nouveau Réalisme vers 1960. Pierre Restany critique d'art français exprime dans un manifeste que la peinture de chevalet a fait son temps. Le nouveau réalisme est une 'nouvelle approche perceptive du réel'. Ce texte porte la signature de 10 artistes sur les 13 du groupe Arman, Christo, César, Gérard Deschamps, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Marial Raysse, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, Jacques de La Villeglé. Ce mouvement mérite un message entier, plus tard.k

Ce mouvement sera dissous en 1970. Pour compliquer un peu plus de 66 à 67, Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier, Nieke Toroni s'associent sous le nom de B.M.P.T constitué de leurs initiales. Ce mouvement éphémère est une forme d'art minimal où l'absence de sujet rend la toile neutre et muette, les artistes poursuivent à ce jour chacun leur propre carrière affranchis aussi de ce pseudo mouvement.

Arte Povera se situe lui en Italie et est dans la continuité de tous ces mouvements tout en s'y opposant, ce qui nous brouille un peu plus les pistes, je trouve !  Trois critères se dégagent:

-1 La réduction des moyens (matériaux bruts comme la terre ou les végétaux, bois graines) qui peut passer par un simple recyclage des objets de consommation.

-2 La recherche de lisibilité (un peu paradoxale cependant car pour lire une oeuvre, il faut qu'on nous l'explique un minimum)

-3 Exposer ses propres méthodes.

En 1967 le critique d'art Germano Celant organise la première exposition d'Arté Povera à Gênes.

Giovanni Anselmo 1934

Giovanni Anselmo 1968 sans titre

Sans titre ou structure à manger 1968

Bloc de granit poli et entouré d'une laitue, fils de cuivre hachés  au sol : opposition des matériaux et notion d'assemblage lié à l'éphémère. A noter la dimension humoristique qui peut échapper toutefois : la salade peut représenter une bouche ouverte vorace ...

Giuseppe Penone 1947Souffle 6 Penone

Souffle 6 1978 terre cuite de 158 cm de haut, l'artiste s'est précipité sur la terre et y a laissé son empreinte alors esquissée. C'est un rêve de sculpture, une révélation de la matière.

Penone va travailler le bois, en amont il y a des études préliminaires, où il va analyser le jeu des veines de bois, les dessiner.dessin 1970 Penone

Il fait des pièces monumentales comme l'arbre des voyelles dans le jardin des Tuileries, moulage en bronze d'un arbre déraciné.PENONE CEDRE DE VERSAILLES 2003

Ou comme celui exposé un temps aux Beaux Arts de Paris      

Jannis Kounellis né en Grèce en 1936

Kounellis 1969 Senza Titolo Plaque d'acier et cheveux

Sans titre : plaque d'acier peinte et mèche de cheveux.

 

Alighiero e Boetti est un artiste plasticien, peintre et sculpteur italien né en 1940 et mort en 1994 qui aimait l'ambiguité associée à ce e qui laissait entendre qu'il était double, d'un côté l'homme, de l'autre l'artiste.

Caisson lumineux 1966Alighero e Boetti

Une lampe de métal, du verre, un circuit électrique, une ampoule qui ne s'allume que 11 secondes une seule fois par an. Hasard d'une rencontre, choc visuel pour la personne ou le groupe qui la voit s'allumer.

L'Arte Povera est un processus créateur re-visité pour donner à voir l'impalpable, l'indicible qui si nous le voulons bien nous ouvre un monde parallèle, étrange, hors normes.

Libre à nous d'y entrer ou pas, il y a une incontestable ironie, un autre regard exigé, une ouverture d'esprit supplémentaire à acquérir.  

Liste d'artistes évidemment minimaliste ...

D'autres suivront peut être au hasard de mes rencontres.

Sources : Les Mouvements dans la Peinture chez Larousse Auteures Patricia Fride-Carrassat et Isabelle Marcadé Majorel. 

Posté par maison43 à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 février 2014

Les Années - Annie Ernaux

Annie Ernaux

Chroniques du XX siècle à la façon Ernaux qui offrent aux lecteurs avoisinant son âge, à une dizaine d'années près, une multitude de madeleines du Sieur Proust à déguster sans modération.

En même temps, une terrible mélancolie à l'évocation d'un temps proche où l'on ne sera plus et paradoxalement un réconfort pour les lecteurs qui se retrouvent pour beaucoup dans cette inquiétude universelle : Qui se souviendra de nous ?

'Tout s'effacera en une seconde. Le dictionnaire accumulé du berceau au dernier lit s'éliminera. Ce sera le silence et aucun mot pour le dire. De la bouche ouverte il ne sortira rien. Ni je ni moi. La langue continuera à mettre en mots le monde. Dans les conversations autour d'une table de fête on ne sera qu'un prénom, de plus sans visage jusqu'à disparaître dans la masse anonyme d'une lointaine génération. extrait.

Alors Annie Ernaux emploie le on impersonnel et le elle pour se désigner, ni moi, ni je; son livre n'a qu'un seul but :

Sauver quelque chose du temps où l'on ne sera plus jamais. extrait

Transmettre les histoires de famille via la grande Histoire, raconter les us et coutumes qui s'y rattachent, et parsemer le tout de photographies, c'est le rôle des anciens. Quoi déjà !!!    

Posté par maison43 à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2014

Le Lac du Bouchet 43

volcanisme

Géologiquement il s'agit d'une rencontre violente entre le feu  à plus de 1000 degrés sous la forme d'une roche en fusion (dit magma) et l'eau au plus profond d'un plateau volcanique, une rencontre explosive de vapeurs d'eau et de roches pulvérisées, le tout à plus de 10 km de hauteur, creusant ainsi un immense cratère, une cuvette de forme ovale.

Historiquement un tertre funéraire ( terre recouvrant une sépulture) à l'âge de fer, puis plus tard un établissement gallo-romain dont on a retrouvé quelques vestiges.

Socialement un site utilisé par les bergers qui viennent faire paître leurs moutons, et un immense lavoir pour les femmes des alentours. Devenu depuis le début du XX siècle un site touristique fort apprécié. Lac du Bouchet

Lac du Bouchet 1953

Sentimentalement un lieu familial où nous allions nous promener en famille.  

Et pour tous une balade tranquille à faire, ce lac situé en Haute Loire, en Vélay, dans le Devès près du village le Bouchet Saint Nicolas.

Court une légende qui dit qu'un village était bâti en ce lieu, l'abondance y régnait. Un mendiant se voit refuser l'aumône, seule une vieille femme n'ayant pour seul bien qu'une chèvre lui fait la charité, selon une autre version ce sont 2 saints qui se virent refuser un asile pour la nuit. Le lendemain, le mendiant se transforma en Fils de Dieu et oui, pas moins, mais il fut chassé par les Druides qui le traitèrent d'imposteur. Jésus  revint le lendemain pour mander la vieille de rejoindre le coteau sans se retourner, et il déclencha un orage (ou un incendie selon d'autres sources) qui dévasta le bourg, las, la vieille curieuse ne put s'empêcher de regarder le village s'engloutir dans les eaux et fut transformée en pierre, illico, sa chèvre itou. Pas si cool, le fils de Dieu !

Alors en hommage à la Vieille Dame dont la générosité fut bien mal récompensée, on érigea à cet endroit une croix.

La croix de la chèvre

La croix actuelle est moderne, son socle est dû à Philippe Kaeppelin. Elle est située à 1242 m.

La chèvre

Par temps clair, on peut distinguer les ruines du village, et même entendre le son d'une cloche, et malheur à celui qui veut aller voir de plus près, un tourbillon l'emportera sûrement au fond du lac. D'ailleurs un villageois voulant mesurer la profondeur des eaux avec un seau et une corde en retira un seau rempli de sang, il ne dut son salut qu'à Saint Nicolas qui pour une raison connue de lui seul lui assura sa protection contre la colère du divin. Décidément, pas commode le divin.

Posté par maison43 à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 janvier 2014

L'arrière-saison Philippe Besson

Philippe Besson

Inspiré d'un tableau de Hopper 'Nighthawks' Noctambules peint en 1942.

Hopper a acheté un terrain à Cap Code en 1933 et y construit une maison atelier à South Truro où lui et sa femme Jo passeront les étés.

Philippe Besson reprend les personnages du tableau et raconte un moment de leur vie. Il s'agit d'un huit clos entre 4 personnages, l'un fantomatique qui ne sera jamais présent. Une femme Louise Cooper qui écrit des pièces de théâtre (souvent chez Philippe Besson une Louise écrivain, non ?). Ben le serveur, entre eux, une affection distanciée les lie ou une habitude de 10 ans ou encore une sorte de fraternité. Et puis un homme, Stéphen, forcément, celui du tableau, un revenant, premier amour de Louise mais qui préféra un confortable mariage aujourd'hui terminé, dans l'ombre, l'amant actuel de Louise marié qui ne viendra pas ce soir, ni les autres soirs d'ailleurs ... Alors face à face entre les 2 ex-amoureux, ce qu'ils se disent, ce qu'ils taisent, ce qu'ils souhaitent, ce qu'ils espèrent ...

Peu de surprises dans ce livre par ailleurs fort bien écrit, chacun raconte sa vie qu'on voit défiler devant nous. Calme, lente et attendue l'intrigue dés le début, comme Louise qui avait annoncé à Stéphen son futur échec en faisant un mariage de raison, on connaît d'emblée la fin possible du livre. Il n'y a pas d'intrigue d'ailleurs, juste un couple, elle vêtue de rouge, lui oiseau de nuit en costume sombre, qui se retrouvent devant leur témoin Ben, chez Phillies, un café situé à Cape Cod, un soir de Septembre encore clair, une belle arrière saison.  Un peu ennuyeux ce livre comme une belle journée de septembre lumineuse et oisive où l'on ne fait pas grand chose si ce n'est précisément savourer cet ennui qui repose et vous laisse à demi somnolent.

Posté par maison43 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,