Jean Teulé

Jean TeuléLes faits relatés traditionnellement :

 Catherine de Médicis s'est révélée assez fine politique, et bonne négociatrice : elle tentera de garder l'équilibre entre les 2 cultes protestants et catholiques, pour éviter à tout prix une guerre civile. Et puis, pour se débarrasser d'un Coligny, elle lancera, après quelques péripéties de cour, le massacre des chefs protestants, et puis, et puis, pourquoi ne pas éradiquer le problème dans son intégralité, alors elle choisira de tirer parti de la faiblesse de son fils Charles IX pour obtenir ce 'Tuez les tous' qui fera d'elle une reine criminelle et qui finira par déséquilibrer complètement le roi Charles IX, alias Charly 9. On y vient donc à ce Charly 9, fou à lier, fou à tuer. Et la truculence de Jean Teulé nous fait re-découvrir ce pan particulièrement sanglant de notre histoire.

De prime abord et conjoncturellement, j'adhère à ce livre avec une retenue surprenante chez une fan de Teulé. Les massacres multiples dans notre monde, le fanatisme religieux bien présents encore, donnent au massacre de la Saint Barthélemy une resonance particulièrement contemporaine. Certes, je retrouve toujours la verve du langage teuléen avec plaisir, la paillardise gourmande des mots, mais le fond de ce roman me parait pour une fois facile, Jean Teulé nous a habitués à détourner les clichés, et là, je trouve qu'il étoffe lourdement, les personnages qui historiquement ont été déjà bien habillés. L'histoire s'est chargée, sans doute à juste titre de les figer dans une réalité horrifique jusqu'à la caricature, est il besoin d'en rajouter, d'autant plus que Teulé touche aussi à la barbarie humaine, si présente de nos jours encore et toujours fort inventive. Et puis, avec le recul, je me dis que bouder mon plaisir est somme toute ridicule, et que ce détournement d'une partie de notre histoire ne fait que révéler avec un humour noir certain, la noirceur potentielle qui est susceptible d'exister en tout humain jusqu'à l'outrance. Et ce n'est pas la faute de Jean Teulé, si hélas, c'est toujours d'actualité.

Sur le plan personnel, cela montre, cette retenue, qu'il y a encore chez moi un vieux fond de conformisme. Ouf, je suis rassurée !